28 juin 2010 1 28 /06 /juin /2010 07:00

Défi n° 32 à la barre

NOUNEDEB

pour les

CROQUEURS DE MOTS


 


Vous connaissez la Creuse ?


Ne cherchez pas, l’air inspiré, comme si vous aviez oublié le nom quelque part dans un coin perdu de votre cerveau, je connais la réponse, alors dites-le carrément :

 

« Non je ne connais pas ! »

 

Ce que vous perdez braves gens, ce que vous perdez !

Alors je décide de pallier ce manque, et croyez-moi, la Creuse, moi je connais.

J’ai une racine là-bas, celle qui aime l’eau et l’herbe folle, qui sitôt coupée repousse comme une malade, à vous déprimer une tondeuse, l’autre préfère le maquis, le soleil et la mer... Inutile de développer !

 

Et pourtant, pourtant, la Creuse on en parle régulièrement à la radio. Elle est même devenue une blague pour signifier le « trou perdu de chez perdu », alors si on vous dit :


« Tu habites la Creuse ou quoi ! »


Réfléchissez par deux fois avant de réagir. Restez calmes, la colère est mauvaise pour le foie, le cœur et pire encore, et dites-vous, en votre for intérieur, que l’olibrius qui vous traite de Creusois est un inculte, une pauvre âme qui n’a pas vécu l’éveil, alors souriez-lui, en répondant :


« Oui, j’ai une maison dans la Creuse ! »  avec l’air réjoui d’un anachorète.


Car en Creuse, dont le slogan national est :

« la Creuse est encore un secret pour tout le monde ! »

Vous voyez comme on le revendique, en Creuse donc, il se passe régulièrement des faits-divers particulièrement divertissants.


La bonne Ville de Guéret, chef-lieu du Département, assez froide et un peu bourgeoise, a vu une nuit un bouc, notons le choix judicieux de la bête déjà rare en campagne, s’inviter dans une laverie du centre ville.

Comme il refusait d’en sortir, il avait contraint les gendarmes à intervenir.

Était-il arrivé là, après avoir trop bu, en sortant de la boîte de nuit toute proche ?

Nul ne sait !

Mais mon enquête ne porte pas sur cet individu égaré qui fit les choux gras de France Info, chaîne de radio qui vous entraîne gratuitement à apprendre par cœur les nouvelles, si par hasard vous décidiez de vous inscrire à « questions pour un champion ».

Vous savez comme moi que tout est possible !

 

J’ajoute à ce préambule qu’en Creuse, on a depuis toujours de beaux crimes non élucidés, de très beaux crimes qui font, de nos jours, la Une de l’info, sur la même chaîne d’information, qui abrite, j’en suis plus que persuadée, un nid de Creusois nationalistes.

 

Auteurs de romans noirs, je vous livre un secret.  

Dans le village de Lavaveix les Mines, entre Aubusson, capitale mondiale de la tapisserie, oubliée du monde, tant l’intelligentsia locale ignore ce que sont les mots : promotion et communication, réduisant ainsi à néant tous les efforts de Jean Lurçat, et Guéret, dont je vous ai parlé plus haut, vous aurez de quoi mener l’enquête et trouver matière noble à écrire plusieurs bouquins. Je vous garantis une mine « Agatha Christienne » non exploitée et un séjour bucolique à souhait, car la Creuse est certainement le département le moins pollué de France, et ça, de nos jours, ça compte !

 

Pour en revenir à mon propos, la Terre de Lavaveix les Mines, j’en suis convaincue, dégage une force pousse-au-crime maîtrisée généralement avec brio par ses habitants, ce qui les rend particulièrement respectables. Ceci dit en aparté, je possède non loin de là un refuge et vous comprendrez que je tienne à m’y assurer la paix. Cette force maléfique, tient-elle au fait que le sous-sol du village est sillonné par des galeries abandonnées depuis des décennies, à l’arrêt de l’exploitation houillère ?

