24 octobre 2010 7 24 /10 /octobre /2010 17:04

 

L'ARBRE A MOTS

Jee Bee Blues Saga (voir le grenier) 

  PARABOUM-.-copie.gif

 

Un matin, alors que la rosée déposait ses larmes sur les herbes et le tapis de feuilles de la sombre forêt de Une Fois, celle jouxtant le petit cimetière où repose, façon de parler, la Grande Jee Bee, une rencontre exceptionnelle eut lieu sous l’arbre à Mots, encore ensommeillé et qui rêvait de poésie.

 

Cette forêt, dite aussi la forêt des spectres, parce que les habitants du sympathique petit cimetière aimaient à s’y détendre, était une forêt magique.

Les rares humains qui s’y étaient aventurés et avaient failli s’y perdre, l’avaient baptisée ainsi à cause d’aventures singulières dont je vous parlerai peut-être à l’occasion.


Ce n’était pas que la forêt fut grande, bien au contraire, mais dans ce monde, un peu parallèle à celui des hommes, où la taille des choses variait au rythme de leurs pensées, des chemins innombrables se traçaient au fur et à mesure de leur balade.  Les promeneurs se trouvaient entraînés, bien malgré eux, dans un monde chimérique, parfois féerique, mais le plus souvent angoissant.

Cela tenait à leur qualité de cœur et bien peu aimaient à s’y retrouver seuls, que ce soit de jour comme de nuit. Ils y étaient victimes de troublantes visions, de malaises et de craintes.

Certains même, c’est pour dire à quel point leurs cœurs devaient être noirs, n’en n’étaient jamais revenus.


La particularité de cette forêt, c’est qu’elle vous entraînait dans le labyrinthe de votre univers mental, et il n’était guère que les enfants à pouvoir y jouer sans risque.

Quand la forêt s’illuminait de leurs rires cristallins, une certaine joie de vivre égayait les habitants du petit cimetière et les araignées se précipitaient pour cueillir au vol ces perles d’éternité dont elles s’empressaient de décorer leurs toiles désertées par la rosée éphémère dès les premiers rayons du soleil.

 

Un matin donc, la Grande Jee Bee, montée sur sa fidèle monture Rossinante, était partie faire son petit tour habituel jusqu’à la clairière de l’Arbre à  mots.

 

Ce matin là, qui nous allons le voir se fit nuit, un cheminot, un routard, un marginal, de passage à Une fois, la bourgade, celle des vivants, complètement défoncé, s’était aventuré dans la forêt. Le moins que l’on puisse dire est que le gugusse n’avait pas l’âme claire. Nourri de romans noirs, de séries policières, où il n’y a pas une seconde sans course-poursuite et coups de revolver, ses hallucinations le portaient tout droit vers un trip des plus mouvementés, dans cette forêt, habile à vous concocter quelque chose de son cru à partir de vos éléments personnels.


Plus il avançait, plus le chemin devenait tortueux, des ombres surgissaient et des bruits insolites le faisaient sursauter.

À l’orée d’une clairière, celle-là même où rêvassait l’arbre à mots, sans transition, il fit soudain nuit noire. Quelques poubelles souffrant d’indigestion accompagnées d’un réverbère poussif et tremblant surgirent alors de nulle part.

Ces choses insolites s’étaient plantées dans le décor comme une verrue sur le nez d’une miss.

 

Un cri strident déchira les ténèbres tandis que le couvercle d’une poubelle explosa littéralement pour livrer passage à une espèce de diable tonitruant qui, s’agrippant à lui comme une sangsue, se mit à le bourrer de coup de poings.


Paul Henry eut un haut-le-cœur. Il n’était qu’un marginal de salon, un routard nourri au biberon de Neuilly-sur-Seine, que des parents attentifs, en attendant de le voir accéder aux plus hautes sphères de l’état, laissaient s’amuser sur les routes, car il faut bien que jeunesse se passe.

 

Ce que Paul Henry aimait au cinéma, il le détestait dans sa vie. Il était mort de trouille.

Il tenta par toutes sortes de moyens de se débarrasser de l’intrus accroché à sa personne, mais rien n’y fit. Invectives, roulades, menaces, cris, soupirs n’eurent d’autre effet que de renforcer la violence des coups.

Le diable accroché dans son dos, dont le petit nom était Paraboum, semblait prendre un malin plaisir à lui bleuir l’échine.


