23 août 2010 1 23 /08 /août /2010 09:00

DEFI N°36  

Etant donné que je suis une "femme de théâtre" (c'est ainsi qu'aimait  me présenter Sergio Ortéga), que j'ai beaucoup écrit pour mes cours et mes spectacles, je ne pouvais pas ne pas publier sur le thème de ce lundi chez      Avatar rose  LES CROQUEURS DE MOTS Avatar rose   

Je vous livre donc ce petit amusement autour d'un naufrage, et qui n'a ni queue ni tête.

 

DISTRIBUTION :

 

Le PATRON : Chef des Rats, un baroudeur, un dur

MARCEL LE BELGE : Rat Belge

RITON DU MIDI : Rat du Midi

DÉDÉ LE BÈGUE : Rat Bègue

GASPARD LE SUSPICIEUX : Rat Suspicieux

LULU DE VENISE : Rat Vénitien, alcoolique

JACKY LE PRÉCIEUX : Grande folle

PHIL THE TEA : Rat Anglais

GÉGÉ LE FAYOT : Rat Fayot

BÉBERT PETIT EINSTEIN : Rat Savant

COCO LE BORNÉ : Rat Borné

FIFI LE SSSUAVE : Rat qui siffle ses « s » comme un serpent

 

 

Sur scène, le Patron et Marcel

 

 

Le Patron : Eh Riton ! Oublie pas l'fromage !

 

(une voix, avé l’accent, répond en coulisse) O K Patron !

 

Marcel  le belge : Eh Patron, dîtes lui aussi d'prendre les nouilles, une fois !

 

Le Patron : Les nouilles ?

 

Marcel  le belge : Ben oui ! Les nouilles !

 

Le Patron :  On quitte le navire dans un canot de sauvetage et tout ce que tu trouves à dire c'est « oublie pas les nouilles ! » Les nouilles ! Et pourquoi pas l'camping gaz pendant qu'tu y es ? 

 

Marcel  le belge : Ça c'est pas la peine, j'lai déjà  rangé dans la malle !

 

Le Patron : T'as rangé  l'camping gaz dans la malle ?

 

Marcel  le belge : Ben oui j’lai rangé dans la malle ! Fallait pas ?

 

Le Patron : (rouge, prêt à exploser) Retenez-moi, dîtes-moi que je rêve ! Je vais en faire de la bouillie de cet ahuri ! (à Marcel)  Où c'que tu vas la mettre la malle sur le canot  hein ? Elle est plus grande que lui !

 

Marcel  le belge : Ben ça c'est vrai Patron, j'y avais pas pensé !

 

Le Patron : (regardant vers le ciel en serrant les poings) Retenez-moi, je vais faire un malheur, j’ai des envies de meueueueuertres !


Dédé le bègue, arrive.

 

Dédé le bègue : Ppp-ppa-pa-tron, imppppossible dddde trouver la trousse à phaffffaffafarmacie !

 

Le Patron :  Marcel va t'aider à la chercher, ça lui évitera de penser !

 

Marcel  le belge : C'est pas la peine Patron, la trousse à pharmacie elle est dans la malle prête à partir !

 

Le Patron : Dans la malle ? Encore ? Sors la immédiatement !

 

Marcel le belge : C'est que... Patron... la trousse à pharmacie, elle est tout au fond, sous la vaisselle et les couvertures... J'avais pensé que... euh...

 

 

Le Patron  est anéanti. Il s'assied.  S'essuie le visage avec son mouchoir.

 Il s'adresse dans un souffle à Dédé.

 

 

Le Patron : Appelle les autres !

 

Dédé le bègue : (il hurle) Tttttous les rats sur le ppppont !

 


Tous les rats arrivent en courant, grande bousculade.

Le Patron se lève de méchante  humeur les regarde un instant en silence et hurle à son tour.

 

 

Le Patron : Gaaaaaaarde  à vous !


 

En une joyeuse panique, les rats se mettent au garde à vous.

 

 

Le Patron : (Excédé, parlant très, trop lentement)  Comme vous pouvez le constater, je suis calme... Je vais même être très très très gentil. Vous le savez, en bons rats que nous sommes, face au danger, nous quittons le navire !

 

Tous (en un bel ensemble joyeux) : Oui, Patron !

 

Le Patron : Bien ! Nous quittons le navire parce qu'il va couler !  Vous le savez,  n'est-ce pas ?

