20 septembre 2010 1 20 /09 /septembre /2010 01:00

DEFI N° 38

LES CROQUEURS DE MOTS

à la barre :  EGLANTINE

 

 

 

Pas de surprise pour beaucoup j'imagine, de me voir choisir une "lettre à grand père" pour répondre à ce défi.


Une lettre tellement singulière que je ne l'aurais peut-être jamais publiée ici et  que je publie pourtant tant elle  me semble convenir à la demande.

 

  rose-ancienne-copie.gif


Un message Grand père, peux-tu le porter pour moi ? Porte-le à James!


Je n’oublierai jamais son regard sur la lune, sa dernière nuit.  Le froid, la pureté du ciel, cette lueur qui donnait à la campagne sa parure de légende ont fait de cette nuit, une belle, une très grande nuit.

James ! Que voyait-il ?

 

J’avais ressenti l’appel qu’il recevait de cette lune. J’avais compris son désir impérieux de se baigner à ses rayons. Il ne pouvait presque plus marcher. Alors, comme la veille, j’avais enveloppé son corps affaibli dans une couverture et le serrant dans mes bras, j’étais sortie.


Que n’aurais-je pas fait pour lui Grand père ?


N’était-ce qu’un sentiment égoïste que de tout tenter pour le guérir et le garder près de moi le plus longtemps possible ?  Je me le demande parfois.

Mais ces liens que nous avons tissés ont fait que je le sentais vivre de plus en plus en moi.  Si sa maladie nous avait tant rapprochés, son amour pour la vie m’a poussée à croire au miracle. Je me sentais capable de soulever des montagnes, oui Grand père, j’ai cru pouvoir le guérir!


Je comprends aujourd’hui que cet amour qui nous exigeait vivants, tous deux, nous a amenés à défier toutes les lois du compréhensible au travers de son incroyable résistance physique, que jour après jour, nuit après nuit, je n’ai jamais cessé de renforcer.


C’est en partageant ces moments exceptionnels, que nous avons tissé ce lien, d’âme à âme, grâce auquel nous avons grandi.


Oui, il aimait la vie.

Il l’a défendue jusqu’à l’épuisement et tout le temps qu’il s’est battu pour la  défendre, je l’ai aidé.


C’est curieux Grand père, je me rappelle avoir parlé de lui, un jour dans un article, comme d’un alter ego. Je croyais à l’époque avoir cédé à une coquetterie purement littéraire, j’en éprouvais quelque remords car je n’aime pas les choses gratuites.

Je sais aujourd’hui que ce n’était pas le cas, simplement, malgré mes dires, je ne l’avais pas encore vraiment reconnu.

Il semble bien être cet alter ego  dont je parlais car il m’est toujours aussi proche maintenant.


J’en suis surprise, mais je ne souffre pas autant que je le craignais de son absence.

J’ai l’impression qu’il m’entoure. 

Il vit désormais dans cette autre dimension que j’ai la chance de percevoir et mon chagrin s’en trouve adouci.


Je pense à ce tableau qui le représente, avec ce personnage de l’ailleurs qui le regarde. Je l’ai peint alors qu’il n’était pas encore malade.

Comment ai-je pu ne pas décoder le message ?

Ce personnage, Grand père, tout empreint de tristesse et de tendresse, l’invitait à le suivre. Il était évident aussi que malgré sa crainte et son hésitation, animé qu’il était tout au fond de cette curiosité qui pousse au voyage, il allait répondre favorablement à l’appel.

Les visionnaires ne sont pas toujours conscients de leur vision.


Cette nuit-là, la lune a transmis l’appel, alors j’ai accompli en le portant ce rituel d’adieu.


Tu aurais vu Grand père de quelle façon il a bu la lune et les étoiles d’un regard que je lui découvrais.

Ce regard  exprimait à la fois son innocence et son émerveillement, mais aussi sa conscience de l’inéluctable passage et son acceptation, teintée de regret.


Il est des départs qui se font en douceur mais avec nostalgie, comme un devoir supérieur à tout autre sentiment.

Jamais je ne l’ai tant aimé qu’à cet instant.  Je comprenais qu’en m’unissant à lui dans cette communion lunaire je le perdais et acceptais de le perdre.

Je me sentais déchirée, j’accomplissais le don et, dans le même temps, je tentais d’imprimer en moi la sensation physique de sa présence. Ne pas oublier surtout, ne pas oublier…

Oui, Grand père, je l’offrais à la lune, qui lui ouvrait la porte du monde inconnu de yin, ce monde humide et froid, ce monde fantasmagorique que son regard pénétrait avec une naïveté toute nouvelle, celle d’un enfant.


À cet instant, James avait quelque chose d’humain.

