1 janvier 2011 6 01 /01 /janvier /2011 19:05

 

 

Il était une fois

Dans un pays tout gris

Où la réalité naissait des rêves

Et où le soleil n’existait pas encore

Et où les rêves autres que gris étaient interdits,

Dans ce pays tout froid où régnait un empereur qui avait pour nom Arac le Gris,

Une petite fille qui rêvait.

 


Ciel-grisSnow-copie.jpg

 

 

 

Et ses rêves étaient tellement brillants

Qu’un jour, elle avait même imaginé le soleil.

Comme il était beau

Comme il était chaud,

Comme il était lumineux

Comme il était généreux.

Elle avait senti son âme fleurir et un parfum s’envoler

Qui faisait naître la joie et le sourire autour d’elle

 

 

 

Arbre-Snow-copie.jpg

 

 

 

Mais dans ce pays si gris

La petite fille, avec ses rêves de lumière, fut vite repérée.

Elle fut traquée par l’armée d’Arac le Gris

Qui la poursuivit sans relâche, de jour comme de nuit.

Cette armée était composée par les Aracnuages

Ces nuages-là n’avaient pas pour mission de porter de l’eau

Ils avaient pour rôle, comme des araignées, d’engluer et d’engourdir

Tous ceux qui enfreignaient la loi en imaginant autre chose que du gris

 

Le risque que représentait la petite hors la loi était immense

Pensez donc

Si ceux qui avaient vu le soleil au travers de son rêve

Se mettaient à en rêver aussi, le gris risquait de disparaître

Et ça l’empereur Arac le Gris ne pouvait le tolérer.

Le gris c’était sa raison d’être, il en tirait tout son pouvoir.

La traque fut terrible.

 


 

pers.gris-copie.jpg

 

 

 

L’enfant tenta bien de leur échapper

Mais on ne peut passer toute une vie à fuir

Surtout en laissant une telle traînée de lumière derrière soi

Et le jour arriva où elle fut faite prisonnière.

Ce jour-là, les quelques sourires qui avaient fleuri

Furent avalés par la poussière grise du sol et disparurent.


Tout engluée de gris, elle fut enfermée dans la tour du silence

Une tour où il faisait un froid et une humidité à tuer le plus résistant des rêves

Le désespoir suintait des murs comme une maladie incurable

Il s’écoulait sur le sol en flots de larmes gluantes et verdâtres

Et plus la petite regardait ces flots et plus elle se sentait grignotée par le néant.

À ce rythme-là, bientôt on ne la verrait plus

Ses pieds léchés par le courant avaient déjà commencé à disparaître.

 

Pendant ce temps, là-haut, plus haut que les nuages

Le soleil qu’elle avait créé

Pour attirer son attention, s’était mis à briller de toute la force de sa lumière

Il avait tenté de percer les nuages

Mais il craignait, lui qui faisait naître la vie,

Lui qui nourrissait l’espoir

Que ses efforts soient vains

Il avait beau rêver la petite fille

Le soleil ne se voit que si l’on se décide à le rêver à son tour

Il ne pouvait plus qu’espérer ce miracle.

Mais la petite prisonnière ne pensait plus à rien

Elle ne voyait ni ne rêvait plus rien

Elle l’avait oublié

Ensorcelée par les flots maléfiques, elle n’était plus que l’ombre de son ombre.

 

 

L’histoire aurait pu s’arrêter là

Le soleil d’un côté et la petite fille de l’autre

Séparés par cet horizon de nuages gris et sans âme…

 

Mais le soleil qui persistait à rêver la petite fille dans la lumière

Aperçut un jour un éclat de mica sur le rebord de la fenêtre

Tout en haut de la tour où elle se morfondait

 

 


petite-fille-copie.jpg

 

 

 

Alors, en une ultime tentative, il y projeta un fin rayon de sa lumière

Ce rayon était si fin qu’il réussit, sans être repéré, à traverser les nuages.

Il était si fort, si concentré qu’il put traverser les ténèbres de la tour

Et dessiller les paupières closes de l’enfant

Alors il pénétra jusqu’au fond de son âme et réveilla son esprit endormi.