Paraboum, conçu dans une « dead zone » de l’esprit du jeune aventurier, était sa création.

Il  arrivait tout droit d’un des nombreux univers parallèles développant les innombrables probabilités de vie de Paul Henry.


Pour l’anecdote, dans une de ces vies, il était devenu Président de la République d’un petit pays de forts en gueule, ayant adopté le coq comme emblème national. 

Président quelque peu azimuté, prétentieux, vulgaire, primaire, fort en promesses qui n’engagent que ceux qui y croient, menteur, il se prenait pour un cow boy,  et se faisait appeler Nic afin de paraître proche du peuple dont il se souciait comme de sa première couche culotte. Mais ça c’est une autre histoire.


Le fond de l’âme de Paul Henry, celui de la dimension de la forêt enchantée, était identique en tous points à celui de tous les Paul Henry de toutes les dimensions.

Lorsqu’il était défoncé, il lui arrivait d’ouvrir bien involontairement quelque vortex sur ces autres dimensions où d’autres « lui » exploraient des chemins différents, et cela ne faisait pas toujours bon ménage. On comprend dès lors l’apparition de Paraboum.


Paul Henry, ne faisait pas le poids face à sa création qui pour l’heure tentait de l’étrangler avec un lacet de chaussure. Elle maintenait, d’un genou ferme, Paul Henry face contre terre, lequel était à deux doigts de passer l’arme à gauche.


C’est alors que surgissant de la poubelle, une furie s’écria d’une voix suraiguë :


-        Paraboum ça suffit ! T’avais promis de m’en laisser un peu !


Paraboum, rouge de confusion, donna un peu de mou à son lacet et bafouilla :


-        Ô pardonne-moi ma « poussinette », j’étais tellement pris par le jeu que j’ai failli t’oublier ! Tiens prends le, je te le laisse !


La poussinette nommée Scarabine, sauta sur Paul Henry comme la Grande Jee Bee le faisait sur Rossinante. Elle l’attrapa sans ménagement par les cheveux afin de lui tourner la tête et le regarder droit dans les yeux.


-        Alors, rebus de pouvoir de banlieue chic, on avait envie de se faire quelques petites frayeurs ? On a fait appel à Scarabine et Paraboum pour se faire monter l’adrénaline ?

Eh bien, pour vibrer, tu vas vibrer.


Sur ces mots, elle retourna Paul Henry et commença à lui lacérer le visage de ses ongles démesurément longs.

 

Paul Henry, hystérique, le visage en sang, se mit à hurler et échappant alors à son bourreau s’enfuit en courant dans la nuit noire, Paraboum et Scarabine à ses trousses.

Il se prit les pieds dans une souche, fit un vol plané mémorable, se releva, et se remit à courir comme un dératé.

 

Scarabine, armée d’un lance-pierres, le cribla alors de projectiles urticants qui l’obligeaient à chaque impact à s’arrêter pour se gratter.

Paraboum, taillé comme un dieu Grec, en profitait alors pour lui asséner un coup de poing phénoménal qui le projetait dans une nouvelle course désespérée.

 

C’est alors que surgissant d’un chemin de traverse, la Grande Jee Bee, montée sur Rossinante, fit son apparition. 

 

Nous l’avons dit, pour la Grande Jee Bee c’était le petit matin tandis que pour Paul Henry il faisait nuit noire. La Grande Jee Bee aperçut bien Paul Henry, mais c’était trop tard, elle ne pouvait plus arrêter Rossinante qui n’avait plus ses réflexes d’antan. Le choc fut tel que Paul Henry fit un dernier vol plané, heurta violement de la tête le tronc de l’arbre à mots et s’évanouit illico.


L’arbre à mots, fut interrompu juste à la fin de la réplique du roi à la scène III acte deux de Torquemada*  « Ah ! te voilà, marquis. »

Considérant Paul Henry allongé à ses pieds, plus mort que vif, il regarda la Grande Jee Bee d’un air interrogateur.

Celle-ci observant à son tour le corps inanimé dont la tête commençait à s’orner d’une bosse qui promettait d’être volumineuse, allait lui faire part de son ignorance, quand Scarabine et Paraboum firent irruption.


La Grande Jee Bee descendit de sa monture, se pencha vers le blessé, lui donna deux trois claques pour tenter de le réveiller, en vain.

