6 mai 2010 4 06 /05 /mai /2010 19:48


Je vous invite à la lecture d'un conte,  qui fait référence aux  croyances populaires relatives aux mystères et diableries et dans lequel certaines anecdotes, comme celle  du Bert grimpant la côte à vélo,  sont véridiques.  J'ai "tricôtiné" autour quoi ! 

   

Installez-vous bien et suivez-moi...



Ada150sign.jpg  

             Adamante au Mandapa (2008)


 

Cette nuit-là dans la grande salle commune de la maison, les habitants du hameau s’étaient retrouvés autour de la cheminée pour la veillée.

Les hommes triaient les châtaignes, cassaient des noix et des noisettes ou tressaient des paniers ; les femmes cousaient, brodaient ou reprisaient.


Alors que tous parlaient, Tid était resté silencieux, lui qui d’ordinaire était un fameux conteur, un grand bavard.

Il y avait bien une demi-heure qu’il n’avait pas dit un mot.

Une demi-heure pour un conteur, c’est pour le moins anormal.


Le Bert, qui était là avec la Germaine, sa femme, s’en était aperçu et il avait suggéré de lui servir un « petit canon » pour qu’il retrouve sa langue.


-« Eh Tid » qu’il lui avait dit comme ça « c’est-y qu’tu s’rais malade ? Bois donc un p’tit coup, ça t’remettra ! »


Tid, pour se donner une contenance, avait tisonné le feu et il avait répondu  que s’il ne parlait pas, ce n’était pas parce qu’il n’avait pas envie de parler, mais parce qu’il se sentait tout emberlificoté et qu’il ne savait pas par où commencer.


Et il avait dit :


- « Pourtant j’ai bien envie de vous raconter une histoire. Cette histoire-là, je ne l’ai encore jamais racontée, à personne. Elle a rapport avec l’accident de l’Eugène. »

Il y avait bien une dizaine d’années qu’il s’était produit l’accident de l’Eugène.

Alors, si malgré son goût pour les histoires, Tid ne l’avait jamais racontée c’est qu’il y avait là quelque chose d’étrange.


Cela se passait au cours du grand hiver durant lequel le gel avait fait éclater le chêne du père Basile.

Un vieux chêne, énorme, impressionnant, dont le père Basile était très fier et qui trônait dans sa cour depuis des générations.


Cet hiver-là il gelait à « pierre fendre » et il ne faisait pas bon s’éterniser au-dehors car, même bien couvert, pire que les gerçures et les engelures, on risquait d’y attraper la mort.

Il devait être aux environs de onze heures quand Tid, qui remontait par le chemin de La Gorce au village, avait trouvé l'Eugène, les deux jambes bloquées sous sa foutue relique de charrette comme il disait, une charrette vermoulue qui ne tenait plus que par miracle.

La charrette avait versé dans le tournant de l’étang à cause du verglas.

Mais allez savoir si c’était vraiment à cause du verglas, avec toutes les diableries qui rôdent par la campagne, il est parfois bien difficile de s’y retrouver.


Toujours est-il que les bœufs n’avaient pas pu retenir la charrette et tout attachés au joug, ils avaient mis genoux à terre et attendaient patiemment que quelqu’un vienne les sortir de là. Cela avait évité à la charrette de tomber dans l’étang, mais l’Eugène était resté coincé dessous.


Pour couronner le tout, un malheur ne vient jamais seul, il s’était mis à pleuvoir, un crachin glacé à vous geler les os.

Il y avait de quoi se poser des questions tout de même !


C’était-y l’crachin ? Tid aurait juré que l’Eugène pleurait, sans bruit.


Alors Tid, qui tout seul ne pouvait pas soulever la charrette, avait appelé le Bert qui travaillait un peu plus loin, à sa clôture du Monte. Une clôture que les sangliers avaient mise à mal à l’automne. Les sangliers, ça ne plaisante pas, quand ça passe quelque part, ça casse tout et ça laboure.


Donc Tid avait demandé son aide pour soulever la charrette et libérer l'Eugène !

Lorsqu’ils l’ont soulevée, la charrette, l'Eugène poussait d’énormes soupirs et de grosses gouttes lui coulaient sur le front. Il avait pris soudain la couleur verdâtre d'une crème tournée. Ses yeux étaient brillants comme si on lui avait épluché un oignon sous le nez.


