3 mai 2010 1 03 /05 /mai /2010 07:00

DEFI n° 28


Avertissement : j'avoue ne pas avoir respecté  les règles, n'avoir pas fait le ménage de printemps et n'en avoir aucun remord.

Mais vous le savez : je ne suis pas sage ! Alors...


Alors, une fois dans le grenier, je me suis mise à rêver et à parler à Grand père, tout le reste a disparu et, j'ose le dire :  j'y ai trouvé un immense plaisir.

 

  

Lelivre-mille-1nuits-copie-1.jpgT’en souviens-tu du grenier de grand père, Grand père ?


L’entrée de mon refuge se trouvait dans la chambre de mes parents, au premier étage.

Dès la porte refermée, l’odeur, si particulière aux lieux ayant une vie propre, entre poussière et cire d’abeille, m’accueillait.


Quel ravissement, l’adrénaline aventurière m’extrayait soudain du monde habituel et le temps s’arrêtait.

 


Après une volée de marches grinçantes grimpées à toute hâte, je débouchais dans le temple aux trésors.

Là, je prenais le temps de m’arrêter pour embrasser du regard l’ensemble de mon domaine.


Suspendu à une poutre, je voyais tout d’abord l’extracteur dont grand père se servait pour récolter le miel de ses ruches. J’aimais ce gros cylindre qui prenait vie une fois l’an pour nous offrir le soleil des abeilles et des fleurs, ce ruban d’or qui s’écoulait plein de promesse pour le palais.


En face, quelques cannes à pêche, des filets et des lignes de fond attendaient sagement, accrochés à de gros clous de charpentier, plantés dans l’épais mur de pierres, la main qui depuis peu ne venait plus les décrocher.

L’âge met fin aux expéditions matinales des plus intrépides et c’était mon plus grand regret. J’avais tant rêvé de partager ces aventures alors que j’étais trop jeune…

Souvent je caressais les mailles des filets en imaginant les petits matins humides de rosée, le clapotis de l’eau accompagnant le mouvement cadencé des rames ; je voyais le filet se déployer lentement derrière la barque, dans le silence qui précède le lever du jour. J’y étais, j’engrangeais des sensations, je vivais d’imaginaire. Je construisais mon âge adulte.


Tout au fond, près de l’angle d’où partait une grosse poutre du toit, cachée dans une vieille malle en bois et protégée par de vieux tissus inutiles, dormait une mandoline désaccordée, accompagnée de son recueil de musique. Qui, un jour, dans la famille, avait bien pu jouer de cet instrument  ?


Le prenant dans mes bras, j’ouvrais le livre près de moi, je m’asseyais sur la malle, pinçais une corde et je m’imaginais cet ancêtre inconnu, initié à la musique.

Il y avait un bal, des dames de l’ancien temps, à la taille fine, vêtues de longues robes et d’écharpes brodées, parées de merveilleux bijoux, resplendissaient dans les lumières. Elles dansaient avec des Messieurs distingués, en tenue sombre et pochette blanche, qui  les mettaient en valeur.


Mon ancêtre était là qui jouait dans l’orchestre, sur l’estrade, dans un coin du salon.

Parée moi-même de quelques oripeaux, dont un vieux boa de plumes noires qui me faisait éternuer, j’esquissais quelques pas de danse et virevoltais avec délice, tenant entre mes mains les manches d’une vieille veste d’homme, mon cavalier.


À un moment, las de danser, nous nous interrompions pour prendre le thé, dans un vieux service ébréché abandonné à la poussière dans un coin du grenier, une pure merveille.

Je jouais d’un vieil éventail mité et nous échangions quelques propos sans importance en faisant mine de nous amuser. Quelles merveilleuses réceptions c’était là ! Un vernis à faire pâlir d’envie les images d’Épinal.


J’étais enfant, c’étaient là mes trésors, mais ceux qui m’étaient les plus chers, ceux qui m’accompagnent encore dans un rayon de ma bibliothèque, deux tomes des Mille et une nuits de Jean Charles Mardrus.

Combien d’heures ai-je passé à feuilleter ces pages, à voyager dans les formes et les couleurs de ces enluminures magnifiques ?


J’en ai gardé le goût du beau, le goût du rare, le goût de la phrase bien faite, le goût du retirement que nous offrent les livres, loin du bruit et de l’agitation.

