28 novembre 2012 3 28 /11 /novembre /2012 19:50

 

 

Je descends l’étroit sentier

qui mène à la rivière

des pierres roulent sous mes pieds

comme autant de cris

des libertés qui s’effondrent

comme autant de cris

de femmes

méprisés

violées

sexuellement torturées

psychiquement assassinées.

 

Les arbres

sur le chemin

me chantent

leur chanson d’arbres

celle de la vie

celle de l'amour.

 

Au Congo, des soldats

des barbares

on fait du viol

une arme de guerre

institutionnelle.

 

Une pierre roule dans la rivière

c’est une petite fille

elle a 3 ans

elle se noie

intimement déchirée

par un viol collectif

 

Une autre pierre la suit

c’est une femme

un objet sexuel

de cette armée

aux appétits féroces

une femme déboussolée

à qui l’on vient

de faire manger

un plat étrange

qu’elle ne connaissait pas :

ses propres enfants !

 

D’autre pierres

roulent, roulent, roulent

comme les rats de  Hameln

suivant le son de la flûte

elles se jettent dans les eaux

tumultueuses

de la rivière ensanglantée.

 

Dans le soir

un cri les suit

qui vient se noyer à son tour

dans le silence

de la nuit

dans l'épaisseur

de l’indifférence

le cri du pasteur

Denis Mukwege

gynécologue

il constate et répare

des milliers de ces vagins dynamités

lacérés au rasoir

brûlés

torturés.

 

Denis Mukwege s’étonne

il est lourd le silence

de la communauté internationale

 

qui sait pourtant

 

qui sait


qui sait !


mais qui se tait.

 

 

Lui vient d’échapper

à un assassinat

Lui

que la communauté internationale

félicite

pour son action humanitaire

Elle offre des décorations

de beaux discours...

 

Mais elle est homme

essentiellement homme

pétrie de l’idée

que la femme est faite pour souffrir

que c’est dans sa nature

« tu accoucheras dans la douleur ! » 

abjection des religions

qui ont fait d’un sexe le jouet de l’autre

en prêtant à un dieu des paroles d'hommes.

 

En Libye, sous le règne du despote

la communauté internationale savait

elle connaissait le sort des femmes

et pourtant, elle s’est tue.

Le tyran a planté sa tente

dans les jardins de l'Elysée.

 

Aujourd’hui au Congo

le viol de milliers de femmes

est moins grave

que la mort

d’un seul homme.

 

Se taire

telle est la règle

lorsqu’il s’agit des femmes !

 

Ne pas faire de vagues

fermer pudiquement les yeux

en attendant d’être acculé

à reconnaître

ce crime

contre l’humanité.

 

Réveillez -vous femmes

de tous les pays

de toutes couleurs

relevez la tête

faites entendre vos voix

soyez convaincues

que la femme est un Être

un Être à part entière

un Être porteur de vie

un Être porteur d'amour

et sachez-le


on ne détruit jamais si bien

que ce que l’on envie.


N’acceptez plus jamais

qu’un homme

puisse vous laisser supposer le contraire.

 

Sachez,

le défi est immense,

que c’est par les femmes

que le monde se reconstruira

dans le respect mutuel

et de la nature.

 

Aucun animal

jamais

n’eut une telle attitude

envers sa femelle.

 

Qui est la bête ?

 

Comment réagirez-vous

femmes d'Europe ?

 

Le Congo

c’est loin

c’est un pays en guerre

dans un pays en guerre

on le sait

il ne fait jamais bon être femme

hélas la guerre

a une particularité

quand elle est finie :

celle d’être toujours

la dernière

jusqu’à la prochaine…

 

La guerre

le crime

ce couple infernal

fait du monde

un lieu de barbarie

 

La guerre

le crime

le profit

feront de la Terre

un lieu stérile

car n’en doutez pas

 

la Terre aussi

est une femme

qu’on assassine.

 

Sur l’étroit sentier

qui mène à la rivière

mon pied glisse

la terre s’effondre

je tombe

je ferme les yeux

les eaux rouges

de la rivière

me chantent leur chanson d’eau

celle de la vie

celle de l'amour.