Elle ouvrit les yeux

Tout le gris disparu

Et les murs, et la tour, et le fleuve avec.

Il n’y avait plus que le soleil

Du soleil partout

Il n’y avait plus que de la joie

Il n’y avait plus rien que ce feu dévorant

Cet infini éblouissant où elle se savait enfin chez elle.

 

 

Alors le soleil murmura à l’oreille de son cœur :

 

« Ici tu es chez toi

Tu n’es pas du monde du gris

Rêve-moi comme je te rêve

Mange-moi comme je te mange

Je te mange et tu es moi

Tu me manges et je suis toi

Et pour ne pas m’oublier parle-moi

Quand tu me parles ma force est agissante

Je construis le monde en le rêvant

Je le rêve et je le dévore

Tu es mon rêve

Je suis ton rêve,

Fais de moi ton unique rêve

Parle-moi, ainsi tu ne te tromperas plus de monde

Je suis le rêve qu’il te faut manger pour que ton monde se réalise. »

 


Etourneau-Snow---copie.jpg

 

 

 

Alors la petite fille s’était levée

Et parlant à son rêve

Dévorant son rêve

Elle s’était mise à marcher

Et elle semblait si légère à ceux qu’elle croisait

Qu’ils se sentaient à leur tour devenir légers

Et elle semblait si lumineuse à ceux qu’elle croisait

Qu’ils se sentaient à leur tour devenir moins gris.

Le monde sur son passage prenait forme et couleur

L’herbe fit exploser tous ses tons du jaune au vert

Les feuilles des arbres en firent autant

Les fleurs prises de folies exprimèrent toutes les couleurs

Les oiseaux arrivèrent colorés comme l’arc-en-ciel

Et tout ce qui existait se mit à rayonner et à chanter.

Les aracnuages, avalés par le bleu du ciel, devinrent alors porteurs d’eau

L’eau si précieuse qui s’unit enfin au feu pour nourrir toute cette vie…

Le gris n’avait pas totalement disparu

Mais il était désormais obligé de partager avec la couleur.

 

 

Ô… C’était il y a bien longtemps

Mais ici personne n’a oublié.

Chacun se rappelle que le soleil est né du rêve d’une petite fille que le soleil avait lui-même rêvé.

Et qu’aujourd’hui encore, pour faire vivre le soleil,

Pour faire croître sa lumière,

Il faut garder à l’esprit de le rêver sans cesse, de lui parler et d’unir nos rêves à son rêve.

 

 

© Adamante

 

Merci à Snow   pour ses superbes photos

Dessins Adamante


Partager cet article

commentaires

Marie 13/01/2011 17:54



Tu vois, j'ai eu raison de venir ici aujourd'hui. Je cherche le soleil depuis hier et le voilà chez toi . Arac le Gris est chez moi et j'avoue que j'aimerais bien qu'il s'en aille.


Merci pour ce merveilleux conte et ces images. Bonne fin de journée.



ADAMANTE 10/02/2011 17:26



Je réponds si tardivement que j'espère qu'Arac le Gris est parti de chez toi et que le soleil est revenu. Amitiés Marie, à bientôt.



l'oeil qui court 07/01/2011 00:28



Un bouquet de lumière pour faire fleurir


Les prairies et verdir les arbres au plein coeur de janvier.



ADAMANTE 07/01/2011 02:33



Le monde des contes, il faut que je m'installe un peu plus longtemps chez toi pour lire à l'aise. Cela va se faire.  Belle nuit



Angeline30 04/01/2011 18:45



Bonsoir étoilé Adamante


Je passe te souhaiter mes meilleurs voeux pour l' année 2011, que tous ce que tu désires se réalisent.


Superbe le texte, les rêves peuvent devenir réalité.


Douce soirée à toi, bisous angéliques


Angeline


 



ADAMANTE 05/01/2011 00:38



Bisous de la nuit Angeline, que les étoiles illuminent tes vœux. Amitiés



Pierre 03/01/2011 15:31



En voyant les images de Snow qui est peut être du Québec? je me dis que mes plateaux sont presque aussi hostiles ? Oui comme tu nousle dis dans ce conte merveilleux, un seul rayon est source de
chaleur, joie, attente, c'est la grande lutte cosmique entre l'ombre et la lumière comme si cette attente était primordiale.