Scarabine la repoussa en lui disant :


-        Il est à moi ! Laissez-moi faire et elle appliqua à Paul Henry une claque qui ne pouvait que le réveiller ou l’entraîner définitivement de l’autre côté de la vie.

 

Mais Paul Henry, sous sa constitution chétive cachait une résistance à toute épreuve. Contre toute attente il reprit ses esprits. Lorsque, ouvrant les yeux, il découvrit Scarabine penchée sur lui, il émit un hurlement tel que les feuilles de l’arbre à mots se dressèrent sur leurs pétioles.

 

L’arbre à mots, excédé rugit de toute ses branches avec une colère non contenue :


-        Sortez de ma clairière et ramenez-moi cet olibrius chez les vivants !

 

La Grande Jee Bee s’inclina devant le sage en s’excusant. Scarabine et Paraboum, impressionnés par l’autorité naturelle de l’Arbre à mots, attrapèrent Paul Henry de nouveau inconscient, le jetèrent en travers, comme un sac,  sur le dos de Rossinante et tous trois, sans discuter davantage, l’emportèrent pour l’abandonner sur le bas-côté de la route départementale en direction de la bourgade.

 

Après tout, s’il avait une chance de s’en sortir c’était aux vivants de s’en occuper.

Il avait eu la raclée de sa vie, ce qui était justice, car il était mal venu aux yeux de l’éternité de mettre le bazar entre des dimensions temporelles appelées par les lois de la physique à rester séparées.

 

Scarabine et Paraboum, virtuels donc invisibles, condamnés par le sort à rester dans leur nouvelle dimension, furent invités par la Grande Jee Bee à s’installer dans le petit cimetière de Une Fois, qui gagna ainsi deux personnalités bien trempées susceptibles de maintenir, s’il en était besoin, un certain niveau d’animation dans la communauté.

 

©Adamante

      * Victor Hugo


 

 

Scarabine et Paraboum : une trouvaille de mon brillantissime esprit.

BRILLANTISSIME5 copie

Partager cet article

commentaires

Azalaïs 27/10/2010 19:56



ça fait du bien de se défouler un peu, quelle aventure! pauvre pauvre Paul henri


je vais lire les autres



ADAMANTE 27/10/2010 20:29



Oh que oui, ça fait drôlement du bien !



annielamarmotte 27/10/2010 09:56



nonnnnnnnnnn pas le lacet!!!!!!!!!!!!



ADAMANTE 27/10/2010 12:03



Siiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii!!!!!!!!!!!!! 


Question : me serrais-je trompée pour l'inventeur de l'épouvaffreux, j'ai mis en lien Flamarmotte. Une erreur ?



ff 26/10/2010 11:32



mais qu'est-ce que c'est que ça sacrée
Adamante!!! quel univers complétement scarabiné!!!! je courbe l'échine pour le saluer bien bas *KrKaak* voilà!



ADAMANTE 27/10/2010 19:09



J'aime bien : univers complétement scarabiné ! Merci ff, bonne soirée.



pimprenelle 25/10/2010 22:58



Au vu du dessin, j'ai pensé ... tout de travers. Mais quel délire, c'est formidable.


Effectivement, l'arbre à mots a les feuiiles qui se dressent sur la "tête". Je n'ai pas eu besoin de lire pour voir.


Eh, je continue tes exercices ! Je te dirai dans quelques jours.



ADAMANTE 25/10/2010 23:24



J'avoue que j'ai du plaisir à les faire agir ces cocos là ! Je me suis prise au jeu, et décidé de continuer l'écriture de la vie de ce cimetière pas comme les autres, pour moi. En ce qui concerne
les exercices ils sont simples, et plus on les pratique plus ils agissent vite et deviennent naturels. J'attends ton verdict, mais tu dois déjà percevoir leur effet. Belle nuit. Amitiés



photo.bruno.grenoble.over-blog.com 25/10/2010 16:19



Bonsoir Adamante


Merci d'avoir partagé ce joli texte


 


Amitiés Bruno


 


 



ADAMANTE 27/10/2010 19:33



A bientôt Bruno. Belle soirée



Pierre 25/10/2010 10:16



Une sage qui en a inspiré plus d'un. C'ette épopée dont le final ne manque pas de piquant est digne d'un western d'un film de cape et d'épée, les Marx Brothers pourraient être dans le casting car
les méchants sont toujours punis,Sergueï Eisenstein aurait pu franchir le pas et du muet passer au parlant avec ce texte. A moins qu'on trouve les prémices de cette "Lutte des classes" dans
le Capital de Marx


(Karl pas Groucho!)


