9 mai 2010 7 09 /05 /mai /2010 14:21


incident-a-Harlem.jpg

 

Je ne résiste pas, pour :


c’est dimanche divaguons donc,


à vous faire partager un extrait savoureux d’un polar écrit par Chester Himes, « Mamie Mason », que je suis en train de relire et  que je redécouvre avec grand plaisir.

 

Chester Himes, auteur noir américain, la verve désopilante, le style enlevé, un auteur à avoir dans sa bibliothèque. Adamante

 

 

 

On peut citer l’incident provoqué à Harlem par la rencontre nocturne de deux chats. Cela se passait dans une petite rue de la « Vallée », où régnait un silence total (si l’on excepte le bruissement des rats dans les boîtes à ordures), et l’obscurité totale (si l’on excepte la lueur rougeâtre qui filtrait à travers les interstices des volets). Et voilà que, soudain, à l’extrémité sud de la rue, un chat blanc se coula prudemment de la zone d’ombre que projetait une voiture à bras délabrée. Planqué sous une porte cochère, à l’extrémité nord de la rue, un chat noir aperçut le chat blanc et se dit : « Je vais le dérouiller, moi, ce matou blanc, pour lui faire passer l’envie de se baguenauder à Harlem ».


Le chat blanc, ayant inspecté la rue est-ouest et sud-nord, obliqua vers le coin nord de la ruelle. Quand il eut atteint le milieu de la chaussée, le chat noir s’avança vers lui, titubant pour imiter l’ivrogne et, délibérément, le bouscula.

-Vous pouvez pas faire attention ? fit-il avec mauvaise humeur.

Le chat blanc s’était rendu compte tout de suite que le chat noir cherchait des histoires. Aussi dit-il d’un ton contrit : « Je vous demande bien pardon… » et tenta de passer outre.

Mais le chat noir ne voulut rien savoir.

-Qu’est-ce que tu cherches ? Il te faut la rue pour toi tout seul ? Elle m’appartient autant qu’à toi, c’te rue !

-Désolé, je ne vous avais pas vu… s’excusa encore le chat blanc.

-Comment ça, tu ne m’as pas vu ? Tu chercherais pas à insinuer, des fois, que tu peux pas me distinguer la nuit, tellement que je suis noir ?

-Laisse-moi passer mon chemin, camarade. Je veux pas de salades, moi.

-Y a pas de camarade qui tienne ! Je suis pas ton pote, espèce de chat-teigne, passé à la farine !

-Je te défends de me traiter de chat-teigne, espèce de chat-loupé, passé à la suie !

-Je vais te couper le kiki, moi ! siffla le chat noir en faisant jaillir ses griffes.

Mais le chat blanc avait des griffes, lui aussi, il les fit donc jaillir à son tour et ils s’affrontèrent avec des miaulements hostiles.


Ces miaulements réveillèrent quelques habitant de la rue, qui ouvrirent leurs fenêtres pour lancer sur les matous des bouteilles de whisky vides. Mais, quand ils se rendirent compte qu’un chat noir était aux prises avec un chat blanc, ils s’habillèrent en toute hâte et se précipitèrent dans la rue pour voir le chat noir dérouiller le chat blanc.

Mais le chat noir, ayant remarqué que le chat blanc avait les griffes dehors, à chacune de ses quatre patte, n’était plus tellement chaud pour déclencher la bagarre. Aussi demanda-t-il au chat blanc, d’un ton cordial :

-Dis donc, mec, tu serais pas de Cincinnatti, par hasard ?

Le chat blanc, lui non plus, ne tenait pas tellement à se battre, aussi répondit-il avec beaucoup d’élan :

-Mais parfaitement, gars, comment t’as deviné ?

A vrai dire, ce chat blanc était né et avait grandi à Jersey City et, s’il traversait de temps en temps la rivière pour aller à Harlem, c’était histoire de chercher une bonne fortune de l’autre côté de l’eau.

-J’aurais juré que t’étais de Cincinnatti, mon pote, rien qu’à la façon que t’as eue de te ramener, on aurait dit Ezzard Charles ! Tu dois le connaître, le vieux Ez ?