Aurions nous la même poésie et les mêmes angoisses  en vivant à l'Equateur?


ne nous lasserions nous pas de ces jours de longueurs identiques. tant qu'il y a des petites filles qui rêvent le soleil, je me sens à l'abri du froid et de la nuit.


J'ai beaucoup aimé cette synergie du texte et des photos.


Bonne continuation



ADAMANTE 11/01/2011 14:25






Pardon Pierre de répondre si tard, je croyais l'avoir fait mais il semble que non.


Snow est bien du Québec, ses photos m'ont séduite l'an dernier et une amitié est née et de jour en jour, en tricotant son
fil, nous l'avons renforcée, c'est là un rayon de soleil.


Je pense que, quel que soit le lieu sur terre, l'homme a les mêmes aspirations qui se traduisent différemment en fonction
de la longueur de ses jours et de ses nuits. Mais, je crois, parce que nous partageons le même cycle de naissance et de  mort, que nous pouvons interpréter comme un passage d'ombre et de
lumière, sans pour autant savoir lequel est l'ombre et lequel est la lumière, nous nous retrouvons avec des racines communes ...


C'est sans doute pour cela que les légendes et les contes du monde entier nous parlent. C'est peut-être là, dans cette
poésie d'appartenance à la terre de nos racines que nous pouvons trouver notre point de rencontre et découvrir, bien au-delà d'un quelconque sentiment religieux,  que nous sommes tous
frères. Belle journée à toi.



ABC 02/01/2011 22:59



Que les rêves de l'enfant et du soleil se confondent pour t'offrir une année pleine de lumière, de couleur et de richesses artistiques...


J'était, sur mon blog, en trai de répondre à ton commentaire quand une fausse et trop rapide manœuvre m'a fait effecer et ton commentaire et ma réponse ... Je te prie de m'en excuser



ADAMANTE 02/01/2011 23:34



Merci pour tes vœux ABC, ne t'inquiète pas pour le commentaire, sur un de tes articles je suppose, ce n'est pas grave. Bises



mamylilou 02/01/2011 22:56



Un conte superbe où le rêve est roi ..Bises du soir



ADAMANTE 02/01/2011 23:31



Bises à toi Mamylilou, et à très bientôt pour chaconter quelque histoire en tanka ou haïku...



kimcat 02/01/2011 18:41



Coucou Chadamante


Quelle jolie prose ensoleillée ! De quoi rêver les yeux ouverts ; les photos sont superbes surtout celle de l'oiseau


Je te renouvelle mes meilleurs voeux...


bises


Béa kimcat



ADAMANTE 02/01/2011 23:23



Merci Béa, pour moi et pour Snow qui a fait ces si jolies photos. J'ai apprécié ta très jolie carte. Chatmicalement.



pimprenelle 02/01/2011 17:23



Très belle page d'écriture pour un début d'année.


Tu m'as fait penser au Magicien des Couleurs. Tout part aussi du gris, mais il y a des enfants ...



ADAMANTE 02/01/2011 23:15



Je voulais marquer le premier jour de l'année (tout gris) par cet espoir de couleurs.



fanfan 02/01/2011 17:20



C'est un très joli conte d'espoir  ;que cette nouvelle année réalise les tiens et beaucoup d'autres



ADAMANTE 02/01/2011 23:15



Je te remercie Fanfan, nous verrons bien ce qu'elle nous réservera cette année vie, mais si les rêves ne meurent pas, c'est certain, elle sera belle. Je te la souhaite ainsi.



nadia-vraie 02/01/2011 17:19



C'est très beau et on peut en retirer une belle morale.


Je te souhaite une bonne année 2011 avec la santé et de belles joies toute l'année.


À bientôt.



