26 avril 2010 1 26 /04 /avril /2010 15:20

Analyse pas succincte du tout d'une chanson au dessus de tout soupçon...

Là je rigole.


Vous allez me dire que je me pose des questions qui ne sont pas à se poser

Peut-être avez-vous raison

Mais peut-être que c’est moi qui ai raison

Alors dans le doute…

Car il y a doute ! Vous ne pouvez pas le nier

Je me pose donc une question

Avez-vous déjà entendu, ou plutôt écouté

La chanson : « au clair de la lune » ?

Oui, bien évidemment

Vous l’avez chantée quand vous étiez petits

Et je suppose que vous la chantez encore

Quand vous êtes seul

Comme ça, sans penser à rien

Et surtout pas aux paroles

Parce que si vous commencez à penser aux paroles

Je me demande si vous aurez encore envie de la chanter

Ou alors vous la chanterez différemment

Je m’explique


« Au clair de la lune mon ami Pierrot »


Jusque-là tout va bien

C’est bucolique !

La lune est un astre sympathique

Les poètes Chinois dont Li Baï n’iront pas vous contredire

Ils ont écrit des merveilles sur le sujet, en y associant le vin

Ce qui n’est pas le cas dans la petite chanson de Pierrot

Donc, passé ce premier vers, ni stupide, ni puissant

Il faut bien l’avouer

Nous entendons :

 

« Prête-moi ta plume pour écrire un mot »


Là, eh bien là, on peut commencer à se poser des questions

Le gars de la chanson qui veut écrire un mot n’est pas très prévoyant

C’est le moins que l’on puisse dire !

On peut raisonnablement se demander s’il a l’habitude d’écrire


Non, je ne fais pas du mauvais esprit !

Mais vous en connaissez vous, des écrivains

Qui n’ont pas le matériel requis pour noter leurs précieuses pensées ?

Pensées qu’ils n’ont pas envie de laisser passer

Pensez donc !

Car tout écrivain qui se respecte, pense que ses pensées sont primordiales

Et qu’ils se doivent de les noter pour la postérité

Ils croient en eux, en leur talent !

Ils ne vont donc pas oublier l’outil principal de leur future gloire !


Donc celui-la

Celui de la chanson

C’est un écrivain du dimanche !


Il faut parfois savoir dire la vérité

Sans acrimonie, mais sans détour

C’est une espèce de rêveur à la petite semaine qui ne croit pas en lui

Et qui se permet l’outrage d’aller enquiquiner l’ami Pierrot, la nuit

Pour lui emprunter un stylo !

Mais s’il s’arrêtait là…


S’il s’arrêtait là, on pourrait encore lui trouver des circonstances atténuantes :

La jeunesse

Un trouble passager

Peut-être que la veille il a rencontré l’amour de sa vie

Et que tout cela le tourneboule un peu

Alors, si on se met à la place de Pierrot

Pour une fois, on pourrait lui prêter une plume

Et pourquoi pas un encrier rempli d’encre

Il ne faut pas décourager les vocations !


Mais non !

Pas du tout !

Le gars en question dans la chansonnette, c’est pas du tout ça !

Il  ne s’arrête pas là !

Non content de n’avoir pas de plume pour noter ses idées de génie

Voilà qu’en plus, et ce n’est pas moi qui le dit c’est la chanson :


« Sa chandelle est morte et il n’a plus de feu… »


Mais qu’est-ce que c’est que cet individu ?

Qu’est-ce que c’est que cet individu incapable de surveiller une chandelle ?

Qu’est-ce que c’est que cet oiseau capable de laisser mourir son feu ?

Personnellement, s’il vient me réclamer de l’aide

Un travail

Un travail de Vestale par exemple, dans le temple de mes mots

Je réfléchirais à deux fois avant de lui dire oui !

S’il est incapable de surveiller une pauvre chandelle

Il est tout à fait capable de mettre le feu à ma bibliothèque !

On réfléchit tout de même, avant de faire n’importe quoi

En embauchant n’importe qui !

Bon, par sécurité, sans arriver jusqu’à lui dire non

Je l’enverrai quelque part, assez loin, pour réfléchir


C’est bête, mais vous savez ce que c’est que les scrupules !

Les doutes sont tellement forts qu’on a envie de dire non

Mais les scrupules viennent vous visiter pour vous arrondir vos angles

Alors au lieu de dire non

On suggère au gars d’aller faire un petit tour de France

Pour trouver une plume à sa main

Bref, on l’incite à apprendre à se débrouiller tout seul

Et en espérant, il faut le reconnaître, ne plus jamais le revoir…

Mais ça c’est moi !

Et puis d’ailleurs, il ne m’a rien demandé

C’est vrai !

Je m’emballe… Enfin !


