13 décembre 2010 1 13 /12 /décembre /2010 08:30

Avatar rose Hauteclaire  Avatar rose

DEFI N° 44

    Avatar rose LES CROQUEURS DE MOTS  Avatar rose

 

 

Aujourd’hui, parce que le temps s’y prête, parce que je suis un peu en retard sur mon horaire, ce qui signifie que mon horaire est parti avant que j’ai pu le prendre et que je me retrouve le soir avant d’avoir pu attraper le matin, aujourd’hui donc, ce soir, je vais vous raconter comment j’ai rencontré le plus VIP des VIP.


Je venais de lire « écritures Saintes » de Jacques Prévert et j’avais décidé de rencontrer Dieu.


Prévoyante, j’avais pris soin de me munir d’un plan avant de partir à ce rendez-vous que j’avais fixé seule n’ayant pas le téléphone de mon interlocuteur.

Non pas que je sache lire un plan, ça c’est une cause désespérée, mais parce que c’est plus facile de demander sa route si par hasard, celui ou celle à qui l’on s’adresse a les capacités de reconnaître si l’adresse que vous cherchez se trouve à votre droite ou à votre gauche.


Vous allez me dire :

 

« Mais pourquoi ne te diriges tu pas selon les points cardinaux ? »


Ce à quoi je vous répondrais que depuis que les points cardinaux ont décidé de changer de place au fur et à mesure de mes déplacements, j’ai cessé de leur faire confiance, ils ne sont pas fiables !

Ceux qui comme moi en ont fait l’expérience sur le périphérique savent parfaitement de quoi je parle ! Mais le périphérique, c’est facile quand tu as compris l’intérieur et l’extérieur, tu peux aller  d’un point à un autre sans faire le grand tour.

Seulement, au ciel, c’est différent, pas d’intérieur ni d’extérieur, rien que l’infini qui vous nargue.


Donc j’avais pris mon plan où étaient répertoriées toutes les galeries que le ciel pouvait compter et Dieu sait s’il y en a. C’est bien simple, il y en a tant qu’il est difficile d’en imaginer le nombre quand on ne s’est pas retrouvé au beau milieu !


Remarquez, le pays n’était pas mal, il m’a bien plu. C’était une sorte de nébuleuse un peu féerique, où je me sentais à l’aise bien que, ne dérogeant pas à mon habitude, j’étais un peu perdue.

C’est ma destinée, il me suffit de mettre le pied quelque part pour me retrouver nulle part, le sort se plaît à me faire prendre la mauvaise direction plutôt que la bonne, même si parfois j’inverse mon choix pour tenter de le tromper. Mais le sort, qui a don de double vue, connaît la donne et il n’est pas envisageable de gagner face à lui, c’est un fait acquis contre lequel j’ai même abandonné de râler.


Donc, dans cette nébuleuse, était-ce l’heure du repas; il n’y avait pas un chat.

 

Il serait plus juste de dire qu’il n’y avait un lapin, puisque c’est de lapins dont il s’agit et que j’étais en quête du « Grand Lapin Tout Puissant  qui vit tout là-haut dans les cieux, dans son grand terrier nuageux… »  si je m’en réfère aux dires de Prévert.


Cette idée de Lapin divin m’avait séduite et je m’étais dit qu’il me fallait vérifier par moi-même car, parmi les fables sur le sujet, cette petite dernière avait tout pour me plaire.

 

Vous dire combien de temps j’ai erré dans ces galeries entrecroisées sans rencontrer âme qui vive, et ce n’était plus l’heure d’un quelconque repas, je ne saurais.


Je commençais à désespérer de tout et surtout de la faculté de notre espèce à profiter du Grand Terrier Céleste, quand soudain, débouchant d’une jetée au-dessus de galeries secondaires, je me trouve, ô surprise, nez à nez avec Prévert.

Il était là, élu siégeant sans doute à la droite du Grand Lapin Tout Puissant.

De quoi vous faire réfléchir sur le code de bonne conduite des séminaristes, car selon ses dires, il y avait là nombre d’auteurs qui auraient pu faire l’objet d’un autodafé  si la  pratique était encore de mode.