Peut-être, que les esprits tourmentés de nombreux mineurs, jeunes, très jeunes parfois, ou vieux, qui ont succombé dans ses entrailles, cherchent à se venger de ce sort cruel qui touche immanquablement les exploités sacrifiés sur l’autel du profit.

Mais cela n’est que pure spéculation, filon à creuser, si les auteurs de romans noirs aiment à ajouter une once de mysticisme et de culture, sociale et anthropologique, à leurs écrits.

 

Après cet aperçu historique indispensable, revenons à nos moutons, je vous invite à me suivre dans la rue principale de Lavaveix les Mines.

 

L’histoire que je vais vous conter est réelle, comme tout ce qui se passe en Creuse et qui est relaté par la grande radio nationale des fêlés d’information.

Elle se passe en juillet.

 

Mimi, jeune et jolie, bien éduquée, tirée à quatre épingles avec un ravissant collier incrusté de faux diamants révélant sa nature fantasque, vient de sortir du bureau de tabac après avoir joué avec les numéros du loto de son papa. Après un bref coup d’œil à l’horloge, sans quitter le trottoir, elle s’avance pour son rendez-vous journalier chez la coiffeuse.

Comme elle est en avance elle décide de s’installer à la terrasse du bistrot, en face du salon. Elle salue le Docteur Ka qui arrive à son cabinet, Madame Bi, la pimpante boulangère, qui part faire sa tournée, minaude quelques menus propos avec la patronne qui lui offre son traditionnel verre de lait. Enfin elle traverse la rue, pile à l’heure pour son rendez-vous.

 

Elle vient faire dompter une magnifique crinière angora à faire pâlir de jalousie toutes les femmes du département. Elle sait que Madame Jo adore coiffer ces crinières sauvages qui révèlent des âmes à vous damner les saints. Elle est aussi au fait de ce qui se fait à Paris, et le salon de Madame Jo n’a pas ce côté « mémère » que l’on peut craindre à la campagne. D’ailleurs, sur Madame Jo, les années n’ont pas de prise et elle vous donne un petit air si Parisien au salon que les Messieurs, jeunes ou vieux aiment venir s’y rafraîchir le cœur et l’âme en même temps que la tignasse. Quant aux dames, elles ressortent de là satisfaites, chacune trouvant coiffure à sa tête, dans une ambiance joyeuse ce qui ne gâte rien.

 

Les soucis, les peines, les chagrins, Madame Jo les planque sous ses plaisanteries et sa bonne humeur et en bon capricorne, elle bosse dur et assume son ouverture d’esprit, sans jamais vraiment se dévoiler.

Pendant que Madame Jo la coiffe, Mimi, sous des airs prudes cachant un sacré tempérament, a le temps de réfléchir encore et encore à sa prochaine emplette à la pharmacie.


Mimi quitte le salon, belle comme un cœur ayant rencontré une paire de pattes pour porter plus rapidement le trouble dans les esprits.

 

Après un bref instant d’hésitation devant la porte en verre coulissante, elle entre, comme un chevalier entre en guerre, bien décidé à ne pas se faire tuer.

Chose rarissime, méritant d’être notée, l’officine de Monsieur Fa est vide.

Il arrive tout sourire de son arrière-boutique où il était occupé,  ganté, à fabriquer une potion. Et découvrant Mimi, il retient son envie d’avancer la main pour caresser cette crinière qui est une incitation à la débauche et le plus gentiment du monde, il l’invite à s’approcher.

Mimi, terriblement féline, plus ou moins inconsciente de la charge érotique qu’elle dégage, avance avec le pas chaloupé d’une grâce descendue de son piédestal et pose ses petites mimines tremblantes sur le comptoir.

