25 octobre 2010 1 25 /10 /octobre /2010 23:05

Article progammé. Petite pause, visitez le grenier où tout est archivé.

  

  L'ARBRE A MOTS

 

Epouvaffreux.gif

 

C’est l’heure des « Épouvaffreux », des mercenaires ayant prêté allégeance à Scarabine et Paraboum, très vite devenus chefs incontestés du cimetière.


Depuis leur arrivée à « Une Fois » la villégiature éternelle est ouverte à tous, sans a priori social, moral ou linguistique.

 

« À Une Fois, quoi qu’il en soit, qui que l’on soit, au repos, tous on a droit ! »

 

C’est grâce à ce slogan un tantinet aguicheur, inventé par Scarabine, un soir où Paraboum s’ennuyait en faisant des haltères, que la population spectrale est devenue si rapidement cosmopolite. Nombre de trépassés abandonnent désormais leur dépouille mortuaire au cimetière familial de Trifouillis, de Perlimpimpin ou de Pétaouchnock, et sans armes ni bagages, viennent s’installer dans ce cimetière de la liberté.

 

La Grande Jee Bee, venait de partir en voyage à Hollywood, en compagnie de James toujours nostalgique des studios et de leur vie trépidante, ainsi qu’en témoigne le bouquin de Ben Hech : « Je hais les acteurs » qui trône comme bible, dans la bibliothèque sépulcrale.

 

Ceci, dit en aparté, cette ouverture d’esprit qui règne dans le petit cimetière ne prévaut pas dans la bourgade des vivants, restée elle, très « petite bourgeoisie de province ».

Ici la vie cache son vrai visage. Ses façades proprettes, ses regards fouineurs et ses corridors reptiliens humides de venin, guettent le naïf imprudent.

 

Ces vivants n’ont aucune idée de la vie cachée de leur cimetière.

Sauf peut-être, Monsieur le Maire, Victor Vidivici, d’origine italienne et bon vivant, qu’une crise cardiaque avait failli emporter de l’autre côté l’automne passé. Il a vécu ce que l’on appelle une « NDE» ou expérience de mort imminente, qu’il se plait à raconter pour effrayer les vieilles filles et ce bon Monsieur le Curé qui, à coup de goupillon, tente de repousser le démon, lequel lui susurre dit-on, à l’oreille, des envies inavouables de profiter de l’au-delà dans ce cimetière entr’aperçu par Monsieur le Maire. D’autant que ce dernier se plaît à dire, à qui veut l’entendre, qu’il n’a plus peur de la mort depuis qu’il a vu ce que c’était, mais qu’il faut profiter de la vie avant de profiter de la mort.

 

Revenons à nos « Épouvaffreux ».


Certains soirs, n’importe quel soir, la lune n’a rien à voir là-dedans, vu que c’est Scarabine qui en décide, les « Épouvaffreux » s’en vont par le pays en expédition crépusculaire afin de divertir les vivants, adeptes du « coucou fais-moi peur », de « Une fois », la bourgade, de l’autre côté de la Nationale.

 

Pour réunir ses troupes, Scarabine souffle un grand coup, et même plusieurs, dans une trompe tibétaine, cadeau d’un Lama trépassé, venu  à  « Une Fois » pour une petite retraite méditative. C’est qu’elle a du coffre notre Scarabine, malgré sa taille mannequin, sortir un son de cette chose n’est pas à la portée du premier venu.

Mais sous son souffle puissant, un son grave à vous « défibriller » le cœur le plus résistant, résonne dans le soir. Dans le soir… Dans le soir…


Alors, les « Épouvaffreux » s’éveillent et volent la retrouver, en compagnie de Rossinante totalement sous le charme de cette déesse venue des étoiles. Pour la suivre elle abandonne joyeusement le pré spectral de trèfle et de boutons d’or, devenu son quartier général, et retrouvant un brin de jeunesse, se mêle à la troupe joyeuse en trottinant. Un beau tableau !

 

Sur la place de la « Tombe Ivoire », tombe d’un original mort au Tonkin, entièrement taillée dans l’ivoire de pauvres éléphants victimes de la barbarie humaine et eux-mêmes résidants de « Une fois », tous les « Unefoiriens » sont réunis.