-Si je connais Ez ! Il me demande si je le connais ! Mais on est des intimes, moi et puis Ez !


Mais, déjà, les habitants, à la galerie, commençaient à s’impatienter. « Allez, que ça bouge ! disaient-ils. Vous vous battez, ou vous vous pelotez ? Hé, les matous, vous êtes pas marrants ! »


Les chats, pourtant, ne prêtaient aucune attention à l’assistance. Le chat blanc était en train de sortir tout un boniment sur Cincinnatti, où il n’avait jamais mis les pieds. Emporté par son sujet, il demanda tout joyeux au chat noir :  « Tu connais sûrement Joe-le-Cirage ? » croyant taper dans le mille. « Joe-le-Cirage ?  Qui c’est ça ? grinça le chat noir. Pourquoi veux-tu que je connaisse un particulier nommé Joe-le-Cirage ? Tu crois peut-être que nous aut’, chats noirs, on connaît que des types au cirage ? »

Et voilà les miaulements qui reprennent, les griffes qui sortent, et les deux matous qui semblent prêts à se voler dans les plumes sous le plus mince prétexte.


L’assistance composée de gens de couleur, s’imagina que la bagarre était déclenchée, ou tout comme, et tous se mirent à sautiller sur place et à se raconter comment le matou noir, il allait se découvrir un punch à la Sugar Ray Robinson et monter le chat blanc en neige, selon la recette de tous les livres de cuisine un peu sérieux. Mais rien n’arrivait et l’un des spectateurs finit par s’écrier : « Ces matous-là, ils refusent le combat… ils s’défilent ! » Du coup, le public se fâche d’être ainsi volé, alors qu’il espérait voir le chat noir étendre pour le compte le chat blanc. Il se précipita donc sur les deux matous et les bourra de coups de pied.


Les chats filèrent droit au nord, par Lennox Avenue, et ne s’arrêtèrent qu’à la 135è Rue.

-Mon bon frère, dit le chat blanc, lorsqu’ils furent assis sur le bord du trottoir pour retrouver leur souffle et lécher leurs blessures, mon bon frère, ne va pas croire que je veux insinuer quelque chose, rapport que t’es noir tout comme ces gens là, mais ce que je cherche à comprendre, c’est pourquoi ces types, ils se sont mis en pétard contre toi aussi ?

Le matou noir regarda le chat blanc d’un air douloureux et répondit :

-Mon bon frère, eux autres, c’est du monde et nous autres, on est chats. Alors, nous aut’chats, vaut mieux qu’on chahute entre nous et que les hommes, ils s’assomment entre eux.


Et c’est ainsi que les deux chats s’en allèrent à travers les rues désertes, en se tenant par l’épaule.

-Mon bon frère, reprit le chat noir, je vais te dire une chose, au train où va la vie de nos jours, un chat noir peut plus compter sur rien de bon. Une poignée d’herbe à chat, c’est son seul réconfort.

-Mon bon frère, c’ est tout pareil pour les chats blancs.

Et voilà qui démontre que, pour les chats non plus, les choses ne vont jamais comme elles devraient. Et pourtant, les chats chahutent, les faisans faisandent, et les bourriques bourriquent ainsi que chacun peut le constater régulièrement, en consultant la presse quotidienne de la ville de New York.


 

Alors vous avez envie de découvrir la suite ? Je l'espère !

Partager cet article

commentaires

Dany58 10/05/2010 11:30



Je ne connaissais pas cet auteur. Effectivement, j'aime beaucoup son style.


Bon lundi.


Bisous.



ADAMANTE 10/05/2010 13:12



A découvrir alors... bonne journée Dany



Quichottine 10/05/2010 07:35



C'est excellent et je ne connaissais pas du tout.


Merci pour cette piste de lecture... (mais pas tout de suite)


 


Bonne journée, Adamante.