ADAMANTE 02/01/2011 23:12



Je te souhaite à mon tour une année pleine de ce soleil intérieur qui illumine les jours. Amitiés



jill-bill.over-blog.com 02/01/2011 07:10



Entre ombre et lumière j'ai choisi mon camp, je suis cette petite fille...  Bravo pour ce travail texte et illustrations.  Tu commences fort !   Bon dimanche m'dame, bisous



ADAMANTE 02/01/2011 12:15



Deux gros bisous à la petite Jee Bee ! Bon dimanche à toi aussi.



cigalette 02/01/2011 06:57



superbe histoire, magnifique, et belles photos, merci bonne journée



ADAMANTE 02/01/2011 12:15



Belle journée et très belle année Cigalette et encore merci de tes visites.






Snow 02/01/2011 00:53



Comme quoi, tout n'est pas perdu, tout nous reviens dans l'union avec nos rêves profonds, de cesser de les oublier ou de ne plus y croire. J'aime beaucoup tes dessins, le premier fait penser
fortement à 1984 de Orwell. La petite fille, elle est mignonne. Merci de ce superbe conte d'espoir que je raconterai un jour à une petite quelqu'une.. Bises



ADAMANTE 02/01/2011 23:08



Je serai près de vous quand tu le raconteras, j'en suis certaine et j'en suis très heureuse. Bises à vous deux.



jakline 01/01/2011 22:46



C'est une belle histoire que tu nous conte là; l'histoire de l'Homme avec sa part d'ombre et sa part de lumière; pourvu que la lumière ait toujours une place plus importante que celle de
l'ombre...



ADAMANTE 02/01/2011 23:06



C'est le chemin d'une vie consciente sans doute...



Blanche DREVET 01/01/2011 21:10



J'aime ce très beau conte qui comme tous les contes possède une réalité profonde . Cette belle histoire m'explique pourquoi les enfants n'oublient jamais de dessiner le soleil sur leurs dessins !
Merci Adamante ! que le soleil brille pour toi tout au long de cette année !


Blanche



ADAMANTE 02/01/2011 23:05



C'est vrai que les enfants n'oublient pas la représentation du soleil, ils savent ce qui est bon. Amitiés



Quichottine 01/01/2011 19:35



Rêver de celui qui nous rêve et finalement renaître de ce rêve, c'est magnifique !


 


Adamante, merci pour ce conte merveilleux.


Merci pour cette harmonie entre le gris et les couleurs, pour l'équilibre trouvé afin que chacun puisse exister et être heureux.


 


Merci pour ce soleil créateur.



ADAMANTE 02/01/2011 23:00



L'expérience d'un tel rêve est quelque chose de très fort. Merci Quichottine.



Profil

  • Adamante
  • Comédienne, metteur en scène, diplômée en Qi Gong, j'écris, je peins.
  • Comédienne, metteur en scène, diplômée en Qi Gong, j'écris, je peins.

Ici, on rêve ! Bienvenue

Je vous invite à partager mes créations, reflet de la vision que j’ai de la vie, au travers de la peinture, du théâtre, de la poésie & de l’écriture. Adamante

 

 

Rechercher

Traduction-translation

 

Acquérir une toile

 

L-eau-lumiere.jpg

Contact : 07 70 73 59 82

Finance & mépris !

stop-belo-monte coupe-du-monde 3

40
BELO MONTE : Pétition du Cacique Raoni

Dernière nouvelles

Parce que "l'argent ne se mange pas"

que le monde de la finance détruit la terre,

en chasse les peuples, nous méprise,

je vous invite à signer la pétition et

à soutenir cette lutte qui est aussi la nôtre.

Adamante  

"Kayapos"

M. Mandela, le livre

monsieur-mandela AdaEd.Panafrika/Silex/Nouvelles du Sud

La vidéo

 Un lien qui en parle

Un hommage de 51 poètes du monde entier

à cet homme exemplaire

et j'ai l'honneur d'en faire partie

Pour commander  -envoi suivi- 

23 € si vous faites référence à ce blog

(Soit 20 € + 3€ de frais de poste au lieu de 6€)

Editions A3 - 36, rue Barbès 94200 Ivry sur Seine

Copyright n° 00048584-1

Mantras de l'espace

NASA-Voyager recording - mis sur You Tube par Hryzunik

Fermez les yeux, écoutez le chant troublant des ondes électro-magnétiques...