Merci pour ce bon moment.



ADAMANTE 27/10/2010 19:36



Attends, je sors ma caméra et je filme ! Amitiés et à bientôt.



jill-bill.over-blog.com 25/10/2010 09:10



Bonjour Adamante, en voilà deux de plus au ptit cimetière... Mission accomplie, quant à l'autre qu'il retourne dans son monde... nan mais !!!  La curiosité est un vilain défaut, voilà ce qui
arrive lorsque l'on s'aventure dans l'esprit de Adamante... Bisous noble dame, bravo pour ton imagination !! .... Sur ce la grande Jee Bee va  se faire un chocolat !!   Jill




ADAMANTE 27/10/2010 19:49



Tu nous pousses au crime avec le chocolat ! Quant à mon esprit, mon esprit... voyons un peu ce qu'en dit M'sieur Larousse :


"activité intellectuelle"...  ouh là, diable !   


"faire de l'esprit" euh... "  


le bon et le mauvais..." eh bien...  


"en faire ou le perdre", c'est que...    


"vue de l'esprit :  chimères"... et pourquoi pas... 


Je prends les chimères, celles qui s'insinuent sans faire de bruit et qui ne sont que vues de l'esprit.


"vu de quoi ?"


" Ah ça non ! je ne vais pas recommencer!"






Oo° Kri °oO 25/10/2010 08:20



J'aime beaucoup ce texte ... bravo!!


 Bon lundi



ADAMANTE 27/10/2010 19:52



Merci et au plaisir. Belle soirée.



Quichottine 25/10/2010 05:52



Eh bien, il a eu de la chance, dis-moi !


Une histoire épouvantable... J'ai eu peur, moi, madame !


Heureusement que l'arbre à mot avait envie d'un peu de silence.


Je vais regarder cette forêt différemment désormais.


 


Passe une bonne journée.



ADAMANTE 27/10/2010 19:53



L'Arbre à mots est un sage ! Heureusement ! Belle soirée



Snow 24/10/2010 22:02



Allo Ada, la vie t'inspire bien car en effet, la vie fonctionne bien comme dans le cadre de cette hisoire qui m'a tenue en haleine!! Encore! Encore!! Tes dessins sont beaux aussi. Merci du
divertissement M'Dame!



ADAMANTE 24/10/2010 22:37



Ils sont un peu "fondus" mes personnages, j'espère que la vie est parfois différente ! Bises du soir.



Profil

  • Adamante
  • Comédienne, metteur en scène, diplômée en Qi Gong, j'écris, je peins.
  • Comédienne, metteur en scène, diplômée en Qi Gong, j'écris, je peins.

Ici, on rêve ! Bienvenue

Je vous invite à partager mes créations, reflet de la vision que j’ai de la vie, au travers de la peinture, du théâtre, de la poésie & de l’écriture. Adamante

 

 

Rechercher

Traduction-translation

 

Acquérir une toile

 

L-eau-lumiere.jpg

Contact : 07 70 73 59 82

Finance & mépris !

stop-belo-monte coupe-du-monde 3

40
BELO MONTE : Pétition du Cacique Raoni

Dernière nouvelles

Parce que "l'argent ne se mange pas"

que le monde de la finance détruit la terre,

en chasse les peuples, nous méprise,

je vous invite à signer la pétition et

à soutenir cette lutte qui est aussi la nôtre.

Adamante  

"Kayapos"

M. Mandela, le livre

monsieur-mandela AdaEd.Panafrika/Silex/Nouvelles du Sud

La vidéo

 Un lien qui en parle

Un hommage de 51 poètes du monde entier

à cet homme exemplaire

et j'ai l'honneur d'en faire partie

Pour commander  -envoi suivi- 

23 € si vous faites référence à ce blog

(Soit 20 € + 3€ de frais de poste au lieu de 6€)

Editions A3 - 36, rue Barbès 94200 Ivry sur Seine

Copyright n° 00048584-1

Mantras de l'espace

NASA-Voyager recording - mis sur You Tube par Hryzunik

Fermez les yeux, écoutez le chant troublant des ondes électro-magnétiques...