Elle cligne deux ou trois fois des paupières sur ses grands yeux étoilés et pour se donner du courage, toussote, se hausse sur la pointe des pieds, module quelques miaulements et dit d’une petite voix à peine audible :

 

« Bonjour Monsieur Fa, je voudrais des pilules contre matou ! »

 

Monsieur Fa, « tournezingué », s’écroule alors derrière le comptoir, il a perdu connaissance.

 

Mimi, affolée, pense que la main de la déesse Bastet vient de faire tomber la foudre sur son audace en ôtant peut-être à la vie Monsieur Fa.

Heureux hasard, si vous croyez au hasard, c’est alors que le docteur Ka, qui a un besoin urgent de seringues pour son cabinet, entre, et tombe à pic pour administrer deux claques bien senties au pharmacien blême, étendu derrière son comptoir.

 

Il faut avouer que la chaleur de cet été torride n’arrangeait pas les choses.

 

Pendant qu’il reprend ses esprits, en hoquetant au docteur Ka, ce qui permit à ce dernier de diagnostiquer une insolation :

 

« Elle parle, elle parle, je vous le jure, elle parle ! »

 

Mimi, qui s’était tassée dans un coin en espérant disparaître, glisse sans faire de bruit vers la porte et une fois sortie se met à courir dans la rue pour rejoindre la maison paternelle.

Alors, l’air de rien, pour récupérer de son trouble, elle s’enroule confortablement sur le canapé où elle fait mine de dormir tout en surveillant d’un œil la porte d’entrée.

 

Croyez-vous que cette fauteuse de trouble fut le moins du monde inquiétée ? Pas du tout !

 

Par contre Monsieur Fa écopa d’une bonne semaine de repos avec interdiction formelle de se vautrer au soleil, afin de se remettre de ses hallucinations.

 

Oui, je vous le dis, la Creuse est un département à part et cette chronique véridique et n’a rien d’exceptionnel.

Je ne citerai pas mes sources, mais elles sont sûres.

 

Où croyez vous donc que Monsieur Jean de La Fontaine ait puisé son inspiration ?

 

Dans la Creuse bien évidemment, dans la Creuse !

 

 

 « Petites chroniques de la Creuse secrète » ©Adamante

Partager cet article

commentaires

juliette 06/07/2010 19:22



je ne connais pas, mais un ami y a passé trois jours et s'est juré de ne jamais y retourner





Mais toi, si c'est ton pays, tu l'aimes forcément



ADAMANTE 06/07/2010 22:45



Je ne suis qu'à moitié de là-bas, mais c'est vrai que lorsqu'il se met à pleuvoir il y a de quoi déprimer ! J'avoue je préfère le soleil, mais ce pays a son charme.



india 03/07/2010 09:47



Voili voilà, c'est tout ce que j'aime lire, un beau mélange de fiction et de réalité. Merci Adamante pour ce moment creusois :)



ADAMANTE 03/07/2010 13:28



Alors : moment creusois, moment de joie !



fanfan 30/06/2010 00:47



il s'en passe des choses dans la Creuse, et on ne s'en aperçoit même pas! quelle histoire!!



ADAMANTE 30/06/2010 00:55



C'est là la vertu du secret, on ne s'en aperçoit même pas !



reinette 28/06/2010 21:44



je vois qu'en tant que creusoise, tu as bien creusé le sujet. il est vraiment joliement conté. je vais donc creuser moi aussi pour apprendre un peu plus sur la Creuse, ce joli creux de France où
il se passe tant de choses


bonsoir.



ADAMANTE 30/06/2010 00:24



J'ai un côté taupe et la Creuse est un pays plein de richesses cachées. Bises Reinette.



Quichottine 28/06/2010 20:39



Merci !


J'ai adoré ton conte...


La Creuse... tu sais, je ne t'aurais pas parlé de Guéret mais de La Souterraine, qui, sur le chemin de mes vacances, m'a toujours parue incroyablement mystérieuse...


Va savoir pourquoi.