Tous ces trésors vivent en moi Grand père, personne ne pourra me les enlever, ils sont miens à jamais.


Voilà Grand père, refermons doucement la porte pour ne pas réveiller les ombres qui peuplent aujourd’hui mon refuge.

 

©Adamante

 

  COMMUNAUTE CROQUEURS DE MOTS

Partager cet article

commentaires

lyly 06/05/2010 06:57



Bonjour Adamante


Un bien joli voyage dans le temps !


Belle journée, Lyly



ADAMANTE 06/05/2010 12:07



Nos greniers sont plein de merveilles, ce sont des racines ! belle journée à toi



fransua 04/05/2010 22:22



danser avec les ombres fait parfois mieux ressentir les belles fées de la vie !


un beaut texte



ADAMANTE 04/05/2010 23:11



Un bel univers que celui des fées! Merci Fransua.



Lilie 04/05/2010 17:01



Pas respecté les règles ? Il me semble que si... mais c'est peut-être parce que je ne suis pas très obéissante non plus Quoi qu'il en soit, cela donne un texte très agréable à lire !



ADAMANTE 04/05/2010 23:07



J'ai comme l'impression qu'il y en a peu qui de très obéissantes ! bises et merci Lillie



jill bill 04/05/2010 08:49



Bonjour adamante... Comment ai-je passer à côté de ta porte hier... trop de portes sans doute !   Ton grenier plus qu'un grenier un paradis !!  On te sent émue en l'évoquant...
enfance heureuse ne peut donner que de belles pages à la lecture, merci pour le partage adamante, bise de jill



ADAMANTE 04/05/2010 11:34



Je passe aussi parfois à côté d'une porte,  j'essaie de visiter ceux qui passent me faire un petit coucou, ceux à qui je suis abonnée, (ce qui ne veut pas dire que je n'aime pas les
autres)... et  parfois ça loupe.


Alors ne t'inquiète pas, je reste fidèle même si je ne suis pas sur le pont tous les jours et je sais aussi que les autres sont comme moi. Bises JB.



Pascale la Tricotineuse 03/05/2010 22:09



Magnifique évocation dans un corps de petite fille, j'adore l'éternuement avec le boa, la danse avec grand père , et la caresse aux ustensiles de pêche, un grenier de légende un grenier de
bonheur enfantin !! Merci Adamante pour ce joli moment dans ton grenier , j'étais avec toi petite fille ce soir, et nous jouïons à croire !



ADAMANTE 03/05/2010 23:02



J'ai 7 ans sur lesquels les années s'entassent (comme toi !) bises



amtealty bougnen 03/05/2010 21:44



 oh adamante que c'est beau


 il est magique" ton grenier" plein d'émotions


 bravo


 bisous de la grandmère des côtes d'armor



ADAMANTE 03/05/2010 23:01



Il ne faut pas le répéter (je suis une fée... des bois) Bises



Snow 03/05/2010 21:28



Pour avoir connu quelques greniers où j'allais flâner et rêver, je voyais parfaitement ton grenier.. ah la magie des mots, où elle peut nous porter et nous ramener! Merci du voyage! Bises



ADAMANTE 03/05/2010 23:01



Il faut aimer l'écriture et la lecture pour voyager ainsi. Bises



Parisianne 03/05/2010 20:09



Entre rêve et réalité on est bien dans ce grenier. Amitiés. Anne



ADAMANTE 03/05/2010 20:22



Toujours entre les deux, amitiés Anne.



Nounedeb 03/05/2010 11:11



Salut Adamante, j'ai l'impression d'avoir passé à ton côté un mille et deuxième nuit.



ADAMANTE 03/05/2010 11:28



Ravie Noune, je me sens donc un peu Schahrazade !



Quichottine 03/05/2010 10:32



Je n'ai pas de grenier... je n'en ai jamais eu, mais j'ai mes livres et mes nuages...



ADAMANTE 03/05/2010 10:35



C'est bien là la force des greniers que d'être capables de revêtir toutes les formes !



Brunô 03/05/2010 10:21



Entre souvenirs et rêves on se glisse dans tes plaisirs aventureux d'enfant au grenier de ton coeur.


merci, bises



ADAMANTE 03/05/2010 10:36



Joliment dit ! Merci Bruno, bises.