ADAMANTE 10/05/2010 11:21



Je reviens de chez toi, j'ai la tête pleine d'images pour enrichir ma grotte aux merveilles. Merci Quichottine.



haira 09/05/2010 23:42



Ma chère A*** j'aime de+ en + tes écrits et les petites étoiles de bonté qu'ils offrent, je t'embrasse***henri



ADAMANTE 09/05/2010 23:56



Tu me fais là une vraie surprise haira, et ce que tu me dis me touche. Après tout c'est en suivant tes pas que j'ai ouvert ce blog et je ne le regrette pas, bien au contraire.


Je t'embrasse, Ada.



Snow 09/05/2010 23:26



Allo Adamante! Je connais Chester Himes mais je vais faire connaissance parce qu'il est trop drôle et trop subtil. Rien de mieux que de faire passer son humour avec les bêtes, j'adore. Tu nous
donnes une suite...??? oi j'aimerais bien!! Bises



ADAMANTE 09/05/2010 23:43



Ses personnages sont hauts en couleur, c'est le moins que l'on puisse dire, là c'est un bref passage avec les chats, avec lui pas question d'ennui et puis  avec l'humour il fait passer
beaucoup de choses.


Je vais voir si je trouve un autre extrait (pas trop long... un peu flemme, tu vois !) Bises



Pascale la Tricotineuse 09/05/2010 22:44



ces histoires de territoires chat rigole pas au début, mais chat charrange mieux que chez les zhoms,!! à retenir, ma pile de livres  va s'agrandire .... mais  je note, pour quand je
vais avoir du temps !!! bizzoux



ADAMANTE 09/05/2010 23:44



Tu m'en diras des nouvelles ! Il mène l'affaire tambour battant et avec un immense talent. Bises



jill bill 09/05/2010 20:07



Bonsoir adamante ,merci pour ton passage à plyson où l'humeur du jour est  à la gueulante... Championnat oblige !!  Chester Himes en effet je vais l'inscrire à ma bibliothèque... cette
page est remarquable de vérité... Bonne soirée lecture adamante signé jill... avec deux trois chocolats c'est meilleur encore !!



ADAMANTE 09/05/2010 20:34



merci Jill, je vais penser au chocolat, vu le temps qu'il fait, bien au chaud sous les couvertures ce sera encore meilleur.



rouergat 09/05/2010 17:26



Bonsoir Adamante


Chat blanc ou chat noir il ne fait pas bon vivre à Harlem


Amicalement



ADAMANTE 09/05/2010 19:27



Oui, et l'humour fait passer bien des choses ! amitiés.



Profil

  • Adamante
  • Comédienne, metteur en scène, diplômée en Qi Gong, j'écris, je peins.
  • Comédienne, metteur en scène, diplômée en Qi Gong, j'écris, je peins.

Ici, on rêve ! Bienvenue

Je vous invite à partager mes créations, reflet de la vision que j’ai de la vie, au travers de la peinture, du théâtre, de la poésie & de l’écriture. Adamante

 

 

Rechercher

Traduction-translation

 

Acquérir une toile

 

L-eau-lumiere.jpg

Contact : 07 70 73 59 82

Finance & mépris !

stop-belo-monte coupe-du-monde 3

40
BELO MONTE : Pétition du Cacique Raoni

Dernière nouvelles

Parce que "l'argent ne se mange pas"

que le monde de la finance détruit la terre,

en chasse les peuples, nous méprise,

je vous invite à signer la pétition et

à soutenir cette lutte qui est aussi la nôtre.

Adamante  

"Kayapos"

M. Mandela, le livre

monsieur-mandela AdaEd.Panafrika/Silex/Nouvelles du Sud

La vidéo

 Un lien qui en parle

Un hommage de 51 poètes du monde entier

à cet homme exemplaire

et j'ai l'honneur d'en faire partie

Pour commander  -envoi suivi- 

23 € si vous faites référence à ce blog

(Soit 20 € + 3€ de frais de poste au lieu de 6€)

Editions A3 - 36, rue Barbès 94200 Ivry sur Seine

Copyright n° 00048584-1

Mantras de l'espace

NASA-Voyager recording - mis sur You Tube par Hryzunik

Fermez les yeux, écoutez le chant troublant des ondes électro-magnétiques...