 

©Adamante

 


  Ici une œuvre qui aurait pu illustrer ce texte

 

 J'ai écrit ce texte après avoir lu l'article du monde du 28 nov 2012 d'Annick Cojeau, parce que je pense que nous n'avons pas le droit de ne rien dire, parce que je pense, moi qui ne suit rien, que je n'ai pas le droit de ne rien dire. AD

 

 

 

 


 

 

Partager cet article

commentaires

pimprenelle 13/12/2012 18:47

Tu peux crier par ta plume. Tu dis si bien les choses les plus atroces.
Tu penses guerre car c'est ce qui se passe en ce moment, mais en te lisant, je pensais à la vie "normale", celle de tous les jours dans tous les pays, dont le nôtre, où le viol est encore mis sur
le compte de la femme.
Pourquoi faire subir toutes ces atrocités.
Pourquoi faut-il que certains hommes nient simplement que les femmes puissent être femmes.
Heureusement qu'il y a des hommes qui te liront et approuveront.
C'est vrai que tout cela a toujours existé, mais faut-il que cela continue encore et encore.

Je joins ma toute petite voix à la tienne.

Joëlle Colomar 09/12/2012 09:53

Merci Adamante d'avoir su relever et dire l'indiscible, l'abjeste, le monstrueux. Donnons-nous la main pour que cela s'éloigne, disparaisse de notre planète bleue. Merci. Joelle

marie-madeleine 07/12/2012 15:13

Merci pour ce très beau billet découvert grâce à Mamadomi. Merci et bravo

ADAMANTE 08/12/2012 19:12



Merci Mari Madeleine, j'aurais préféré ne jamais l'écrire. Cordialement.



mamalilou 05/12/2012 15:07

merci pour ce flot de douleur en partage
que la force d'amour qui anime ce billet vienne réveiller les coeurs endormis par les bienfaits tenus pour acquis...
doux bisous qui ne consoleront pas
merci encore pour ce "dire" qui est notre force d'action collective

ADAMANTE 08/12/2012 19:20



Je te remercie pour ces mots mamalilou, ils me touchent beaucoup. Bien amicalement.



Anne 02/12/2012 22:54

On dit que la parole est d'argent et le silence d'or. Mais le cri, lui, est d'entrailles ! J'espère que nous aurons toujours cette force-là du refus de ce qui ne porte pas de nom, pas l'irrespect,
pas même la haine, pas plus la barbarie mais bien au-delà

valdy 02/12/2012 20:23

Mon 1er commentaire a disparu ... Oui le poète a raison, "la femme est l'avenir de l'homme" et, dans les villages, ce sont elles qui donnent de l'espoir, elles à qui l'on fait des micro-crédits,
elles que l'on forme. Que le viol soit utilisé comme arme de guerre ou comme outil de redressement des homosexuelles en Afrique du Sud, c'est un crime contre l'humanité toute entière. Dans notre
société patriarcale, les femmes ont depuis peu le pouvoir. Et ma fille, la jeune génération, se bat avec les armes du droit et de la politique pour faire avancer cela. Oui Ada, ne baissons pas les
bras, Crions ensemble :-)

valdy 02/12/2012 20:08

J'ai enfanté une petite fille, aujourd'hui devenue grande, elle se bat au coeur des institutions pour que la femme occupe une vraie place d'égale dans notre société patriarcale. Et si nous avons
fait des avancées (depuis quelques décennies seulement..)la façon dont sont traitées les femmes ailleurs dans le monde est insupportable en effet. Cependant, même dans le tiers monde, c'est à elles
que l'on confie le" redressement écologique et économique des villages". La femme est l'avenir de l'homme disait Aragon. Et les barbares qui sacrifient cet avenir (infanticide des filles au profit
des garçons par exemple) sont destinés à la misère. Oui Ada,je te suis, le viol comme crime de guerre ou comme technique de redressement des homosexuelles en Afrique du Sud est un crime contre
l'humanité tout entière.
Ton @minaute