ADAMANTE 18/08/2010 19:14



Je prends le temps de regarder mon administration et je constate que des réponses à des commentaires ont disparues. J'en suis désolée, je tenais à te remercier de ce commentaire. Amitiés
Adamante.



Lenaïg Boudig 28/06/2010 20:14



J'ai visité la Creuse, Guéret et Aubusson entre autres, un bel été avec mon Ours. Nous n'avons pas eu le temps de creuser l'atmosphère des lieux, voilà qui est réparé ! Un régal de te lire,
Adamante : on en apprend des choses, le tout écrit dans une langue de qualité. Merci pour le bon moment, bonne soirée.






ADAMANTE 30/06/2010 00:22



Un bon moment partagé, merci de ta visite et à très bientôt. Bisous



Pascale La tricotineuse 28/06/2010 19:58



Ou la la ! on m'avait donc raconté des bobards!!! ça bouge à fond chez toi !!! il faut des reporters à tous les coins de rue pour récolter tous les faits d'hiver et des autres saisons!!
Super Texte Adamante qui me donne envie d'aller y voir de plus près des fois que ce serait juste de la "Légende positiviste" de  journaliste en mal de compagnie !!   bizzzoux doux !! (le bouc dans la laverie ç'aurait été un délice à développer !!! )



ADAMANTE 29/06/2010 15:50



Le bouc, du vrai passé à France Info ! Juré ! Et j'ai bien l'intention de creuser plus. Bises



pimprenelle 28/06/2010 19:23



Comme je suis juste une zyeuteuse, je ne connaissais pas ton défi. C'est encore mieux comme ça.


J'ai profité d'une très bonne description de la Creuse et lorsque j'ai commencé à rentrer dans le vif du sujet, j'ai pensé à une chèvre. Bien sûr, très vite je suis retombée sur des pattes
félines. Bravo ! Vrai que personne ne peut croire qu'un échange de "mots" puisse s'établir entre un humain et un animal et pourtant, il s'en passe des choses entre eux !


J'ai fait comme tu me l'as dit et j'ai encore été "chercher". Je vais continuer ta marche à suivre, nous verrons. A bientôt, peut-être



ADAMANTE 30/06/2010 00:27



La compréhension est parfois plus grande entre  deux espèces elle se fait sans parole et nécessite d'écouter
l'autre avec plus d'attention. Les mots entrainent trop vite trop loin souvent.


Bon courage et à bientôt. Bises



harmonie37 28/06/2010 18:15



Il se passe tout ça dans la creuse !!!!!


J'y réfléchirai à deux fois avant de traiter quelqu'un de Creusois (je connaissais même pas l'expression)


Bisous



ADAMANTE 28/06/2010 19:11



Tout ça et plus encore, si tu savais... Je dévoilerai tous les secrets Creusois dans  mes chroniques. Bisous



Snow 28/06/2010 15:18



Je ne connais pas la Creuse ni ne suis une éveillée mais pourquoi donc cette histoire si véridique et riche de subStilitées (accentuer de S) n'at-elle pas fait la une de  france
infos..  En tout cas, elle l'avait la charge érotique, que de branle-combat..               Beau divertissement Madame. Tu as l'art de creuser notre
intérêt.. Bises



ADAMANTE 28/06/2010 19:08



J'ai toujours dis que  j'étais une taupe ! Bises Dame Snow à plus tard.



Nounedeb 28/06/2010 14:27



Salut à toi, Adamante! J'en reste bouche bée. Je savais qu'il y avait au milieu de la France un creux ombilical, mais jamais je n'aurais cru qu'il pouvait s'y passer de telles aventures - et si
bien dites. Merci pour ta contribution!