Scarabine, montée sur Rossinante, Paraboum à la tête  des « Épouvaffreux » va prendre la parole. Ils agitent alors leurs ailes couleur souffre avec le bruit d’une troupe de Chicoun-Bougnats, moustiques originaires d’Auvergne, semant habituellement la terreur chez les petits ramoneurs.

 

Scarabine a l’action directe, nous l’avons vu, elle n’aime pas les grands discours. Enrobé c’est pesé, la voilà qui s’écrie en levant son sceptre de grande déesse de l’au-delà :

 

« Qui m’aime me suive ! »


À peine a-t-on entendu la dernière syllabe, qu’il ne reste plus que poussière sur la place de la « Tombe Ivoire ».

La troupe galope avec entrain, en direction de la nationale, en hennissant, barrissant, gémissant, bref en menant grand bruit.

 

Dans le château en T, de « Une Fois » la bourgade, vit « Béatrice de la Roche Dure Dure » une aristocrate dont la famille règne sur le pays depuis l’invention du pont-levis, trouvaille que l’on doit à un sien lointain ancêtre.


Souffrant d’une crise d’arthrose, notre vieille demoiselle tente vainement de trouver le sommeil. Béatrice se tourne et se retourne sur sa couche, sous le gémissement des ressorts antédiluviens du sommier.

Enfin, capitulant face à la douleur, elle se décide à se lever.


Elle jette distraitement un œil à la fenêtre pour regarder la nuit et voit arriver, parce qu’elle est médium, la petite troupe de farceurs venus lui tenir compagnie et effrayer la gent domestique bien endormie, elle, au dernier étage de la tour du château.

 

Dans cette tour, nulle princesse n’attend plus le prince charmant. Tout ça ce sont des histoires pour faire rêver les petites filles, ce qu’elle n’est plus depuis longtemps.

Oui, il y a beau temps que Béatrice de la Roche DD, comme tout le monde la surnomme, a perdu ses illusions quant à se trouver un époux, mais elle ne cèderait pas sa place pour un empire depuis qu’elle fréquente Scarabine, et ses « Épouvaffreux ».

 

Ces derniers, là-haut, sous la direction de Paraboum, s’en donnent à cœur joie.

Les cris de terreur des domestiques, à présent parfaitement réveillés, glacent la nuit, tandis que Dame Béatrice et Dame Scarabine boivent le thé en échangeant quelques potins.

Elles aiment imaginer ce que sera leur vie, lorsque Béatrice de la Roche DD rejoindra ce petit paradis infernal de « Une Fois », ce qui en toute logique ne saurait tarder vu son âge.

 

C’est une belle soirée pour Paraboum et les « Épouvaffreux ».


Après que le jardinier, terrorisé par les coups frappés à la porte de sa chambre, ait pris la fuite en chemise et bonnet de nuit, nu pieds, en courant vers le village, ce qui ne pouvait manquer de lui valoir une sérieuse réputation de fêlé ; et que la jeune cuisinière ait mouillé sa literie, la peur étant directement liée au rein ; ils s’en étaient pris à la femme de chambre. Une vieille grenouille de bénitier, fouineuse et médisante, surnommée Folcoche, qui ignorait de sourire et se tenait, en toute circonstance, raide comme la justice.

Que je te cogne dans les murs, que je te déplace un objet, que je te fasse voler un meuble, que je t’agite quelques dessous honteux et rébarbatifs…

Il s’en était fallu de peu que cette pauvresse, devenue hystérique, ait sauté dans le vide pour échapper à ces diableries. Demain, à la première heure, elle se précipiterait à confesse, pour que lui soient absous tous les péchés ayant provoqué cette attaque des formes de la nuit. Le curé aurait  alors droit  à sa description des incubes venus pour satisfaire ses désirs inavouables. 


Oui, de mémoire « d’ Épouvaffreux », ce fut une bien belle soirée !

 

Les « Épouvaffreux », lassés du jeu, avaient déjà rejoint Rossinante à l’entrée du domaine quand Scarabine, ravie de son changement de dimension, prit congé de Dame Béatrice. Suivie par une troupe fatiguée mais satisfaite, elle rentra à « Une fois »  en compagnie d’un Paraboum rejoui.