 

indigo-s-james-dean.gif

                                                            Huile sur toile 2006 - Collection personnelle


Ce regard m’a bouleversée Grand père, face à lui j’ai pris la mesure de mon  ignorance, j’ai compris que nous ne savons rien, jamais, que nous ne faisons  qu’effleurer des vérités, toujours.


Comme il est puéril et vain de vouloir tout expliquer Grand père !


Aujourd’hui  je voudrais lui dire :


«Si tu m’entends, James, pour tout ce que tu m’as donné, pour tout ce que tu m’as appris, pour tout ce que tu me donnes encore, merci.»


Le regard que nous portons sur la vie est voilé.


Ce que j’ai vécu av ec et grâce à  James, je ne peux le traduire autrement que par la force de cette lune qui a envoûté notre dernière nuit.

La vie est comme une mise en scène, Grand père,   un éclairage juste et il devient inutile de dire.


Merci à toi Grand père !


Toi le Maître, le confident, toi qui chaque instant m’accompagne sur mon parcours chaotique, veille sur tous ceux qui, depuis le début de notre relation épistolaire, ont quitté notre monde pour rejoindre le tien.  Cela fait tant d’années déjà.

Qu’ils soient ou non humains, je le sais, un simple souffle nous sépare, bientôt nous serons réunis.

Puissé-je à cet instant, Grand père, me présenter devant toi sans honte, avec les mains propres et le regard droit.

 

Adamante "Lettres à Grand père" dépôt SACD

 

james72-copie.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Partager cet article

commentaires

Tit'Anik 27/09/2010 17:03



Merveilleux hommage, j'ai bu tes lignes, merci


Bisous



ADAMANTE 27/09/2010 17:31



Ce que tu dis me plait, un grand merci. 


Je ne te l'ai pas écrit l'autre jour, pour les brûlures, il y a la main aussi !



ecureuilbleu 24/09/2010 19:49



C'est une magnifique lettre, très émouvante, un beau partage entre ton grand-père et toi...



ADAMANTE 24/09/2010 20:24



Merci beaucoup, ce fut un grand moment aussi.



amtealty bougnen 23/09/2010 20:54



je pense que quand ton heur sera venue  ton grandpère spirituel t'acceuillera  et te drira qu'il a bien soigné  et dorloter ton james


 qu'il soit humain ou chat il y a un paradis quelque part pour que nos amours disparus puissent encore vivre après leur mort j'en suis sur!!


 j'ai beaucoup aimé ce texte bravo et bisous de bretagne



ADAMANTE 23/09/2010 23:59



Merci Amtealty, je le trouvais bien personnel pour le mettre en ligne, mais enfin...



Line 23/09/2010 17:20



c'est magnifique


 


tu écrit divinement bien


 


bisous et merci



ADAMANTE 23/09/2010 17:39



Tu me là fais un grand compliment. Merci de ta visite. Belle soirée



Elisabeth 22/09/2010 10:50



Bonjour Adamante, Quel beau texte! empreint de sensibilité,d'amitié, d'amour, texte qui aurais pu être écrit pour le départ d'un humain......Mais non c'était pour ton animal......Texte trés
bien écrit, qui indique une vie autre aprés la mort.


 Une espèrance à laquelle je crois. Merci pour ce partage. Et courage pour arriver à assimiler cette absence terrestre. Bonne journée. Elisabeth 



ADAMANTE 22/09/2010 13:54



Cette absence remonte à loin déjà, la lettre je la conservais par devers moi, trop intime sans doute, réservée à une éventuelle publication, de mes "Lettres à Grand Père", ce Grand père qui n'est
pas mon grand père personnel, mais une entité plus vaste, l'Océan de la Vie...  mais le défi lui convenait, alors...


Merci de ta visite Elisabeth, belle journée. Adamante.



Roselyne 21/09/2010 19:37



Je viens de perdre mon amie à 4 pattes et je comprends chacun de tes mots. Quel texte magnifique, quelle sensibilité dans chacun de tes mots. La toile est un chef d'oeuvre d'amour. La mort ne
sépare pas ceux qui s'aiment, j'en suis certaine et un jour, nous sommes appelés à nous retrouver. Je le crois, du fond de mon coeur. Amitiés. Bises.



ADAMANTE 21/09/2010 20:34



Merci Roselyne, je n'en doute pas ! Belle soirée. Bises



Lenaïg Boudig 20/09/2010 22:09



Magnifique, Adamante. J'ai l'impression de connaître James aussi. Nos vies sont plus longues que les leurs, c'est un drame. Bises.



Tricôtine 20/09/2010 22:04



j'avais cette impression Adamante que tu parlais d'un humain autant que d'un chat, ce défi nous a permis d'extérioriser bien des choses! ta lettre à grand père est belle, comme chaque fis que
tu t'adresses à lui !! j'étais avec toi devant la lune pour aider James à entrer dans cette autre dimension, j'étais une petite fille qui parlait à grand père , comme quoi 
les officines d'écrivains publics ça nous sauve !!! gros bizzzoux et ronrons rêveurs



pimprenelle 20/09/2010 17:33



Les mains propres et le regard droit !