 

Tous : Oui, Patron !

 

Le Patron : C'est bien ! Vous avez donc fait, je l'espère, tout le nécessaire ainsi que je vous l'avais demandé ! C'est-à-dire : une tenue de rechange dans le sac à dos ainsi qu’une trousse de survie !


Il prononce cette phrase en montant en intensité vers l’aigu.

 

 

Tous (vaguement hésitants) : Non, Patron !

 

Le Patron  (stupéfait par la réponse) : Non ?  (les autres font signe que non)  Non ? Comment ça
non ?

 

 

Ils répondent tous à la fois, c'est à n'y rien comprendre. 

Seul Marcel se tait…

Tous ensemble :

 

 

Riton du midi : Ô peuchère, patron ! on trouve plus rien ! Et quand on dit rien c'est rien, sans blague ! Faut pas me dire que je suis devenu fada, quand je dis qu'y a rien, y a rien, je l'ai vu !

 

Gaspard le suspicieux : Ça c'est vrai ! C'est pas croyable mais y a plus rien ! Rien! Si c’est pas bizarre ça ! Rien ! Rien ! Rien nulle part ! Rien du tout ! J'ai rien trouvé nulle part ! C’est pas normal !

 

Dédé le bègue : Chchchchchcerche quqqqqque tu cherches on tttttttrouve rien ! J'ai ttttout remué rien ttttrouvé !  Bbbbizarre, Bbbbizarre !

 

Lulu de Venise : Mi'o go' sempre dito che ghe z'era on bordel sur ce bateau ! 'O go' sempre dito ! Je l'ai toujours dit !  E nissoni me ga' mai scolta'! Personne ne m'a jamais écouté ! Ma 'o ripeto par tutti, ripeto ! Il faudra bien qu'un jour où l'autre on m'écoute ! Gavari da iscoltalto lulu de Venesia, che sarea mi !  Vous allez l'écouter l'Italien !   'O ripeto ! Ripeto ! etc.

 

Jacky le précieux (avec de grands gestes de la main suivis par de petits mouvements gracieux du corps)  : Ya des rigolos y z-ont tout planqué ma parole ! Ça alors hein, c'est pas drôle! Y z-ont fait ça dans notre dos, par derrière, comme des lâches, rien que pour nous embêter, j'en suis sûre ! Eh bien c'est pas drôle ! C'est pas drôle du tout ! c’qui sont bêtes !

 

Phil the tea : My God ! Ô shit ! Nothing !  Quelle galère !  Five o'clock, my tea, my God ! The tea, qui nous fera le tea désormais patron ?

 

Gégé le fayot : Patron, y a vraiment plus rien, à mon avis, il vous faut quelqu'un de confiance pour mener l'enquête, sinon on ne trouvera rien ! À vos ordres patron ! Vous pouvez compter sur moi ! (il se met au garde à vous sur la dernière phrase)

 

Bébert petit Einstein : Y a plus rien, c'est un fait, mais soyons philosophes. Étant donné la matière, rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme ! On a encore toutes nos chances de retrouver quelque chose !

 

Coco le borné : Moi j'étais d'vigie quand on m'a dit qu'y avait plus rien ! Eh bien, si y a vraiment plus rien, c'est bien embêtant, ça oui ! C'est bien embêtant !

 

Fifi le sssuave : Juste ciel ! Ça, c'est pas possible ! Nul ne sait où sont passées toutes ces choses! Pour sûr, ça c'est certain, c'est un coup du sort ! Mais qu’est-ce qu’on va devenir ?

 

Le Patron : Silence !  Un seul à la fois s'il vous plaît !

 

 

Chacun répète à son tour la précédente réplique,

 bouillant d’impatience de parler pendant que l’autre parle.

Pendant ce temps Marcel  s'est fait tout petit

il semble vouloir disparaître à  la vue des autres.

Le Patron  l'interpelle.

 

Le Patron (trop calme, les yeux comme des lance-flammes) : Marcel ! Mon petit Marcel ! Viens donc un peu voir ici !

 

Marcel  le belge : Oui, Patron !

 

Le Patron : Tu n'as rien à dire ?

 

Marcel  le belge : C'est que... Non !.... Enfin... peut-être... Si... tout est dans la malle.... sous les couvertures et la vaisselle... bien calé au fond...