 

Là, surprise, Woody Guthrie, qui, depuis son décès, poursuivait inlassablement sa route, venait juste d’arriver. Il l’attendait pour lui présenter ses hommages et lui offrir de chanter les épopées fantastiques de ce cimetière pas comme les autres, dont il avait entendu parler, et où il désirait faire une petite escale.

 

 

 

 

©Adamante

 


 

Sur  un mot de  F la Marmotte :  EPOUVAFFREUX  (j'adore !)

Le dessin en haut de page est né à partir d'un texte de Jill Bill. 


 Déjà  trois épisodes dans la saga "UneFoisrienne" :  


Jee Bee Blues

  Chasse sous la pleine lune

Scarabine et Paraboum

 



 

commentaires

Alice 29/10/2010 14:11



Une saga haute en couleurs et humour, il se passe plein de choses au pays des Epouvaffreux en sortie, on ne les tient plus ! est-ce qu'ils dorment parfois ?



ADAMANTE 29/10/2010 18:49



Ils dorment le jour et s'amusent la nuit ! Bonne soirée Alice.



Sofya 29/10/2010 13:39



Superbe histoire. Bravo.



ADAMANTE 29/10/2010 18:49



Bonsoir Sofya et merci. Belle soirée



pimprenelle 28/10/2010 23:07



Eh oui, chez nous on beuque !



pimprenelle 27/10/2010 23:17



Je viens de lire que tu es au repos. Quel repos ? 


J'aime imaginer que dans les cimetières il se passe beaucoup de choses. Je me suis un jour posée la question de savoir, en voyant deux personnes dans la même tombe,  comment se
passait la cohabitation. Là, j'ai déliré pour moi.


La beuquette est une petite ouverture ronde ou ovale, en principe, au-dessus de la pierre à évier, comme on disait, qui permettait aux femmes de voir tout ce qui se passait dans la rue,
chez le voisin ... tu vois le genre, sans être vue. J'en aurais des choses à raconter, qui m'ont été racontées. Il faut que je pense à les noter.



ADAMANTE 28/10/2010 19:03



Il y a des tombes où ça doit chauffer ! Un joli nom beuquette pour un regard, ouverture quelque peu indiscrete qui a
nourri la vie des petits pays et des veillées.



Azalaïs 27/10/2010 20:10



en regardant le tympan de l'église de Conques, ma petite fille m'a dit: mais c'est qu'on s'amuse en enfer! tes epouvaffreux plein de malice sont bien plus drôles que les grenouilles de bénitiers!



ADAMANTE 27/10/2010 20:26



Je crois avoir lu ça ! J'ai souri, je partage  tes vues, sans doute en réaction à toutes les fadaises inventées pour museler les gentils petits moutons.  Amitiés Azalaïs



Marine D 27/10/2010 19:15



C'est rocambolesquement rigolo et réjouissant ! Et le dessin bien de saison me plaît aussi beauoup


Bravo, c'est génial Adamante



ADAMANTE 27/10/2010 20:27



En écrivant je participe et, puis je l'avouer, j'y prends un sacré plaisir ! Merci Marine. Belle soirée.



Snow 26/10/2010 21:44



Je veux me réserver une place de choix à Une Fois, vuque des fois, je me sens faire partie de cette gang de zoufs! Que du plaisir en vue, et comme on ne meurt qu'une fois, autant que ce soit au
bon endroit. Extraordinaire ton histoire! Bravo! Bises



ADAMANTE 27/10/2010 19:19



Je t'en réserve une bien située avec vue sur la Tombe Ivoire ! Plus on est de zoufs plus on rit ! Bises



Quichottine 26/10/2010 18:59



Bonne pause, Adamante.


J'espère que les épouvraffreux te laisseront en profiter sans faire des leurs.



ADAMANTE 27/10/2010 19:17



Ils me cachent mon temps et je suis obligée de courir après, pas facile ! Amitiés



Solyzaan 26/10/2010 17:38



superbe, bravo à toutes les deux et gros bisous



ADAMANTE 27/10/2010 19:16



Merci Solyzaan. Belle soirée.



Ramu 26/10/2010 17:20



Bonne pause et à bientot!