Après l’avoir examiné, le Bert avait libéré les bœufs et puis, discrètement, il avait fait un signe à Tid, pour qu’il le rejoigne et il lui avait dit  :


-« Ecoute-voir Tid, y a quelque chose de pas normal ! C’est pas naturel tout ça, tu peux me croire. C’est pas Dieu possible,  j’suis sûr qu’y a d’la diablerie la dessous ! Que la charrette ait versé à cause du verglas, j’veux bien, mais qu’elle se soit enfoncée dans le sol à ce point là, avec le gel, je te l’dis, c’est pas Dieu possible ! 

En tout cas, on a intérêt à pas traîner pour le transporter chez lui, m'est avis qu'il a les deux jambes cassées ! »


Alors il avait ôté sa chemise, il avait demandé celle de Tid et, avec deux solides bâtons, il avait bricolé un brancard de fortune pour que l'Eugène ne souffre pas trop du transport. Il faut dire que depuis tout petit, le Bert, était connu pour être un fameux bricoleur avec des idées à revendre !


Et les voilà partis ! Heureusement comme le fit remarquer le Bert, l'Eugène était loin d'être gras, c'était plus facile pour monter la côte. Les bœufs suivaient tranquillement.

Holla pauvre ! comme on dit en Creuse.  Holla pauvre ! Quand ils sont arrivés au village, la Blanche était sur le pas de la porte, en train de chasser les poules qui voulaient entrer avec un torchon. En les voyant arriver dans leur équipage, avec son homme sur le brancard et les bœufs qui suivaient, elle est devenue toute pâle.

-« Ô mon Dieu ! » qu'elle a dit comme ça.

C'est tout ce qu'elle a dit la Blanche, avant de leur laisser le passage.

Mais ce « Ô mon Dieu !» de la Blanche, les avait remués, jusqu'au creux de l'estomac.


Le Bert et Tid avaient alors installé l'Eugène sur son lit, sans un mot, dans l’épais silence de cette maison que même le tic tac de la vieille comtoise semblait craindre de troubler. C'était comme dans certaines églises chargées d'ailleurs où l’on n'ose plus parler de peur de casser quelque chose de drôlement important et qui nous dépasse.

 

L'Eugène regardait la Blanche.

Le Bert, en aparté, avait dit à voix basse à la Blanche qu’il avait là quelque chose de vraiment pas catholique, qu’il n’était pas Dieu possible que la charrette se soit enfoncée comme ça dans la terre gelée, et tellement qu’on pouvait y voir l’empreinte des jambes de l’Eugène. Et il avait terminé en déclarant qu’il devait y avoir de la diablerie là-dessous.

Puis, pour ne pas inquiéter l’Eugène, il avait dit tout haut:

-« Je suis sûr que les deux jambes sont cassées, j’vais chercher le docteur ! »   Et il était sorti.

Alors, la Blanche, qui était versée dans les mystères cachés au tout venant, s’était assise au chevet de l’Eugène, elle avait doucement posé sa main sur son front et avait entamé une sorte de litanie indistincte qui était peut-être une prière.


L'Eugène, qui jusque-là semblait agité par une drôle de fièvre, avait fermé les yeux et s’était calmé. Et puis, bercé par les murmures de la Blanche, il avait insensiblement sombré dans le sommeil. Son visage de vert et crispé qu’il était s’était détendu et il s’était même mis à rayonner.


Tid avait dit que c’était comme si la main de la Blanche en chassait les ombres.

Comme la lumière efface les ténèbres, la paix avait chassé l’angoisse. Le calme et la sérénité régnaient désormais dans cette pièce où il sentait qu’il n’avait plus sa place.


Alors, il était allé faire un tour dans la cour. 


On raconte que, peu après, quand le docteur a examiné l'Eugène,  il avait dit qu'il fallait le transporter de toute urgence à l'Hôpital.  De toute urgence, vous vous rendez compte ! C'est pour dire que ça devait être sérieux !  Il aurait même ajouté que c'étaient de très vilaines fractures, aux deux jambes, exactement comme le Bert l'avait dit.

Et puis, à ce que l’on dit, il s’était étonné de voir l’Eugène en si bonne forme, avec une si bonne mine, après un tel accident. Il aurait déclaré « que c’était une bonne nature et que dans ces conditions il ne faisait aucun doute qu’il se remettrait rapidement ».



Un peu plus tard, une ambulance était venue chercher l’Eugène pour le conduire à l’hôpital.