ADAMANTE 02/12/2012 21:16



Ton premier commentaire est bien passé et je t'en remercie. Je crois que le silence n'est pas à conseiller dans un cas (des cas) pareils. Les avancées sont à défendre car elles ont vite fait de
disparaître en fonction de l'histoire. Quand le monde acceptera-t-il enfin le droit à la différence ? C'est à chacun de nous de l'exiger ce qui n'exclu pas d'être sereins. Amitiés



romantic 02/12/2012 17:14

Bonsoir Amarante ,
un poème terrible qui sort des entrailles de l'enfer de la vérité : " je ne vois pas , je n'entends rien , je ne dis rien " , un magnifique hymne à la femme et la jeune enfant tant malmenées ici et
là dans son intime , comme toujours , l'inacceptable au quotidien au Congo dont il est question ici , mais bien ailleurs , nous femmes pourtant si combatives mais face aux soldats de plomb semant
la terreur subissent , merci pour ce partage douloureux qui est pourtant malheureusement qu'humain .
Merci Amarante de réveiller les consciences , je viens de la part de Blanche , cordialement, Martine.

Jackie 02/12/2012 11:44

Un texte dur et criant de vérité...
Merci, oui nous n'avons pas le droit de ne rien dire...

ABC 30/11/2012 16:08

Crier ensemble pour rester debout et occuper sa légitime place !

Blanche 30/11/2012 11:04

Je suis indignée, révoltée,Adamante,( les adjectifs me manquent )contre de telles atrocités, contre une telle barbarie sur les femmes et les enfants du Congo mais aussi sur toutes les femmes et
tous les enfants de tous les pays en guerre qui ont subi et qui subissent encore la barbarie d'hommes devenus sauvages et cruels, mais je ne veux pas en tant que femme que mes sentiments contre
cette horrible folie se traduisent en haine contre l'homme en général:" la femme est l'avenir de l'homme" a dit Aragon, sans doute parce qu'elle peut lui montrer l'au-delà des apparences, la beauté
et l'amour mais surtout pas la haine.
Ton poème est un cri que je ne veux pas oublier. J'inviterai mes amies à venir le lire sur ton blog pour que nous ayions toutes une pensée forte d'amour pour ces femmes et ces enfants martyrs.
Merci pour ce douloureux partage
Blanche

Antoine 30/11/2012 00:08

Quel cri ... Il résonne avec violence.... Pourrait-il être entendu ? on peut le penser .... Pourrait-il être écouté ? on peut en douter !!!
Problème intemporel ... L'être humain est animal, intelligent, certes !?!? Mais intelligence, science, sociabilité ... sont-elles toujours assez fortes ou développées pour lui lui permettre de
refouler ses instincts originels ???
Pour conclure une citation de Anasua Sengupta : "Bien trop de femmes dans bien trop de pays parlent la même langue: le silence".
Amitié Adamante

Olivier Murmures 29/11/2012 21:23

L'homme, né de la femme, a tant à apprendre et recevoir d'elle... Je joins humblement ma voix d'homme à celle de ce pasteur, à la tienne, aux vôtres, femmes dont le SENS de La Vie porte les
siècles, en partageant sur Facebook ton texte terrible et magnifiquement bien écrit.

Olivier

Fabrice 29/11/2012 15:43

Bonjour Adamante, ce film dont tu parles dans une des réponses de commentaire est sans doute "The constant gardener" que j'ai vu plusieurs fois. Ton texte (que je partage sur facebook) est un cri
douloureux, qui doit être lu le plus possible. Même si je suis homme, j'hadère au fait qu'une plus belle humanité est possible grâce aux femmes. Mais il faut aussi des hommes et toute la
destruction ne vient pas des hommes (à en voir des reines et imlpérattrices tyranniques du passé, ou d'autres femmes d'influences néfastes). Mais je suis d'accord, la femme est création, porteuse
de vie, flamme de sagesse intuitive, ouverture d'espace intéreieure. Le meilleur de l'homme serait de lui apporter conjointement la joie et l'action altruiste. Les deux réunis avec une éducation à
l'amour bienveillant et à la compassion peuvent être à l'origine de ce nouveau monde qui doit naître de tous ces troubles horribles et catastrophiques de notre époque.