Pour moi, c’était une aubaine, car si j’interroge les statistiques, je n’avais pas une chance sur un billion pour bénéficier d’un tel hasard, et dire que je n’avais pas joué au loto avant de partir…

Je décidais de remettre mes pleurs à plus tard.

 

Je demandais  à Prévert de me conduire auprès du Maître des lieux à travers le dédale de galeries creusées on ne sait trop pour qui, étant donné le nombre peu élevé d’âmes en villégiature dans le grand terrier céleste dont les grands absents semblaient être justement les Lapins à col blanc.


Ravi d’avoir de la compagnie, il me raconta sa vie, et se plaignit surtout du manque de variété des menus. Il m'expliqua qu'ici les menus étaient laissés à la charge du diable,  lequel s’ingéniait du mieux qu’il le pouvait à décliner le lapin en brochettes, en grillades et surtout en civet.

Il faut dire qu’il y avait pléthore de lapins aux enfers et que l'enfer était donc devenu en quelque sorte le continent Australien des nuages.

Afin de planifier l’occupation des sols et réguler la population, il s’était rapidement retrouvé à la tête de la plus grande fabrique de civet de l’univers.

 

Nous avançâmes, descendîmes, montâmes, passâmes des ponts et nous approchâmes enfin du but. Je commençais à ressentir un peu d’appréhension. Comment allait-il me recevoir, ce Grand personnage que tout le monde salue avec respect sans jamais oser le regarder dans les yeux ?

Je percevais ce trouble que j’avais une fois ressenti avant de frapper à la porte de Jacques Lacarrière, impressionnant érudit qui avait accepté de me recevoir.

Mais là, je n’avais même pas de rendez-vous. Je me pointais comme ça, sans invitation, juste pour voir s’il existait et à quoi il ressemblait et je n’avais rien préparé à lui dire. Je pris soudain conscience que je n’avais pas cru une seconde à la réussite de ma démarche.


Suivant Prévert de près dans des galeries étroites où il était impossible de marcher à deux de front, je commençais à me demander ce que je faisais là et s’il ne serait pas plus sage de rebrousser chemin en catimini.

J’abandonnais cette idée timorée, seule dans ce dédale, je ne pouvais manquer de me perdre. Errer sans fin dans cette nébuleuse habitée par le silence, manger du lapin tous les jours que le Grand lapin fait, n’était pas à mon programme.


Nous débouchâmes enfin dans une sorte de clairière marquée d'une pancarte où il était écrit :

 

« Soyez les bienvenus, restez couverts. »


Prévert m’expliqua que c’était une affaire que le Tout Puissant avait avec le diable, -ce qu’il explique très bien dans son livre « Paroles » et que je vais donc pas développer ici.-


Arrivée devant la porte des appartements divins, le cœur battant, je lève le doigt pour frapper quand soudain un regard s’ouvre, une jolie lumière apparaît, j’ai juste le temps de penser :


« Tiens ! ils sont équipés de capteurs électroniques »


qu’une voix angélique pré enregistrée, nous dit :


« Le Tout Puissant ne peut vous recevoir et s’en excuse. Il est parti en séminaire à Cuba pour dégustation de langouste en compagnie du Che, afin de réfléchir à d’éventuelles possibilités d’échanges intergalactiques pour trouver une solution à la crise du civet. »

 

©Adamante

Partager cet article

commentaires

♪ ♬♪.-**-._ⓇⓄⓈⒾⒶ_.-**-.♪ ♬♪ 27/12/2010 12:30



Je découvre ton blog-------Te souhaitant une douce journée-------



ADAMANTE 27/12/2010 15:50



Découverte croisée, je te souhaite à mon tour une  très belle journée.



Jeanne Fadosi 15/12/2010 12:17



imaginer n'est pas mentir et je connais des provinciaux qui ont fait deux fois le tour du périphérique pour retrouver leur chemin ! une seul petite ligne de vraie dans la vraie vie. à la réponse
à tes coms, je pourrais dire Prévert, mais il me semble qu'il est mort il y a déjà longtemps, alors Lacarrière ...