Tout le village était là pour assister à son départ, avec la Blanche assise devant, tout droite, dans son costume du dimanche, les mains serrées sur son gros sac de cuir noir.

On les avait regardé disparaître dans le virage du bout, et les langues avaient commencé à s’agiter.


L'accident de l'Eugène, et surtout ce qu'en avait dit le docteur, ça donnait une sacrée importance au pays. Pensez donc, d'habitude il ne se passait jamais rien, ou pas grand-chose.

Quand quelqu’un racontait l'histoire aux pays voisins, il insistait sur le transport  « de toute urgence à l’hôpital» et les « très vilaines fractures » de l'Eugène et puis, sans que l’on ose vraiment en parler ouvertement, parce qu’il y a des noms qu’il vaut mieux ne pas prononcer, on prenait des airs entendus pour dire que derrière tout ça, il y avait du louche.

On allait même voir au virage de l’étang les empreintes  laissées par les jambes de l’Eugène dans la terre gelée. Et tout le monde se trouvait d’accord pour déclarer  « qu’une chose pareille, c’était par Dieu possible par un tel hiver où certaines nuits, il gelait à moins 20 ! » 


A l’époque, quand on demandait à Tid et au Bert, comment elle avait pris ça la Blanche, ils répondaient simplement : 

-« La Blanche, c'est une femme ! »


Les gens les regardaient curieusement, mais, devant leur air, ils n'osaient plus poser de question. 

Et pourtant, ils auraient bien aimé en savoir plus, connaître les détails de l’histoire, savoir comment la Blanche avait fait pour sauver son homme des griffes du démon.

Parce qu’il n’y avait pas de doute là-dessus, le diable était derrière, c’était évident. On a beau dire qu’on ne croit pas à certaines choses, dans la réalité, on évite de faire n’importe quoi, comme de s’attarder dehors la nuit par exemple, surtout à la pleine lune.

Désormais, lorsqu’on passait au tournant de l’étang, on était vigilant, on se signait pour conjurer le mauvais sort.


Tout ça pour vous dire que par derrière, les langues allaient bon train !

On se serait cru dans un champ de « langues de femmes », vous savez, ces herbes toutes fines qui bougent la tête au moindre souffle de vent.

Et quand je dis langue de femmes, c'est bien à cause des herbes, car, avec cette affaire, la langue des hommes n'était pas en reste croyez-moi !


La Blanche qui était discrète et ne parlait jamais autour des affaires des autres était aimée et respectée dans tout le pays.

Elle avait de l’éducation, elle connaissait les plantes et elle était de bon conseil pour soulager les petites misères de la vie quotidienne. Elle était ce qu’on appelle : une bonne femme.


Mais depuis l’accident de son homme, avec cette affaire de diablerie, tout le monde s’était mis à la respecter encore plus, voire à la craindre. Pensez donc, elle avait tenu le diable en respect tout de même. Comment ? ça, on ne le savait pas, mais elle l’avait fait, c’est ce que tout le monde disait.

Il s'était donc tissé autour d'elle une sorte d’aura que le temps qui passait, et les réponses elliptiques du Bert et de Tid renforçaient.

Eh oui, quand on ne sait pas on imagine, et quand on imagine, on va souvent beaucoup plus loin que la réalité.

Tout le monde  était unanime pour dire que si l’Eugène s’en était sorti, juste en boitillant un peu, c’était grâce elle.

Et que si elle n’avait pas été là, le diable, qui avait marqué son empreinte dans la terre gelée, aurait emmené l’Eugène avec lui et toutes les bondieuseries du curé n’auraient rien pu y faire.

On disait aussi que la Blanche avait partie liée avec l’archange Mikaël et que le diable avait été vaincu par sa redoutable épée qui lançait des éclairs bleus. Mais personne ne pouvait rien prouver.

Depuis ce jour, les hommes ne la voyaient plus tout à fait comme une femme, et les femmes qui pourtant en étaient fières la jalousaient secrètement.


Elle était devenue, de veillée en veillée, un personnage mythique. Et curieusement, pour qui connaît le Limousin, elle ne fut jamais considérée, ni comme une sorcière, ni comme une jeteuse de sorts.

Elle faisait désormais partie de la famille des héros du pays dont on aimait se raconter l’histoire.