Carole 28/11/2012 23:54

Il fait mal, ce texte, Adamante. Mais si ce qui se passe au Congo est si bien "toléré", n'est-ce pas parce que cela s'est passé et se passera ailleurs, depuis et pendant des siècles. On pourrait
écrire l'histoire de l'humanité en écrivant la simple histoire du malheur des femmes. J'ai peu d'espoir...

ADAMANTE 29/11/2012 00:09



Il y a toujours eu la barbarie, le viol, la torture durant les guerres, mais pas de façon institutionnelle comme au Congo actuellement, accepter cela (se taire donc) c'est accepter
l'inacceptable. Et puis comme le dit aussi Denis Mukwege "ne s'agirait-il que d'un seul viol, il faudrait le condamner". Il n'y a pas de fatalité, le monde changera ou il disparaîtra et il ne
peut changer que par nous. Je ne crois pas à une autre alternative.



Quichottine 28/11/2012 23:02

On n'a pas le droit de ne rien dire... mais si nous unissons nos voix, sauront-elles atteindre ceux qui se sont bouchés les oreilles pour ne pas entendre ?

L'homme est la pire des bêtes qui soit.
Non content de détruire la nature qui l'abrite, il se détruit lui même à travers ses femmes et ses enfants.





















... J'aime bien ce que dit Hélène "L'homme inventa l'insupportable"...

Insupportable, et, pourtant nous le supportons encore.

ADAMANTE 29/11/2012 00:02



Conservons l'idée que l'union fait encore la force, même pour les petits. Le film d'Arte ce soir était édifiant. S'il est un continent qui souffre c'est bien l'Afrique.



Hélène Carle 28/11/2012 21:06

La Vie créa l'émerveillement, l'homme inventa l'insupportable crachant sur la beauté du monde de peur d'assumer sa propre grandeur.
Dans cet embâcle de frayeur poussent chaque jour des êtres fleurs qui, invisibles, défrichent un petit passage au bonheur.

Hélène*

très émouvant

ADAMANTE 29/11/2012 00:25



Non seulement ce que tu dis est beau, mais c'est vrai, merci Hélène. Il nous faut beaucoup d'Êtres fleurs, qu'ils poussent.



jill bill 28/11/2012 20:12

Bonsoir Adamante ! Je reste sans voix, tu as tout dit... mais je joins mon indignation à la tienne ! Trop de violence masculine... sur les femmes, la planète, mère de l'humanité, alors respect
oui... Merci m'dame !

ADAMANTE 28/11/2012 20:16



Merci Jill, moi j'ai perdu la mienne de voix, totalement aujourd'hui, aphone par le rhume, mais je peux encore crier.



Profil

  • Adamante
  • Comédienne, metteur en scène, diplômée en Qi Gong, j'écris, je peins.
  • Comédienne, metteur en scène, diplômée en Qi Gong, j'écris, je peins.

Ici, on rêve ! Bienvenue

Je vous invite à partager mes créations, reflet de la vision que j’ai de la vie, au travers de la peinture, du théâtre, de la poésie & de l’écriture. Adamante

 

 

Rechercher

Traduction-translation

 

Acquérir une toile

 

L-eau-lumiere.jpg

Contact : 07 70 73 59 82

Finance & mépris !

stop-belo-monte coupe-du-monde 3

40
BELO MONTE : Pétition du Cacique Raoni

Dernière nouvelles

Parce que "l'argent ne se mange pas"

que le monde de la finance détruit la terre,

en chasse les peuples, nous méprise,

je vous invite à signer la pétition et

à soutenir cette lutte qui est aussi la nôtre.

Adamante  

"Kayapos"

M. Mandela, le livre

monsieur-mandela AdaEd.Panafrika/Silex/Nouvelles du Sud

La vidéo

 Un lien qui en parle

Un hommage de 51 poètes du monde entier

à cet homme exemplaire

et j'ai l'honneur d'en faire partie

Pour commander  -envoi suivi- 

23 € si vous faites référence à ce blog

(Soit 20 € + 3€ de frais de poste au lieu de 6€)

Editions A3 - 36, rue Barbès 94200 Ivry sur Seine

Copyright n° 00048584-1

Mantras de l'espace

NASA-Voyager recording - mis sur You Tube par Hryzunik

Fermez les yeux, écoutez le chant troublant des ondes électro-magnétiques...