à moins que ce ne soit Dieu dans une emi. Mais la route est rectiligne parait-il ...


Mais tu sais, Dieu, je l'ai eu comme prof de dessin, dans les années 1960, ainsi que de nombreux futurs instits, c'était aussi un peintre de talent qui aurait mérité d'accéder à la célébrité. Pas
facile de porter un tel patronyme, mais il l'assumait et comme il était excellent pédagogue ...


Bises et belle journée



ADAMANTE 17/12/2010 00:28



Oui Lacarrière, autour de son livre le "pays sous l'écorce" dont j'ai fait une adaptation pour le théâtre qui hélas n'a jamais pu voir le jour. Dieu ma foi, pensant être une parcelle de la grande
entité, je le fréquente à chaque inspiration.



Quichottine 14/12/2010 01:43



Je te suivais de façon très sérieuse, dans ce dédale de routes d'où je me demandais comment j'en sortirais, moi qui n'ai pas plus de sens de l'orientation que toi (Je vais en RER à paris, quand
je n'ai pas de chauffeur disponible, parce qu'au moins, dans le métro, si je me trompe, personne ne klaxonne derrière moi...) lorsque nous nous sommes arrêtées devant une porte dont je savais que
tu connaissais les secrets...


 


Et là, tu vous, pardonne-moi, mais j'ai éclaté de rire.
Si même le Tout Puissant a un répondeur, où allons-nous ?


 


Bonne journée, Adamante. je me suis régalée à te lire.



ADAMANTE 14/12/2010 17:28



J'aime faire rire, avec mon physique au théâtre on me voyait toujours dans des rôles dramatiques mes meilleurs souvenirs sont les rires que j'ai pu obtenir. Amitiés



Jean-Pierre 13/12/2010 20:16



Bravo pour cette succulente ballade ...en tous points un régal ... Dieu, Prévert et le lapin !



ADAMANTE 13/12/2010 22:38



Au pays du pâté, "faut c'qui faut non de d'la !"



Olivier de Vaux 13/12/2010 19:58



Ma question sera la suivante : Jacques Lacarrière aime-t-il le lapin ?



ADAMANTE 20/12/2010 02:02



Je sais qu'il aimait le bon vin, mais le lapin, ça !



Tricôtine 13/12/2010 19:19



Adamante au pays des merveilles, court derrière le lapin qui a perdu l'heure... joli conte  rencontre divine ! point cardinal du tout chez moi néon a perdu ses repères ! gros bizzzoux
les réels approchent



ADAMANTE 13/12/2010 22:35



Je ne sais pas s'il avait perdu l'heure le lapin, ce qui est certain c'est qu'il n'avait pas perdu le nord ! Il y a du vrai ici, à peine une ligne.



Nounedeb 13/12/2010 18:01



Salut Adamante. Après avoir perdu le nord en dégustant ton texte, je vais essayer de la retrouver chez Prévert.  :}



ADAMANTE 13/12/2010 18:42



C'est un guide excellent !



ABC 13/12/2010 17:24



À la Prévert en compagnie de Prévert, c'est pas beau ça ? Alors le vrai et le faux, ma foi, Dieu seul y retrouvera les siens...



ADAMANTE 13/12/2010 18:44



Une seule ligne de vraie là-dedans ! Mais comment savoir, si ce que l'on rêve se crée dans une dimension parallèle alors tout est vrai !



jill bill 13/12/2010 14:44



Je vois oui oui on persiste et signe.... Et bien je ne le mets sur aucune communauté dab mais là Pascale a souhaité me faire de la pub chez les Crocs... Un texte de mon tit neurone où il manque
huit mots...  Le premier qui me bouche le texte remportera un colis gourmand...  J'ai des amateurs très durs à battre, des inconditionnels... des mordus voire des dingues... !!!
Bienvenue dans la matinée de demain... Bizzzz   



