5 mars 2015 4 05 /03 /mars /2015 18:26
Écrire sur une image (réflexion)

 

Avertissement si nécessaire, ceci n'est qu'une réflexion, un échange autour de l'écriture. 

 

 

Écrire sur une image, cela n’est pas aussi simple qu’il y paraît.

 

 

Si l’image se suffit à elle-même, le texte qui fut inspiré d’elle doit se suffire à son tour. Il doit pouvoir se lire sans elle, être autonome, porteur de sa propre profondeur, de son propre message.

 

 

Il  ne peut être une simple description, mais une extrapolation, une extension, un enrichissement de l’image. Comme un enfant, il doit s’émanciper, s’affranchir de tout lien.

 

 

Il peut témoigner d’un ressenti, d’une vision particulière, d’une découverte. Il doit exprimer ce qu’a pu capter le regard bien au-delà des apparences.

 

 

Le texte sur image témoigne d’un voyage dans l’imaginaire dont la porte est l’image elle-même.

 

 

André Hardellet, grand voyageur dans l’imaginaire, aimait à les pénétrer, à s’immerger en elles pour en capter les secrets, les sons, les ambiances. Il pratiquait ce que j’appelle le second regard, celui de la contemplation, celui qui dépasse la réalité immédiate pour s’enfoncer dans d’autres réalités, des réalités parallèles, des réalités gigognes en quelque sorte.

 

Ces réalités, on ne peut les aborder qu’en lâchant prise, en se mettant en mode accueil, en abandonnant toute volonté de faire pour laisser faire et pénétrer la dimension d’être, la dimension de l’Être. Dans la dimension d’être se tient l’ouverture, l’écoute.  

 

Écouter une image, c’est se mettre en position de recevoir, de percevoir plutôt que de vouloir. Il peut en être ainsi pour la musique, les bruits environnants, le toucher, le respirer, pour tout ce qui est du domaine des sens.

Par la pratique de l’écoute, qui éveille nos sens, on peut percevoir la vie qui bruisse en nous, en ce qui nous entoure, on peut s’immerger en elle, l’intégrer et donc en témoigner plus facilement.

 

 

Si je vous parle d’un vol d’hirondelle par exemple, que verrez-vous, quelle sera votre réalité ? une formation de taches noires sur le ciel bleu ? l’idée du retour du printemps ? celle d’un regroupement d’individus sur un fil électrique annonçant l’arrivée de l’hiver ? celle du regret de voir leur nombre diminuer ? un souvenir qui a marqué votre enfance ?

 

 

Nous sommes formés d’images, de sons, de mots, liés à notre vécu. Ils sont inscrits dans la bibliothèque de nos souvenirs, grotte aux merveilles où s’entreposent nos richesses.

 

Pour pénétrer une image, pour qu’elle soit une invitation au voyage, il nous faut passer sans forcer la porte de l’apparence. Il faut laisser notre regard pénétrer le monde de la vibration, avec ses formes, ses couleurs.

 

 

 

Dans ce monde d’agitation, il suffit de se poser un instant, de fermer les yeux, de porter attention aux bruits environnants, du plus proche au plus lointain, pour s’en extraire et trouver la paix. Rien n’a changé pourtant, sauf notre regard, notre écoute.

Ce faisant, nous prenons conscience des richesses qui nous baignent et nous composent. Ce retirement est présence. ***

 

 

 

Cette pratique vaut pour l’image, on la regarde, on se laisse capter, on laisse faire, on engrange.

 

Une image peut être mensonge, comme l’explique André Hardellet, dans un texte que je n’ai pas réussi à retrouver parmi la forêt de livres qui peuple mon bureau, lequel je l’avoue a tout du grenier.

 

Si l’on s’arrête à l’apparence, l’enfant qu’il fut, semble être là, sage et discipliné sur une photo de sa classe. Mais il nous révèle que sur cette photo, il est ailleurs. Il court au bord de la rivière, canne à pêche à la main, les pieds dans les herbes. Pas dans cette salle où pourtant on le croirait. Si nous pénétrions cette réalité cachée, par la porte de ses yeux peut-être, nous pourrions sans aucun doute partager cette liberté invisible au premier regard.

 

On dit l’image sage, parce qu’elle semble immobile, mais la vraie sagesse d’une image tient à la vibration qui l’habite et que seul le second regard permet de découvrir.

 

Cette vibration, c’est la vie.

 

©Adamante

 

*** Ceci est un exercice très simple à pratiquer n'importe où.

          Détente immédiate assurée.

commentaires

Carole 11/03/2015 15:21

L'image est une sorte de texte, et le texte une sorte d'image, non ? Pour moi, texte et image interréagissent et ne peuvent vivre l'un sans l'autre, même si le plus souvent le texte n'existe que dans notre réaction toujours renouvelée, et l'image dans notre imagination toujours rêveuse.