 

 

Le Patron :


                        Ô rat ! Ô désespoir !

                        Ô Marcel,  ahuri !

                        N'as-tu donc tant vécu que pour ces pitreries

                        Et n'as-tu tout planqué par dessous  la vaisselle

                        Que pour faire couler notre pauvre escarcelle ?


Marcel  le belge :


                        Pardonne-moi, Patron ! Ai pitié de Marcel !

                        Car je ne voulais pas que le sort en fut tel !

 

 

Le Patron :  (s'adressant aux autres rats)  Vous, dépêchez-vous, on est déjà en retard ! Videz la malle, prenez le strict nécessaire et rendez-vous ici dans cinq minutes !

 

Tous (en se précipitant vers la sortie) : Oui, Patron !

 

Le Patron : (à Marcel qui suivait les autres) Marcel ! Reste ici ! Ne bouge plus, tu entends ?

 

Marcel  le belge : Oui, Patron !   (Un long silence)  Dîtes Patron,  (silence)   j'ai cru bien faire !

 

Le Patron :  Et tais-toi !  Tais-toi ou je te tairais pour de bon,  dé-fi-ni-ti-ve-ment!

 

Marcel se tait. Il s'est éloigné et contemple l'horizon (le fond de la salle). Soudain la surprise marque son visage. Il se retourne vers le Patron qui le regarde avec son air des mauvais jours, il va pour parler et  se ravise. Il regarde à nouveau vers le large, il fait un geste vers le Patron  avec l'intention de parler, mais sous le regard peu amène du patron il se ravise une seconde fois. Il laisse son regard désespéré errer sur le lointain, comme s'il suivait quelque chose des yeux, sa bouche s'ouvre, aucun son n'en sort. Les autres arrivent avec leurs bagages en chantant sur l'air des gars de la marine.

 

CHANSON :

 

                        LES RATS DE LA MARINE

 

                        C'est nous les rats de la marine

                        Rats hardis et valeureux

                        On n'a jamais froid aux yeux

                        Ravis, radieux et bonne mine

                        Quand on quitte le bateau, oui le bateau

                        C'est qu'il prend l'eau.

 

Tous (avec grande pagaille) : Voilà, Patron, nous sommes prêts !

 

 

Le Patron : Au canot, il n'y a plus une seconde  à perdre ! Riton passe devant pour charger les bagages !

 

Riton sort en coulisse, les autres attendent avec leurs  paquets.

On entend soudain la voix de Riton .

 

Riton du midi : Ah Seigneur ! Sainte Mère ! Y a plus de canot, Patron ! Vé !

 

Le Patron : Plus d’canot ? Comment ça plus d'canot ?


Riton  revient essoufflé.


 

Riton du midi  : C'est comme je vous dis Patron ! Y a plus de canot ! Ô peuchère, y a plus de canot, dis !

 

Tous : Plus d'canot ?


Ils se retournent d'un même ensemble vers Marcel. Un silence.

 

 

Le Patron : (s'approche menaçant de Marcel)  Tu ne vas pas me dire que tu l'as rangé dans une malle ?

 

Marcel  le belge : L’canot c'est pas moi ! J'y ai pas touché au canot ! Je sais où il est patron, mais j'l'ai pas touché ! Je vous l'jure !

 

Le Patron : Où il est le canot ?

 

Marcel  le belge : (Il montre l'horizon)    Là-bas !

 


Le patron apercevant le canot au large s'approche  avec un regard fou de Marcel , comme s'il voulait l'étrangler.  Marcel prend peur et recule.

 


Le Patron : Tu pouvais pas l’dire plus tôt ?

 

Marcel  le belge : J'voulais l'dire !  J'voulais l'dire mais vous m'aviez interdit d'parler ! J'voulais pas qu'vous m'taisiez pour de bon définitivement moi ! Bien qu'maintenant ça r'vient un peu au même !   R’gardez ! C'est l'capitaine et son équipage, ils ont filé avec le canot, une fois ! Comme je vous l’dit !

 

 

Tous sont sur l’avant scène à regarder le fond de la salle.