Quichottine 03/05/2010 09:58



Je t'ai déjà dit que j'aimais bien quand tu n'étais pas sage... cela se confirme aujourd'hui.


 


J'aime ce grenier et les rencontres que tu y as faites.



ADAMANTE 03/05/2010 10:19



Comment font les enfants qui n'en ont pas ? Les enfants sont comme les chats, ils ont besoin d'un lieu où se cacher pour construire leurs rêves. Mais la nature est assez vaste pour avoir des airs
de grenier, et perché dans un quichottinier on peut en voir des choses, non ?



jill bill 03/05/2010 09:37



Bonjour adamante, le goût du bon goût, ton grenier plaira je n'en doute pas, il est authentique et cet écrit vient du coeur !!! Difficile dans ces conditions de ne nommer, de ne choisir que
5 objets, au diable la sagesse !!   Bise de jill



ADAMANTE 04/05/2010 11:37



Dis moi JB, tu m'avais je crois laissé ce message hier. Pas de loupé donc, mais une fausse manip de ma part (cela m'arrive) j'ai donc visité ma corbeille. Je suis désolée, non seulement je ne
suis pas sage, mais en plus je suis étourdie.



Dominique 03/05/2010 09:26



Tu n'as peut être pas respecté la règle Adamante, mais sincèrement, j'ai adoré ton interprétation
du "Grenier" et j’ai eu  l'impression de voir aussi toutes ces choses fabuleuses que tu as pu voir en entrant dans ce monde parallèle et ces jolis
souvenirs qui eux étaient bien réels.


Bisous


Dominique


 



ADAMANTE 03/05/2010 09:34



Merci Dominique, mais j'ai l'impression que je ne suis pas la seule, le plumeau est resté dans la main de beaucoup, comme une antenne pour capter les souvenirs. Bisous



rouergat 03/05/2010 08:43



Bonjour Adamante


Je pense que Pascale ne t'en voudra pas d'avoir dérogé aux règles pour nous donner te vision du grenier et des vieux souvenir


Cordialement



ADAMANTE 03/05/2010 09:33



C'est gentil, je fais le tour (alors que j'ai du travail) car je suis sous le charme des greniers que je visite. Cordialement



Eglantine-Lilas 03/05/2010 08:27



je me suis glissée derrière toi dans l'escalier, et j'ai vécu un moment de pur bonheur !


ah tu ne m'as pas vu? c'est que je sais me faufiler moi dans les souvenirs.


Grosses bises



ADAMANTE 03/05/2010 09:13



Comme un vent qui vous effleure à peine, je ne t'ai pas vue, mais j'imaginais bien que tu ne devais pas être bien loin. Bises enchantées



Profil

  • Adamante
  • Comédienne, metteur en scène, diplômée en Qi Gong, j'écris, je peins.
  • Comédienne, metteur en scène, diplômée en Qi Gong, j'écris, je peins.

Ici, on rêve ! Bienvenue

Je vous invite à partager mes créations, reflet de la vision que j’ai de la vie, au travers de la peinture, du théâtre, de la poésie & de l’écriture. Adamante

 

 

Rechercher

Traduction-translation

 

Acquérir une toile

 

L-eau-lumiere.jpg

Contact : 07 70 73 59 82

Finance & mépris !

stop-belo-monte coupe-du-monde 3

40
BELO MONTE : Pétition du Cacique Raoni

Dernière nouvelles

Parce que "l'argent ne se mange pas"

que le monde de la finance détruit la terre,

en chasse les peuples, nous méprise,

je vous invite à signer la pétition et

à soutenir cette lutte qui est aussi la nôtre.

Adamante  

"Kayapos"

M. Mandela, le livre

monsieur-mandela AdaEd.Panafrika/Silex/Nouvelles du Sud

La vidéo

 Un lien qui en parle

Un hommage de 51 poètes du monde entier

à cet homme exemplaire

et j'ai l'honneur d'en faire partie

Pour commander  -envoi suivi- 

23 € si vous faites référence à ce blog

(Soit 20 € + 3€ de frais de poste au lieu de 6€)

Editions A3 - 36, rue Barbès 94200 Ivry sur Seine

Copyright n° 00048584-1

Mantras de l'espace

NASA-Voyager recording - mis sur You Tube par Hryzunik

Fermez les yeux, écoutez le chant troublant des ondes électro-magnétiques...