ADAMANTE 13/12/2010 14:50



J'irai voir, mais tu sais que je suis nulle à ces jeux là,  je me rattrape ailleurs,  tant pis pour le colis gourmand, régime sec sera bon pour la ligne ! Bizzzz



Snow 13/12/2010 14:05



Tous les chemins mènent à Dieu qui est partout, mais, tu en fait la démonstration ici, difficile de mettre la main dessus sans rendez-vous! Par chance que tu avais Prévert qui s'y connaît un peu
en bondieuseries. Les voyages forment la jeunessse de l'éternité.. Après la crise du civet, tu reprendras ta quête dit?  J'ai adoré M'Dame! Bises



ADAMANTE 13/12/2010 14:47



Oui c'est un grand spécialiste des bondieuseries, heureusement que Dieu l'a désormais à ses côtés pour gérer honorablement la crise du civet ! Ma quête se poursuit entre nébuleuses et galeries
"sous cielaine", où je bondis comme un lapin fou sans m'égratigner les genoux. Bisous



Monelle 13/12/2010 13:08



Mille bravo pour cette jolie fable ! j'ai adoré !!!


Bisous






ADAMANTE 13/12/2010 13:57



Il faut lire le texte de Prévert : du grand art ! Bises


Je me répète, mais j'adore ta signature. Je verrai bien mon petit chat écrivain faire de même.



jill-bill.over-blog.com 13/12/2010 12:23



Bonjour m'dame la conteuse menteuse admirable, au diable le vrai faux, je déguste !  Bises de jill,      



ADAMANTE 13/12/2010 13:56



Menteuse ! moi ? Jamais, je m'habille in flemmo-Véritas ! Une ligne de vrai, ça fait le compte non ? Hauteclaire comprendra j'espère ! Bisous m'dame.


C'est quoi ton jeu des trous de mémoire dont nous parle Pascale ?



Eglantine 13/12/2010 09:50



pour les points cardinaux je confirme , ils ne font que se déplacer au fur et a mesure que tu voyages, il va falloir faire une petition au Dieu des cieux


pour le reste...ma foi tu nous offres un plat royal ...mais peut être est ilo plutot divin ...j'ai tout simplement
adoré ! merci pour ce moment de détente et de plaisir


bises



ADAMANTE 13/12/2010 22:37



Ils nous font tourner en girouette ces points là à ne jamais rester en place ! Ce n'est pas la poule  pot mais presque ! Bises



Profil

  • Adamante
  • Comédienne, metteur en scène, diplômée en Qi Gong, j'écris, je peins.
  • Comédienne, metteur en scène, diplômée en Qi Gong, j'écris, je peins.

Ici, on rêve ! Bienvenue

Je vous invite à partager mes créations, reflet de la vision que j’ai de la vie, au travers de la peinture, du théâtre, de la poésie & de l’écriture. Adamante

 

 

Rechercher

Traduction-translation

 

Acquérir une toile

 

L-eau-lumiere.jpg

Contact : 07 70 73 59 82

Finance & mépris !

stop-belo-monte coupe-du-monde 3

40
BELO MONTE : Pétition du Cacique Raoni

Dernière nouvelles

Parce que "l'argent ne se mange pas"

que le monde de la finance détruit la terre,

en chasse les peuples, nous méprise,

je vous invite à signer la pétition et

à soutenir cette lutte qui est aussi la nôtre.

Adamante  

"Kayapos"

M. Mandela, le livre

monsieur-mandela AdaEd.Panafrika/Silex/Nouvelles du Sud

La vidéo

 Un lien qui en parle

Un hommage de 51 poètes du monde entier

à cet homme exemplaire

et j'ai l'honneur d'en faire partie

Pour commander  -envoi suivi- 

23 € si vous faites référence à ce blog

(Soit 20 € + 3€ de frais de poste au lieu de 6€)

Editions A3 - 36, rue Barbès 94200 Ivry sur Seine

Copyright n° 00048584-1

Mantras de l'espace

NASA-Voyager recording - mis sur You Tube par Hryzunik

Fermez les yeux, écoutez le chant troublant des ondes électro-magnétiques...