Pour en revenir à la chanson, elle finit en apothéose

Voilà que le gars termine son couplet en disant :


- « Ouvre-moi ta porte pour l’amour de Dieu »


Alors là !

Alors là ! ça dépasse les bornes !

Ça dépasse tout ce que l’on peut imaginer !


Passons, qu’il ne soit pas un génie

Passons, qu’il n’ait pas la force d’esprit nécessaire pour se débrouiller seul

Passons, qu’il soit distrait pour laisser s’éteindre son feu

Mais en arriver à une telle extrémité

À un tel manque d’amour-propre

C’est proprement intolérable !


Rendez-vous compte !

Faut-il manquer de la moindre fierté

Pour tenter de susciter la pitié en invoquant la tendresse divine !

Parce qu’en invoquant la tendresse divine

Il ne fait rien moins que de vouloir culpabiliser l’ami Pierrot !

Là, il dépasse les bornes !

C’est tout bonnement malhonnête !

Il s’agit d’une attitude inqualifiable

Tellement inqualifiable que je ne trouve pas de mot pour la qualifier

Et ça, ça n’est pas dans mes habitudes !


Tiens ! Si j’étais l’ami Pierrot,

Je l’aurais foutu dehors  avec un grand coup de pied où  je pense !

Et je sais que vous pensez ce que je pense !

Ça n’est pas zen, j’en conviens

En faisant cela, je bousille ma nuit pour un incapable

Je sais aussi que c’est mauvais pour mon cœur

Mais enfin, on n’est pas toujours juste…

Et parfois… Quand même !


Mais heureusement

Heureusement

L’ami Pierrot ne s’est pas laissé prendre au piège

Et en homme averti

Sans plus d’état d’âme

Il a pratiqué le « cause toujours et barre-toi de mes plates-bandes… »

En se retournant dans ses draps bien chauds

Qu’il n’avait pas envie de quitter pour venir en aide à cet olibrius

Il l’a rembarré en lui disant qu’il n’avait pas de plume

Et il l’a envoyé, ça c’était à n’en pas douter une vengeance personnelle

Et un peu mesquine, on en conviendra

Il l’a envoyé sonner à la porte de la voisine en pleine nuit

Prétextant qu’elle « battait le briquet »! *

Je te demande un peu…

Il est complètement hors sujet le Pierrot ici !


On lui demande une plume pour écrire un mot

En lui signalant, pour l’amadouer, rien de plus

Qu’on n’a plus de feu parce qu’on a laissé s’éteindre la chandelle

Et voilà qu’il répond à côté, que la voisine « battait le briquet ! »


Bon, on peut parfaitement admettre que le gars, un peu surpris

Ait pu comprendre que la voisine avait une plume à lui prêter

Puisque c’est ce qui l’intéressait après tout !

Et que ce ne serait pas mal finalement qu’elle puisse aussi lui rallumer sa chandelle.***

C’est vrai, c’était une occasion  à ne pas manquer !

Mais pauvre de nous !

 


Va-chez-la-voisine-copie-1.jpg Une plume !


Si elle en avait eu, une plume, la voisine

On se demande bien où elle aurait bien pu la mettre

Et ce qu’elle aurait bien pu en faire !


Tout le monde se doutait bien que la voisine ne savait pas écrire !


C’est évident !

 

 

 


En y réfléchissant plus avant, on est légitimement en droit de se demander, si l’on peut en vouloir à Pierrot de cette dérobade et de cette apparente idiotie !

L’ami Pierrot était peut-être avec Colombine, et il n’avait pas envie de perdre un temps précieux à écouter un rigolo !

Un lubin** venu frapper à sa porte, le déranger dans ses ébats amoureux

Un  escogriffe qui cherchait une plume, en plein milieux de la nuit, sous la lune, après avoir laissé crever sa chandelle !

Un sans gêne donc, un malotru, un Jean-foutre, qui ne méritait aucune attention !

Vous, à la place de Pierrot, qu’auriez-vous fait ?


Passons sur l’épisode de la voisine, qui n’est peut-être pas le plus glorieux

Mais, après tout, être réveillée en pleine nuit n’est pas mortel

C’était peut-être une vieille carogne de voisine comme on en connaît !

Eh bien,  moi je trouve qu’il a eu raison finalement le Pierrot

Et voulez-vous que je vous dise ?

Je le soupçonne même d’être un sacré petit malin

Je le soupçonne d’avoir écrit lui-même cette chanson

C’est vrai, on n’en connaît pas l’auteur…

Oui, je le soupçonne d’avoir écrit lui-même cette chanson

Pour passer à la postérité

Et je le soupçonne aussi de l’avoir écrite pour se venger de toutes les voisines acariâtres

Alors…


Maintenant que vous connaissez le dessous des choses, vous êtes libre de la chanter encore cette petite chanson, mais je doute que vous la chantiez comme auparavant.