ADAMANTE 28/06/2010 19:02



Là il faut absolument chanter : "Ah si tu connaissais la creu eu eu eu eu eu se"


Sauf qu'en courant, parce que j'ai failli oublier le rendez vous 32 et que je m'y suis mise hier, donc en courant chercher le thème, j'ai zapé tous les détails, sauf le fait divers et ce matin en
lisant ce que les croqueurs ont fait, je me suis dis :


"mais pourquoi diable  parlent-ils tous de plage et de vieille dame ?"


j'ai relu... oh lalalalalala, la tête en l'air !  En tout cas je me suis bien amusée avec ma partie de thème. Bises et bizous pour me faire pardonner !



Eglantine-Lilas 28/06/2010 11:10



d'accord pour la plage c'est loupé j'ai bien rit et mais qu'elle plaisir ! par contre je me  demande si les
pastille pour ma-tou ont pu faire leur effet ? non parceque en ce moment j'en aurai besoin si tu peux me donner la marque


bisous



ADAMANTE 28/06/2010 18:52



"Matounet" et le slogan publicitaire est :


Minettes, pour faire place nette, prenez Matounet !


Bon, là je crois qu'il est temps de raccrocher ou je vais finir par y croire !



jill bill 28/06/2010 09:35



Bonjour Adamante, tu as dégoté une mimi comment dire très spéciale pour le défi du jour... Donc un scoop !!! Vive la Creuse et tes méninges que se sont creusées pour ce fait particulier
!!!  Bon lundi à toi, amicales pensées de jill, bisous



ADAMANTE 28/06/2010 18:49



J'ai dégoté Mimi, mais j'ai zapé tout le reste, une tête de linotte échouée sur une plage invisible. Mais je me suis bien amusée. Bises Jill, bonne soirée et... bon rétablissement à Jill !



hauteclaire 28/06/2010 09:35



Je suis scotchée !


et jusqu'à la fin j'ai marché à fond ! La Creuse me paraissait un département digne d'un grand intérêt, ton récit le fait grandir de plusieurs crans.


J'admire et j'applaudis


Amitiés



ADAMANTE 28/06/2010 18:46



J'ai à pein inventé ! Merci de ta visite et à très bientôt. Amitiés



rouergat 28/06/2010 08:55



Bonjour Adamante


Belle, captivante et généreuse chronique de la Creuse ; pays des maçons


Amitiés



ADAMANTE 28/06/2010 18:45



Oui le pays des maçons, toujours sur les chemins. Un joli pays. Amitiés Henry



Profil

  • Adamante
  • Comédienne, metteur en scène, diplômée en Qi Gong, j'écris, je peins.
  • Comédienne, metteur en scène, diplômée en Qi Gong, j'écris, je peins.

Ici, on rêve ! Bienvenue

Je vous invite à partager mes créations, reflet de la vision que j’ai de la vie, au travers de la peinture, du théâtre, de la poésie & de l’écriture. Adamante

 

 

Rechercher

Traduction-translation

 

Acquérir une toile

 

L-eau-lumiere.jpg

Contact : 07 70 73 59 82

Finance & mépris !

stop-belo-monte coupe-du-monde 3

40
BELO MONTE : Pétition du Cacique Raoni

Dernière nouvelles

Parce que "l'argent ne se mange pas"

que le monde de la finance détruit la terre,

en chasse les peuples, nous méprise,

je vous invite à signer la pétition et

à soutenir cette lutte qui est aussi la nôtre.

Adamante  

"Kayapos"

M. Mandela, le livre

monsieur-mandela AdaEd.Panafrika/Silex/Nouvelles du Sud

La vidéo

 Un lien qui en parle

Un hommage de 51 poètes du monde entier

à cet homme exemplaire

et j'ai l'honneur d'en faire partie

Pour commander  -envoi suivi- 

23 € si vous faites référence à ce blog

(Soit 20 € + 3€ de frais de poste au lieu de 6€)

Editions A3 - 36, rue Barbès 94200 Ivry sur Seine

Copyright n° 00048584-1

Mantras de l'espace

NASA-Voyager recording - mis sur You Tube par Hryzunik

Fermez les yeux, écoutez le chant troublant des ondes électro-magnétiques...