ADAMANTE 27/10/2010 19:27



à bientôt. Adamante



annielamarmotte 26/10/2010 15:57



pas beaucoup de viande sur l'os tes épouvaffreux hihihi



ADAMANTE 27/10/2010 19:16



Non c'est le moins que l'on puisse dire, mais quel tonus. Je vais changer le lien pardonne mon erreur, les épouvaffreux
vont venir me tirer les pieds la nuit !  J'ai adoré ce mot. Belle soirée.



Fleur 26/10/2010 13:37



Jubilatoire! merci de ce régal!!!



ADAMANTE 26/10/2010 14:21



J'aime ce mot "jubilatoire", c'est un commentaire qui me fait grand plaisir. Merci Fleur. Belle journée



pimprenelle 26/10/2010 11:52



J'ai lu avec un peu d'avance aujourd'hui. Non, je réponds avec un peu d'avance. Et puis zut, je n'en sais plus rien.


Ton texte est toujours truffé de clins d'oeil et ça, j'aime. Ici, dans le temps, il n'y avait pas besoin de lever le coin du rideau, il y avait la beuquette. Une bien belle invention ! Il
en reste encore, elles font partie des circuits touristiques !


Tu décris si bien le petit monde des vivants. Quand je dis petit ce n'est pas péjoratif, j'englobe toutes les couches sociales et souvent plus encore celles du dessus !


Que tu fasses participer Rossinante et l'arbre à mots, j'aime aussi



ADAMANTE 27/10/2010 19:13



Qu'est-ce que la beuquette ? Je suis intriguée. Merci de ta visite Pimprenelle et bonne soirée.



ff 26/10/2010 11:36



je n'ai pas tout lu encoremais l'image est extra



ADAMANTE 27/10/2010 19:10



Rien ne presse, deux longs textes sur trois jours c'est beaucoup, avec tous les autres à découvrir c'est un sacré marathon. Bon courage



cigalette 26/10/2010 10:19



superbe, histoire ...épouventable belle, je dirais même:-)) grand merci, bonne journée



ADAMANTE 27/10/2010 19:27



Petit frisson médiéval !



jill-bill.over-blog.com 26/10/2010 07:29



Vive la saga infernale de Une Fois, m'dame Adamante s'éclate sous la lune.... Epouffavreusement bon.... Bises et merci à toi... Bonne pause noble dame.... Jee Bee



ADAMANTE 27/10/2010 19:29



Petite réponse aux coms avant visites en retard ! Oh lala ! Bises



Profil

  • Adamante
  • Comédienne, metteur en scène, diplômée en Qi Gong, j'écris, je peins.
  • Comédienne, metteur en scène, diplômée en Qi Gong, j'écris, je peins.

Ici, on rêve ! Bienvenue

Je vous invite à partager mes créations, reflet de la vision que j’ai de la vie, au travers de la peinture, du théâtre, de la poésie & de l’écriture. Adamante

 

 

Rechercher

Traduction-translation

 

Acquérir une toile

 

L-eau-lumiere.jpg

Contact : 07 70 73 59 82

Finance & mépris !

stop-belo-monte coupe-du-monde 3

40
BELO MONTE : Pétition du Cacique Raoni

Dernière nouvelles

Parce que "l'argent ne se mange pas"

que le monde de la finance détruit la terre,

en chasse les peuples, nous méprise,

je vous invite à signer la pétition et

à soutenir cette lutte qui est aussi la nôtre.

Adamante  

"Kayapos"

M. Mandela, le livre

monsieur-mandela AdaEd.Panafrika/Silex/Nouvelles du Sud

La vidéo

 Un lien qui en parle

Un hommage de 51 poètes du monde entier

à cet homme exemplaire

et j'ai l'honneur d'en faire partie

Pour commander  -envoi suivi- 

23 € si vous faites référence à ce blog

(Soit 20 € + 3€ de frais de poste au lieu de 6€)

Editions A3 - 36, rue Barbès 94200 Ivry sur Seine

Copyright n° 00048584-1

Mantras de l'espace

NASA-Voyager recording - mis sur You Tube par Hryzunik

Fermez les yeux, écoutez le chant troublant des ondes électro-magnétiques...