Ce que c’est quand même que l’analyse !

 

©Adamante

 

 

       Analyse des mots et des expressions :


* Battre le briquet : Heurter la pierre à briquet pour en tirer une étincelle

  Faire la cour à une femme

  Avoir des relations sexuelles

**Lubin : moine dépravé

  *** Rallumer la chandelle : est-il vraiment nécessaire de vous expliquer la chose ?

 

 

Comme quoi, les p'tites chansons pour les minots...


Mais il est à noter que c'est fort, très fort. Cette petite merveille de chanson a fait les beaux jours de tant de générations qu'il faut lui reconnaître son génie, elle est indémodable et petits et grands y trouvent leur compte.


Et ça m'étonnerait qu'en partant d'ici vous ne la fredonniez pas...




commentaires

Pascale la Tricotineuse 28/04/2010 23:26


je l'ai tellement trouvée magnifique cette analyse que j'en ai fait profiter mon Tricotin! pour une fois que je l'attire vers le blog!! il a été très élogieux sur ton écrit!!ça méritait un com de
plus!!on a ri à deux ! tu imagines les pouvoirs de ton décorticage ? faut en faire une one woman show de cette histoire de plume !! ou alors en version masculine j'y verrais bien un Lucchini pour
le clamer ! bizzoux je vais voir les "Adaltrude" avant minuit (couvre feu)


ADAMANTE 28/04/2010 23:34



Si je savais comment faire (et le matériel requis) j'enregistrerai et mettrai en ligne. Mais mais mais...il faut se contenter de la lecture et de la petite musique. Merci de vos appréciations à
tous deux, elles me font très plaisir. bisous, Ada. (sans  ltrude) (c'est comme ça qu'on m'appelle à la maison).



Pascale la Tricotineuse 28/04/2010 00:46


hohoho!! je ne suis toujours pas couchée !! j'ai ri !! je suis allée chez Brunô et revenue décidément on se suit ce soir !! je soupçonne cette chanson d'être libertine sous des couverts de chanson
d'enfant .... ils ont fermé la porte et sont tous dans la m^me maison... hum hum !! la plume n'était peut être pas celle que l'on croit !! tu crois pas ??? allez sur ce, je crois que je vais
réussir à déconnecter 15 minutes avant hier !!
Bravo pour cette analyse Docteur , pffff je n'en puis plus de rire depuis mon plume..art! bizzoux!


ADAMANTE 28/04/2010 01:11



Assurément la plume n'est pas celle que l'on croit, qui croît je crois, quand on allume la chandelle ! Allez moi aussi j'abandonne pour au moins 15 minutes pour me glisser dans le mien de
plume... art. Tiens ça ne serait pas une idée ça : l'art de tailler les plumes ! Bonne nuit, fais de doux rêves. Bizzz



Quichottine 28/04/2010 00:04


Ben non :)... je ne sais d'ailleurs pas grand chose de toi, mais ce que j'ai lu m'a plu, beaucoup !

Bonne continuation à toi. Je ne peux pas te garantir que je commenterai chaque fois, mais je lirai, c'est sûr !

Bonne nuit.


ADAMANTE 28/04/2010 00:16



Fais de doux rêves.



Quichottine 27/04/2010 23:56


Tu viens de te gagner une lectrice assidue. :-)


ADAMANTE 28/04/2010 00:02



C'est pas mon anniversaire pourtant ! je sens que mon paon va faire la roue, mais à cette heure pourvu qu'il se taise, mon dieu, les voisins ! 


Je te remercie cela me fait très plaisir. Bonne nuit Quichottine



india 27/04/2010 11:26


Pour être un découpage c'est un découpage ! je suis morte de rire, sûr que je ne chanterai plus jamais cette chanson comme avant. Merci infiniment pour ton analyse brillante.
J'ai fais la même chose sur une chanson de P. Léotard, l'article est toujours dans mes brouillon depuis longtemps. C'est consternant de bêtises, tu me donnes envie de terminer cet article. On
verra, manque de temps pour le moment. Bises, très bonne journée


ADAMANTE 27/04/2010 11:30



J'attends avec impatience l'analyse de la chanson de Léotard, j'allais dire tu me tiendras au courant, mais inutile, je suis abonnée chez toi. Merci de ta visite et excellente journée. Bises



Snow 27/04/2010 02:14


C'est ça être artiste, créateur.. tout est à transformer et à montrer sous un autre angle des choses si évidentes pour les autres. Remettre en question ce que tout un chacun admet comme un acquis.
J'ai bien rigolé tout le long. Y'a des jours où, zen, pas zen, on dit ce que l'on pense! Mais... je pourrai plus jamais la chanter comme avant à ma petite tchoutchounne...J'adore ces mises au
point.. Bisouss


