4 janvier 2010 1 04 /01 /janvier /2010 14:24


train 2

Le paysage est sage Grand père, avec ses interminables forêts de sapins, bien rangés en bordure de pré, qui montent à l’assaut des  collines. Mais il y a dedans une note sauvage que l’alignement n’a pas réussi à gommer.

Dans le sous-bois, ça sent la faim et l’instinct de survie et, avec l’humidité ambiante que l’on y pressent, le froid y est hostile.

La bête des légendes a toujours sa place dans l’ombre et bien que notre humanité se pense loin de ses instincts primaires, leur réminiscence vient cogner à la porte de mon esprit.

Il y a de la nostalgie dans ce paysage, une nostalgie qui jouxte une certaine terreur.

Les dents du mystère claquent dans les zones méconnues de mon âme, je frissonne.

La nuit arrive, le train alterne vitesse et rythme paresseux au passage des gares .

Il me roule, me berce, se déroule et semble glisser. Je glisse avec lui à la rencontre de ces lumières que très vite nous dépassons.

L’homme a peuplé les ténèbres de couleurs; c’est une impression féerique de les observer danser le long de la voie. Point, trait, point, trait..

En fixant le regard au plus près du ballast, la nuit se zèbre de traits lumineux, la vitesse réduit tout à la droite lorsque le regard se refuse à jouer avec la profondeur de champ.

Mais l’exercice est fatigant, je baisse un instant les paupières, le temps que s’efface le souvenir des segments éblouissants qui hantent ma rétine.

 

Lorsque je rouvre les yeux, nous plongeons dans les ténèbres d’un long tunnel.

 La vitre se fait alors miroir où mon visage se reflète ; déroutant spectacle !

«Là, c’est toi!» me murmure une petite voix intérieure.

C’est comme si je me voyais pour la première fois, je suis troublée.

Ce reflet laisse entrevoir une vérité qui m’échappe, et voilà que l’image menace de m’engloutir et de me faire disparaître.

Mal à l’aise, je regarde devant moi le siège vide. Je me sens brutalement très seule.

Si seulement tu étais là Grand père, en face de moi, roulant dans la même direction!

Nous échangerions un sourire et je me sentirais rassurée.

J’essaie de t’imaginer, de conjurer ce vide en moi.


Je sursaute !

-à quoi penses-tu ? me demande l'homme qui m'accompagne.

- à rien de précis ! 

 

 

Ce serait trop long de lui expliquer et je n’en ai pas envie.

Il m’observe, semble hésiter puis reprend sa lecture.

 

Mon regard vacille sur ce fauteuil où tu n’es pas et je sens que le reflet de la vitre m’interpelle. Je ne veux pas lui céder, il faut que je réussisse à t’imaginer, là en face de moi et faire taire cette voix qui insiste : -qui es-tu ? -qui es-tu ?

Je sais que je dois affronter ce reflet improbable qui me donne le vertige, que c’est le seul moyen de l’apprivoiser.

À trois, je l’affronte : un –deux –trois -

Je regarde la vitre, c’est la fin du tunnel, de nouveau les arbres, les petites lumières qui cavalent dans la nuit.

Je soupire, ferme les yeux et sombre dans l’absence. AD



Lettes à Grand-père déposé SACD

commentaires

rouergat 05/01/2010 10:49



Le reflet dans une vitre, dans un miroir, reflet de la vie  


Belle  lettre  à grand-père
A+


ADAMANTE 05/01/2010 18:59


Merci de cette visite. A+ AD


Dany58 04/01/2010 23:09


Je te souhaite une bonne et douce nuit.


pottier 04/01/2010 18:52


j'aime tes mots, qui chantent

belle soirée
philippe


ADAMANTE 05/01/2010 19:18


Belle image, je suis gâtée ! AD


Bruno 04/01/2010 18:04


Un beau récit qui nous renvoie le miroir de la vie.
Bonne soirée
Bises


ADAMANTE 04/01/2010 17:04


Merci de m'accueillir si amicalement. Joyeuse année à toi aussi. Adamante


Dany58 04/01/2010 16:55


Je découvre ton blog par la communauté Colibri zen dont je fais partie. Je te souhaite la bienvenue dans la communauté et une bonne année.


Profil

  • Adamante
  • Comédienne, metteur en scène, diplômée en Qi Gong, j'écris, je peins.
  • Comédienne, metteur en scène, diplômée en Qi Gong, j'écris, je peins.

Ici, on rêve ! Bienvenue

Je vous invite à partager mes créations, reflet de la vision que j’ai de la vie, au travers de la peinture, du théâtre, de la poésie & de l’écriture. Adamante

 

 

Rechercher

Traduction-translation

 

Acquérir une toile

 

L-eau-lumiere.jpg

Contact : 07 70 73 59 82

Finance & mépris !

stop-belo-monte coupe-du-monde 3

40
BELO MONTE : Pétition du Cacique Raoni

Dernière nouvelles

Parce que "l'argent ne se mange pas"

que le monde de la finance détruit la terre,

en chasse les peuples, nous méprise,

je vous invite à signer la pétition et

à soutenir cette lutte qui est aussi la nôtre.

Adamante  

"Kayapos"

M. Mandela, le livre

monsieur-mandela AdaEd.Panafrika/Silex/Nouvelles du Sud

La vidéo

 Un lien qui en parle

Un hommage de 51 poètes du monde entier

à cet homme exemplaire

et j'ai l'honneur d'en faire partie

Pour commander  -envoi suivi- 

23 € si vous faites référence à ce blog

(Soit 20 € + 3€ de frais de poste au lieu de 6€)

Editions A3 - 36, rue Barbès 94200 Ivry sur Seine

Copyright n° 00048584-1

Mantras de l'espace

NASA-Voyager recording - mis sur You Tube par Hryzunik

Fermez les yeux, écoutez le chant troublant des ondes électro-magnétiques...