Tid était tellement impressionné par la personnalité de la Blanche que lorsqu’il la racontait, il lui arrivait de confondre son nom avec celui de la Fernande, une autre bonne femme qui avait tiré son homme d’un bien mauvais pas.


On comprend alors l’importance que prit la Blanche au pays car la Fernande était depuis des générations l’héroïne du conte creusois le plus renommé en Limousin. Mais ça c’est une autre histoire !


©Adamante

Ce conte s'accompagne de musique

 


Et maintenant pour rire un peu et vous détendre, cliquez : ICI

commentaires

pimprenelle 07/05/2010 22:56



40 ou 50 ans, tu dis. Mon souvenir est plus proche.


Peut-être un jour aurai-je envie de travailler sur ton histoire pour la donner à mon tour. Il me plait bien ce conte. Mais, sais-tu que -20 n'est pas un hiver très, très rigoureux. Il faut
descendre plus pour entendre les branches craquer et voir les troncs éclater.


Ma "commère" donne la légende de Roc La Tour, un lieu célèbre par ici. Elle a aussi une histoire de diable que j'aime beaucoup. Comme quoi, le diable est toujours tentant !!!



ADAMANTE 08/05/2010 11:51



La peur du noir, de l'inconnu, les vieilles terrrrrrrreuuuuuurrrrrsss !



pimprenelle 07/05/2010 22:15



Magie blanche, magie noire ? Il était une fois un homme qui a eu le malheur de déplaire à son voisin. Querelle de voisinage, mauvais présage. L'homme s'est retrouvé avec un chat huant cloué sur
sa porte. C'était il y a longtemps, très longtemps, si longtemps que je peux me souvenir de cette pauvre bête clouée sur une porte peinte. Elle y est restée un long temps encore. Longtemps
revient si souvent dans le conte, et pourtant.



ADAMANTE 07/05/2010 22:31



Heureusement ce genre de pratique a disparu, il y a 40 ou 50 ans cela se faisait encore.



india 07/05/2010 21:43



en fait, tu es très étonnante, pas que je sois si surprise car j'avais déjà remarqué ton eclectisme mais là, tu me remets une dose d'une facette nouvelle.


A droite je vois ce beau portrait d'homme âgé, est-ce ton grand-père ? J'aime beaucoup ses traits.



ADAMANTE 07/05/2010 22:29



Je m'intéresse à beaucoup de choses... Le portrait : il s'agit de l'abbé Pierre. Bonne soirée India



pimprenelle 07/05/2010 20:30



Voilà, j'arrive, j'ai cliqué !


Pourquoi vouloir une suite ? Quoi que on peut se demander cce qu'il pourrait bien y avoir entre la Blanche et la Fernande, si toutefois elles sont de la même époque. Mais il faut aussi savoir
garder un peu de mystère.


Ces histoires ne dépeignent pas une autre époque. Grattez un peu, bonnes gens,  peut-être serez-vous étonnés. C'est ce qui est formidable avec le conte, on peut fire passer beaucoup de
choses à partir du moment où les gens pensent que cela vient "du pays d'à côté".


J'arrête sinon je vais gâcher ton blog !



ADAMANTE 07/05/2010 20:44



J'aime l'ouverture que proposent les contes, surtout lorsqu'il s'agit de mystères et de diableries. Pourquoi gâcherais-tu quoi que ce soit ! bien au contraire. Merci de ta patte de conteuse.
Bonne soirée



hauteclaire 07/05/2010 19:40



Une histoire racontée de plume de maître ! sur une époque pas si lointaine, et d'ailleurs, en creusant un peu ...


Merci pour ce moment de conte traditionnel


Amitiés



ADAMANTE 07/05/2010 20:03



Tu as raison, en se creusant un peu... merci de ton passage. bises



Pascale la Tricotineuse 07/05/2010 19:32



on est à la veillée, j'adore, j'entends les "r" rouler , c'est sûr qu'un accident banal dans la creuse ça creuse les méninges et ça délie les langues !  hihi!! ça s'amplifie je jours en
jours!!   merci Adamante , tu contes aussi bien que le Tid!!!


bizzoux



ADAMANTE 07/05/2010 20:01



Merci Pascale, je ne roule pas les r mais je peux, et quand je prends l'accent Corse alors là... bises



Snow 07/05/2010 13:36



Allo Adamante! J'étais tellement portée dans ton histoire hier soir que j'en ai oublié de te remercier du relais sur la
photo..                                                             
Gentille Dame Merci!  Une belle journée!! Bises



ADAMANTE 07/05/2010 13:39



Cela ne m'a même pas effleurée ! Je trouve que la photo suit bien le texte. bises



Quichottine 07/05/2010 10:33



Merci pour ce conte... mais comme JB je vais attendre la suite, parce que tu ne dis rien de ce qui a pu se passer et qui n'est pas Dieu possible !