Adamante 11/03/2015 18:29

Bonjour, Carole, je suis tout à fait d'accord avec ce que tu écris là. Texte et image sont liés, s'engendrent l'un l'autre, mais parfois, l'un poursuit son chemin sans l'autre. Et pourquoi pas ? Ce que nous écrivons en poésie ne naît-il pas d'images captées par notre œil sans qu'elles s'impriment ailleurs que dans notre esprit ? Un qui passera par là lira peut-être le texte pour en faire une image, laquelle engendrera peut-être à son tour un autre texte. Une grande chaîne de création et de récréation.

Martine 07/03/2015 18:06

Bonjour Adamante,

J'ai apprécié le partage de ta réflexion.
Face à une image, chacun réagit avec tout ce qui fait qu'il est lui. L'esprit voyage vers des ailleurs possibles ou non. L'image donne vie à d'autres. Comme une farandole....
Mais rien n'est plus capricieux que l'inspiration. En tout cas, chez moi.
Même si une image me plaît, les mots parfois se refusent...

Merci Adamante

marine D 06/03/2015 13:15

Tout est possible avec et sans, les impressions sur les images peuvent varier selon l'humeur, le moment, l'inspiration à un moment donné...
On doit accorder la liberté à chacun de faire selon son ressenti, je pense
J'aime ce tableau dans une bulle, une pomme, le mouvement de l'univers ?

Adamante 06/03/2015 17:02

Oui chacun est libre, heureusement, ceci n'est qu'une réflexion sur le sujet. Je ne veux pas donner de leçon et je regretterais que cela puisse apparaître ainsi.
Je reprends le commentaire pour répondre à la question, c'est bien une pomme, aussi une bulle, une sphère en mouvement, mon obsession de la courbe et du mouvement. J'ai toute une série de ces "danse-pomme"

ABC 06/03/2015 09:49

Images et mots, mots et images comme un jeu de ping-pong qui peut se jouer sans la table, mais ne peut se passer de l'imaginaire de tout un chacun...

Quichottine 06/03/2015 00:51

Je sais que lorsque les images me parlent, je pourrais écrire sans elles ensuite... mais si je ne le fais pas, c'est par respect pour ceux qui me les offrent.

Ceci étant, je sais aussi que pour certains tableaux, certaines photos, je n'écrirai rien du tout... sans pour autant penser qu'elles ne m'ont rien raconté.

Parfois, tout se joue dans le silence...

Merci pour tes réflexions, Adamante.

Adamante 06/03/2015 13:36

Merci à toi Quichottine.

jill bill 05/03/2015 21:16

Bonsoir Adamante... Entrer dans l'illustration, tableau ou autre c'est quitter terre pour entrer dans un autre monde celui qu'on fera sien l'espace d'une rêverie... Le musée est un lieu approprié ou l'on peut passer des heures à être ailleurs... Pas tjs réceptive, tout dépend de l'oeuvre, mais j'essaye ;-) Amitiés, JB

Adamante 06/03/2015 13:37

Tout à fait d'accord avec toi, certains nous parlent d'autres non, mais notre imaginaire se nourrit merveilleusement de ces voyages.

nadia-vraie 05/03/2015 19:30

Bonjour Adamante,
Ton texte est merveilleux et si vrai.

S'asseoir dans la nature et regarder, écouter, c'est la vie et la liberté.

Bonne journée Adamante et à bientôt.

Profil

  • Adamante
  • Comédienne, metteur en scène, diplômée en Qi Gong, j'écris, je peins.
  • Comédienne, metteur en scène, diplômée en Qi Gong, j'écris, je peins.

Ici, on rêve ! Bienvenue

Je vous invite à partager mes créations, reflet de la vision que j’ai de la vie, au travers de la peinture, du théâtre, de la poésie & de l’écriture. Adamante

 

 

Rechercher

Traduction-translation

 

Acquérir une toile

 

L-eau-lumiere.jpg

Contact : 07 70 73 59 82

Finance & mépris !

stop-belo-monte coupe-du-monde 3

40
BELO MONTE : Pétition du Cacique Raoni

Dernière nouvelles

Parce que "l'argent ne se mange pas"

que le monde de la finance détruit la terre,

en chasse les peuples, nous méprise,

je vous invite à signer la pétition et

à soutenir cette lutte qui est aussi la nôtre.

Adamante  

"Kayapos"

M. Mandela, le livre

monsieur-mandela AdaEd.Panafrika/Silex/Nouvelles du Sud

La vidéo

 Un lien qui en parle

Un hommage de 51 poètes du monde entier

à cet homme exemplaire

et j'ai l'honneur d'en faire partie

Pour commander  -envoi suivi- 

23 € si vous faites référence à ce blog

(Soit 20 € + 3€ de frais de poste au lieu de 6€)

Editions A3 - 36, rue Barbès 94200 Ivry sur Seine

Copyright n° 00048584-1

Mantras de l'espace

NASA-Voyager recording - mis sur You Tube par Hryzunik

Fermez les yeux, écoutez le chant troublant des ondes électro-magnétiques...