Au début ton écrit m'a fait penser à mon père et ma mère. 


 Et tu as orienté mes pensées vers notre chat que nous avons soigné et qui, un soir, a demandé à partir. Il a imploré et nous avons ouvert la porte. Il est sorti a
attendu en haute des trois marches et nous l'avons rejoint. Nous avons eu un échange à trois, d'une grande intensité jusqu'à plus de minuit et il s'est éloigné dans la nuit. Nous ne l'avons
jamais revu. Lui aussi a laissé sa trace dans notre vie.



rouergat 20/09/2010 16:57



Bonsoir Adamante


IL est toujours triste d'être séparé d'un être que l'on aime: humain ou chat


Amicalement



Sissi 20/09/2010 16:40



Superbe texte. Il est emplit d'une émotion que l'on peut presque toucher du doigt. J'ai beaucoup aimé. Belle participation au défi.


Bonne journée



Bruno 20/09/2010 12:20



j'ai visité ton blog plus orienté tableaux que j'apprécie également mais je ne connais pas grand chose en dehors de la beauté des peintures.


Les photos de regards de chats sont trés belles


Amicalement Bruno



Jean-Pierre 20/09/2010 09:19



Très beau et émouvant ...



cigalette 20/09/2010 08:45



Quel texte splendide, quand je le lisais je pensais à mon tendre époux, trôps tôt disparus aussi il y a 5 mois, après une longue et pénible maladie, moi aussi j'aurais voulu le garder près de moi
encore, encore, mais c'était un peu égoïste de ma part, car il souffrais tant, mais je l'ai soigner jusqu'au bout et ma fille à receuillis son dernier souffle, merci, merci pour ce texte plein de
tendresse et d'amour



ADAMANTE 20/09/2010 22:31



Bonsoir Cigalette,


Je suis émue de ce commentaire, ce que je sais c'est que l'affection, l'amitié ou l'amour continue même si nous ne sommes plus sur la même rive. Amitiés



Eglantine-Lilas 20/09/2010 08:15



ah les lettres à grand-père comme je les aime ! et aujourd hui il y a en plus tout l'amour pour James que je ressens pleinement


merci Adamante pour ce beau cadeau



Snow 20/09/2010 05:57



Bonjour Chadamante, ce texte est émouvant de cette complicité naturelle que l'on ne peut sentir qu'à travers les filtres devenus l'amour vrai. Peu importe que ce soit chat ou humain, l'énergie de
la Vie est pour tous la même. L'amour la retenu, par amour il a allongé son séjour. Il te laisse un magnifique regard. Merci de ces mots. Bises M'Dame



jill-bill.over-blog.com 20/09/2010 02:46



Si nous aimons plus que tout nos semblables les plus proches et vivons dans la crainte de les perdre une nuit, il en est de même pour nos compagnons à quatre pattes qui ont partagé notre
chemin l'espace d'une décennie...Nous en restons marqué pour tjs et de leur vie et de leur mort... James devait être un amour de chat pour lui donner autant du tien. Bisous noble
dame......



Profil

  • Adamante
  • Comédienne, metteur en scène, diplômée en Qi Gong, j'écris, je peins.
  • Comédienne, metteur en scène, diplômée en Qi Gong, j'écris, je peins.

Ici, on rêve ! Bienvenue

Je vous invite à partager mes créations, reflet de la vision que j’ai de la vie, au travers de la peinture, du théâtre, de la poésie & de l’écriture. Adamante

 

 

Rechercher

Traduction-translation

 

Acquérir une toile

 

L-eau-lumiere.jpg

Contact : 07 70 73 59 82

Finance & mépris !

stop-belo-monte coupe-du-monde 3

40
BELO MONTE : Pétition du Cacique Raoni

Dernière nouvelles

Parce que "l'argent ne se mange pas"

que le monde de la finance détruit la terre,

en chasse les peuples, nous méprise,

je vous invite à signer la pétition et

à soutenir cette lutte qui est aussi la nôtre.

Adamante  

"Kayapos"

M. Mandela, le livre

monsieur-mandela AdaEd.Panafrika/Silex/Nouvelles du Sud

La vidéo

 Un lien qui en parle

Un hommage de 51 poètes du monde entier

à cet homme exemplaire

et j'ai l'honneur d'en faire partie

Pour commander  -envoi suivi- 

23 € si vous faites référence à ce blog

(Soit 20 € + 3€ de frais de poste au lieu de 6€)

Editions A3 - 36, rue Barbès 94200 Ivry sur Seine

Copyright n° 00048584-1

Mantras de l'espace

NASA-Voyager recording - mis sur You Tube par Hryzunik

Fermez les yeux, écoutez le chant troublant des ondes électro-magnétiques...