Lulu, totalement ivre, s’exprime comme une pleureuse Sicilienne en levant les bras au ciel,

en même temps, on entend quelques répliques toutes mélangées :


 

Lulu de Venise : « Ôôôôô… mama  mia ! Mi'o go' sempre dito che ghe z'era on bordel sur ce bateau! » Ôôôôô…


Phil the tea : « Ô my God ! Ô my God »


Riton du midi :  « Ô bonne Mère, ça alors ! Si je les tenais… Si je les tenais, je…»


Le Patron : « C'est d’ta faute Marcel »   (bruit de coups) « C’est d’ta faute ! »


Marcel le belge : « Aie aie aie c'est pas d'ma faute patron ! J’voulais vous l’dire… »


Dédé le bègue : « Quéquéquéc'quon va ddddevenir' pattttron ? »


Jacky le précieux : « Maman au secours !  J’veux pas mourir ! J’veux pas mourir !»


Bébert petit Einstein : « Ça c'est un sale coup ! Car si on tient compte des probabilités c’est
foutu ! Ouaih ! c’est foutu de chez foutu !»


Coco le borné : « J'veux descendre ! J’aime pas l’eau ! J’veux desceeeeeennnnnnndre !»


Gégé le fayot : « J’ai vu une planche Patron, j’crois bien qu’on peut y tenir à deux… »    


Gaspard le suspicieux : « Je l’savais, c’te teigne de capitaine  nous a fait une saloperie


d’entourloupe ! »


Fifi le suave : « cccciel, ccc’essst ssssans isssssue ! Sssans isssssue !


 

 

Le noir s’installe progressivement sur la cacophonie.

 

©Adamante

Partager cet article

commentaires

Tricôtine 25/08/2010 22:01



Bonsoir Adamante, je me doutais que tu nous ferais de la belle ouvrage sur ce thème du théatre, mais là c'est du rat tissage de haute cordée marinière !! j'ai ri avec tous ces personnages colorés
de quoi prolonger les sourires au retour de vacances !! gros bizzzoux je remonte sur le navire ... bizzzoux Ada ainsi qu'aux ratounets



ADAMANTE 25/08/2010 23:11



Ainsi tu reprends les rames après ta lune de miel.  Tu vas avoir de quoi faire, si tu veux je t'envoie Marcel pour t'aider à faire le tour car toi, en bon capitaine tu le fais, pas facile de
tenir la barre ! Il ne faut pas s'endormir ! Gros bisous



Lenaïg Boudig 24/08/2010 17:53



Quel régal, Adamante, merci, clap clap clap ! Meu c'est qu'ils sont trop mignons, tous différents, ces rats, j'suis triste de savoir qu'ils vont couler ... On commençait à peine à les
connaître ! J'admire, bisous !





 



ADAMANTE 25/08/2010 00:06



On peut imaginer que malins comme ils sont, pas tous il est vrai, ils trouveront une solution pour s'en sortir. Merci de ta visite. Bises



Jeanne Fadosi 24/08/2010 13:16



Je vais revenir lire plus posément. c'est savoureux mais pauvres belges ...



ADAMANTE 24/08/2010 13:51



Comme les corses, ils sont habitués et sont les premiers à se moquer. A plus tard et merci de ta visite.



Jakline 23/08/2010 23:15



Pourquoi donc ai-je  eu des "visions" de Ratatouille ou de Bernard et Bianca ( j'ai 4 petits enfants avec lesquels j'ai bcp partagé ) En tout cas, bravo, je me suis crue  " Au Théâtre, ce soir".



ADAMANTE 24/08/2010 00:05



Je ne connaissais pas Ratatouille (google et j'ai trouvé : j'adore). Merci beaucoup. Belle soirée. Adamante.



Eglantine-Lilas 23/08/2010 20:10



tout fout le camp ma brave lucette ! meme que j'ai rencontré un rat dans la mare ! ah bon vous ne me croyez pas ? mais aujourd hui c'est la journée ou rien n'a de sens meme pas les aiguilles de
l'horloge !!!


bisous



ADAMANTE 24/08/2010 00:12



L'horloge tournait donc à l'envers de son endroit connu d'elle seule...


Allez, on s'invite chez les surréalistes. Belle nuit.



Arlette Philbois" Au bonheur des Mots" 23/08/2010 16:44



 C'est un régal on en redemande mais sans les rats, j'aime pas...