 


... il faut l'imaginer ou nous saurons bientôt ?



ADAMANTE 07/05/2010 12:54



Un bonne idée ça que de l'imaginer, je n'y avais pas pensé, la suite oui, mais pas pour tout de suite, je la sortirai de ma petite machine magique une autre fois... à bientôt



Snow 07/05/2010 05:50



Allo Adamante! J'ai adoré! Tu aimes ça raconter toi! C'est que tu es très imagée comme toute bonne conteuse. Par bouts, tu me fait penser à Fred Pellerin dans tes parenthèses. J'aurais aimé
assister à cette veillée.. sniff..   à la suite un de ces quatre!
                                    
                                                       
         Bises



ADAMANTE 07/05/2010 13:08



Oui j'aime conter, j'aime beaucoup de choses, la vie nous offre tant de facettes à découvrir et partager. La suite... au prochain numéro. Et comme le suggère Quichottine, imaginez-la pourquoi
pas. Que mon conte soit ouvert pour votre bonheur.



cyrianne 07/05/2010 00:34



Un conte que j'aimerai passionnément entendre autour d'un feu!...


J'ai eu beaucoup de plaisir à le lire en cyber pour ma veillée à moi...


Les contes d'aujourd'hui ressemblent aux contes d'hier, la nature humaine demain continuera à nous faire rire...ou pleurer...de rire.


Merci, Adamante


 



ADAMANTE 07/05/2010 00:40



Je relate il est vrai un temps qui n'est plus, quoi que... comme tu dis la nature humaine demeure. Merci de ta visite Cyrianne.



jill bill 06/05/2010 22:27



Bonsoir admante, après ton émail suis venue ici...  Un invitation ça ne se refuse pas... Conte de campagne d'antan , superstition, sort, sorcière, diablerie, remèdes, tous les ingrédients y
sont...  L'esprit villageois d'autrefois où le diable tenait une grande place autant que le bon dieu... Gousse d'ail, buis bénis au-dessus des portes... Je vois ces maisons isolées comme si
'y étais avec leurs gens...  Je reviendrais puisque suite il y aura bien...  Douce nuit paisible adamante signé jill (j'ai fait clic hi hi)



ADAMANTE 06/05/2010 22:37



Suite il y aura, mais pas tout de suite... il faut prendre le temps... Bises



Profil

  • Adamante
  • Comédienne, metteur en scène, diplômée en Qi Gong, j'écris, je peins.
  • Comédienne, metteur en scène, diplômée en Qi Gong, j'écris, je peins.

Ici, on rêve ! Bienvenue

Je vous invite à partager mes créations, reflet de la vision que j’ai de la vie, au travers de la peinture, du théâtre, de la poésie & de l’écriture. Adamante

 

 

Rechercher

Traduction-translation

 

Acquérir une toile

 

L-eau-lumiere.jpg

Contact : 07 70 73 59 82

Finance & mépris !

stop-belo-monte coupe-du-monde 3

40
BELO MONTE : Pétition du Cacique Raoni

Dernière nouvelles

Parce que "l'argent ne se mange pas"

que le monde de la finance détruit la terre,

en chasse les peuples, nous méprise,

je vous invite à signer la pétition et

à soutenir cette lutte qui est aussi la nôtre.

Adamante  

"Kayapos"

M. Mandela, le livre

monsieur-mandela AdaEd.Panafrika/Silex/Nouvelles du Sud

La vidéo

 Un lien qui en parle

Un hommage de 51 poètes du monde entier

à cet homme exemplaire

et j'ai l'honneur d'en faire partie

Pour commander  -envoi suivi- 

23 € si vous faites référence à ce blog

(Soit 20 € + 3€ de frais de poste au lieu de 6€)

Editions A3 - 36, rue Barbès 94200 Ivry sur Seine

Copyright n° 00048584-1

Mantras de l'espace

NASA-Voyager recording - mis sur You Tube par Hryzunik

Fermez les yeux, écoutez le chant troublant des ondes électro-magnétiques...