ADAMANTE 27/04/2010 10:43



Merci Snow, cela fait du bien d'avoir tes commentaires et d'y répondre en toute simplicité. Tu as raison, un regard qui ne se prend pas au sérieux, cela dérange parfois. Mais nous ne sommes que
de passage alors... Bises  









 



jill bill 26/04/2010 21:18


Bonsoir Adamante, je passais chez toi quémander une plume et du feu mais vu l'ambiance qui règne sur ta page je préfère ne pas frapper à ta porte j'irai chez ta voisine ! Mauvaise journée Adamante
? Les acteurs de la chanson en prennent plein la poire !! Ceci dit j'ai aimé ton autopsie de cette pauve comptine... Repose-toi et à plus tard alors signé jill


ADAMANTE 26/04/2010 21:24



On ne peut tout de même pas rester sans rien dire, tout de même !!!!


Autopsie... autopsie... voyons... aïe aïe aïe aïe aïe aïe ! j'espère qu'elle s'en remettra, ce serait regrettable de ne plus l'entendre, surtout que j'ai découvert une version chantée par Sylvie
Vartan,  aïe aïe aïe ! Bises, Ada.



Dominique 26/04/2010 20:17


Vraiment très amusante ton analyse, très spirituelle. Ce que ne sont pas les paroles de la chansons, car en y regardant de plus près et après ton exposé,c'est eaxact l'on se pose des questions
(Rires) et c'est certain, si l'on doit la chanter encore cette chanson, ce ne sera plus de la même manière.
Ah ! Ce que peut devenir une conmptine lorsque elle est analysée par tes soins Adamante (Rires)

Bises

Dominique


ADAMANTE 26/04/2010 20:40



Ah la la, il y en a comme ça, tout ce qu'ils touchent ils le transforment, que peut-on y faire ? Rien! C'est trop tard !


bises et excellente soirée Dominique.



Lenaïg Boudig 26/04/2010 19:02


Cette chanson qui peut être bien innocemment chantée (une de plus !) serait donc un vrai sac de noeuds où les personnages se mentiraient les uns les autres, se donneraient de faux prétextes pour se
chercher, se rencontrer et se conter fleurette, vivre des amourettes sous la lune et en se faisant passer pour pieux, c'est honteux ! Non, en fait, c'est marrant et merci, Adamante, de nous avoir
prêté ta chandelle, en plus de ta plume, pour nous divertir par ce qui se cachait derrière les apparences !


ADAMANTE 26/04/2010 19:46



Ah les petites chansons innocentes !   il ne faut jamais se fier aux apparences. Bonne soirée



Eglantine-Lilas 26/04/2010 17:09


et bien moi je peux te dire que si tu écoutes une fois les paroles des chansons et ce en genéral, qui passent sur la 2 dans l'emission n'oubliez pas les paroles , foi d'églantine tu trouverais au
clair de la lune sublime...bon d'accord dans ce cas tu ne nous aurais pas bien diverti avec ton article :-))))
bisous


ADAMANTE 26/04/2010 17:16



Elle est sublime tant par la musique que ses deux lectures, tout cela compte pour résister au temps et nous accompagner durant notre vie. Merci de ta visite. Bisous.



Profil

  • Adamante
  • Comédienne, metteur en scène, diplômée en Qi Gong, j'écris, je peins.
  • Comédienne, metteur en scène, diplômée en Qi Gong, j'écris, je peins.

Ici, on rêve ! Bienvenue

Je vous invite à partager mes créations, reflet de la vision que j’ai de la vie, au travers de la peinture, du théâtre, de la poésie & de l’écriture. Adamante

 

 

Rechercher

Traduction-translation

 

Acquérir une toile

 

L-eau-lumiere.jpg

Contact : 07 70 73 59 82

Finance & mépris !

stop-belo-monte coupe-du-monde 3

40
BELO MONTE : Pétition du Cacique Raoni

Dernière nouvelles

Parce que "l'argent ne se mange pas"

que le monde de la finance détruit la terre,

en chasse les peuples, nous méprise,

je vous invite à signer la pétition et

à soutenir cette lutte qui est aussi la nôtre.

Adamante  

"Kayapos"

M. Mandela, le livre

monsieur-mandela AdaEd.Panafrika/Silex/Nouvelles du Sud

La vidéo

 Un lien qui en parle

Un hommage de 51 poètes du monde entier

à cet homme exemplaire

et j'ai l'honneur d'en faire partie

Pour commander  -envoi suivi- 

23 € si vous faites référence à ce blog

(Soit 20 € + 3€ de frais de poste au lieu de 6€)

Editions A3 - 36, rue Barbès 94200 Ivry sur Seine

Copyright n° 00048584-1

Mantras de l'espace

NASA-Voyager recording - mis sur You Tube par Hryzunik

Fermez les yeux, écoutez le chant troublant des ondes électro-magnétiques...