à bientôt Arlette



ADAMANTE 23/08/2010 19:36



Les rats ne sont pas toujours ceux auxquels on pense, non ? Ceux là au fond sont malgré tout bien sympathiques. Merci de ta visite Arlette. Belle soirée.



pimprenelle 23/08/2010 16:43



Merci, tu as bien régalé mon 4 heures !


J'imagine sur scène ce que cela peut donner. Pas de mal à l'imaginer c'est ce qui est bien. Mais ça fait du monde.



ADAMANTE 23/08/2010 19:34



Merci Pimprenelle, ça donne une sacrée ambiance c'est vrai, mais la distribution est importante même si elle peut être réduite, pratique pour un cours. Merci de ta visite. Adamante



Snow 23/08/2010 15:25



Bravo M'Dame du théâtre!! Je me suis bien amusée à lire cette épopée de rats en perdition. Le Marcel, je l'aime bien lui dans le pratico-pratique inutile.. Assister à cette pièce doit être
hilarant. J'aime ça ce genre alerte! Ben merci!  Bises



ADAMANTE 23/08/2010 16:01



Ca fonctionne bien ! C'est loufoque ! bises



rouergat 23/08/2010 14:29



bonsoir Adamante


Pièce de théâtre à savourer, avec beaucoup d'acteurs tous pittoresques


Les rats quittent la navire s'est bien connu (quand ils ont un canot)


Bonne semaine


Amicalement



ADAMANTE 23/08/2010 16:00



Pas de canot c'est le bain forcé ! belle semaine. Amitié



jill bill 23/08/2010 13:26



Et le navire sombre sombra rats et biens... Un rat à l'eau nage admirablement, avec ou sans parachute,... Mon ratounet Marcel, favori, arrivera le premier au port...Je le sens
bien !  Les aminautes je prends les paris depuis le radeau !!!  Adamande à la bonne heure tu t'es jetée à l'encrier.... Bizous gente dame de théâtre...



ADAMANTE 23/08/2010 14:05



Qui sait s'il sombra ? On les laisse bien mal en point c'est un fait. Quant à ta préférence aucune surprise, ce que c'est que le chauvinisme  tout de même !


En tout cas la chose a été déjà été jouée, c'était du feu de Dieu comme on dit, pas le temps de souffler !



Eglantine-Lilas 23/08/2010 11:58



j'attendais avec impatience ta prestation ! je me doutais bien que nous aurions droit à un plat royal ! il est midi je n'ai pas le temps de tout déguter dans le détail,je reviens cet aprem pour
savourer tous les délices de ces mets !


mazette je ne suis pas surprise mais quel régal !


bisous.



ADAMANTE 23/08/2010 14:03



Eh bien, je te souhaite bon appétit dans tous les sens du terme ! bises Eglantine, à bientôt.



Profil

  • Adamante
  • Comédienne, metteur en scène, diplômée en Qi Gong, j'écris, je peins.
  • Comédienne, metteur en scène, diplômée en Qi Gong, j'écris, je peins.

Ici, on rêve ! Bienvenue

Je vous invite à partager mes créations, reflet de la vision que j’ai de la vie, au travers de la peinture, du théâtre, de la poésie & de l’écriture. Adamante

 

 

Rechercher

Traduction-translation

 

Acquérir une toile

 

L-eau-lumiere.jpg

Contact : 07 70 73 59 82

Finance & mépris !

stop-belo-monte coupe-du-monde 3

40
BELO MONTE : Pétition du Cacique Raoni

Dernière nouvelles

Parce que "l'argent ne se mange pas"

que le monde de la finance détruit la terre,

en chasse les peuples, nous méprise,

je vous invite à signer la pétition et

à soutenir cette lutte qui est aussi la nôtre.

Adamante  

"Kayapos"

M. Mandela, le livre

monsieur-mandela AdaEd.Panafrika/Silex/Nouvelles du Sud

La vidéo

 Un lien qui en parle

Un hommage de 51 poètes du monde entier

à cet homme exemplaire

et j'ai l'honneur d'en faire partie

Pour commander  -envoi suivi- 

23 € si vous faites référence à ce blog

(Soit 20 € + 3€ de frais de poste au lieu de 6€)

Editions A3 - 36, rue Barbès 94200 Ivry sur Seine

Copyright n° 00048584-1

Mantras de l'espace

NASA-Voyager recording - mis sur You Tube par Hryzunik

Fermez les yeux, écoutez le chant troublant des ondes électro-magnétiques...