31 mars 2010 3 31 /03 /mars /2010 09:30

 

L'enterrement du PapéMots de tête n° 26 

LES CROQUEURS DE MOTS

 

L’enterrement du Papé

 

 

La petite Marie adorait voir jardiner son grand père

Elle était là, attentive et babillarde

À lui tourner autour comme une mouche à miel

C’était comme ça qu’il appelait les abeilles le Papé

Et c’était comme ça qu’il appelait  Marie aussi.


Quand elle commençait à le fatiguer

À toujours être là où on ne l’attendait pas

Au risque de recevoir un mauvais coup avec un outil, il lui disait :


« File et que je ne te vois plus, tu es pire qu’une pierre,

Tu empêches mes salades de pousser ! »


Il avait fallu qu’il lui explique tout du jardinage :

« Le bêchage, le ratissage, la mise en terre des graines, l’arrosage

Pourquoi il fallait éclaircir, les outils, l’importance de la terre, celle de la lune… »

Bref tout ce qu’il était indispensable de savoir.

Et elle avait retenu tout cela bien mieux que ses récitations.


Mais le Papé, très âge et fatigué,

Un matin ne s’était pas réveillé.

Fini le jardinage !

« Il avait rendu l’âme ! » avait dit sa mère,

Pour expliquer à Marie qu’il ne se lèverait plus.

Son Papé avait rendu l’âme !

Elle lui plaisait cette expression à Marie : « rendu l’âme »

Elle avait un « je ne sais quoi » de mystérieux qui l’intriguait.

Marie avait bien une vague notion de ce qu’était qu’une âme

Mais elle se demandait à qui il pouvait bien l’avoir rendue cette âme, le Papé.

Et ça la préoccupait.


Vint le jour des funérailles.

La veille, on avait mis le Papé dans une grande boîte

Un cercueil lui avait dit sa mère

Et les voisins avaient défilé devant

Chacun aspergeant la boîte d’eau bénite

Avec un goupillon que le curé avait laissé là à cet usage.

Il avait bien évidemment fallu  expliquer par le menu  à Marie

Les raisons de tous ces agissements pour le moins troublants.

Ce jour-là donc toute la famille s’était vêtue de noir

« Comme il sied pour un deuil ».

Et puis on avait suivi le corbillard pour l’enterrement.

Tout le monde roulait lentement

Comme si on risquait de réveiller le Papé en roulant trop vite !

Marie attendait avec impatience ce moment où le Papé allait être mis en terre,

Et elle se demandait bien pourquoi tout le monde avait l’air si triste.


À l’église, elle ne cessa de se trémousser sur le banc

Pressée que la cérémonie se termine pour aller au cimetière.

Les cloches se mirent à sonner et enfin le cortège s’ébranla.

Tout le village était venu pour accompagner le Papé à « sa dernière demeure »

Marie ne comprenait pas très bien ce que cela signifiait

Mais ses pensées étaient ailleurs,

Le Papé allait être mis en terre et il n’y avait que ça qui comptait.


Arrivé au cimetière Marie avait été surprise en voyant toutes ces pierres fleuries.

Elle n’eut de cesse que sa mère lui eut expliqué ce que c’était : « des tombes »

Mais quand Marie lui avait demandé : « à quoi ça sert ? »

Sa  mère lui avait intimé l’ordre de se taire.


Quand le cercueil fut arrivé devant le tombeau familial, dont la pierre avait été enlevée,

On procéda alors  à l’inhumation

Le cercueil fut descendu par des cordes dans l’ombre du caveau

Marie n’en croyait pas ses yeux

Mais quand la pierre du tombeau fut remise à sa place puis scellée

Elle se mit à pleurer

Elle se précipita sur la pierre pour essayer de l’enlever.

Personne ne comprenait ce qui se passait.

Sa mère avait bien essayé de l’entraîner à sa suite, en vain

La gamine était dans tous ses états,

Elle sanglotait en criant :

« Mon  Papé, mon Papé !

   Je veux qu’on l’enterre, je veux qu’on l’enterre

   Vous êtes des menteurs ! »


Le curé décontenancé lui expliqua

Que le Papé venait justement d’être enterré

Qu’il était désormais dans sa dernière demeure

Et qu’il fallait faire un peu de silence en signe de respect.

Alors Marie, arrêtée en plein milieu d’un sanglot,

Sidérée, l’avait regardé,

Elle avait regardé la pierre,

Et puis elle avait déclaré :

« Et comment il va faire pour pousser maintenant ? »

 

©Adamante


commentaires

dadevo 05/04/2010 00:34


coucou


ADAMANTE 05/04/2010 00:43



coucou !



Lenaïg Boudig 04/04/2010 22:28


Un "enterrement invraisemblable" dans l'optique de ta petite héroïne, oui, Adamante.
Emouvante histoire sans larmoiements, une logique enfantine qui a entraîné de belles réflexions à ce que j'ai lu. Je penserais assez comme toi ... Bises !


ADAMANTE 04/04/2010 22:51



Merci Lenaïg, j'aime quand les choses sont simples, c'est souvent dans la simplicité que l'on trouve les profondeurs. Bises



pimprenelle 03/04/2010 12:27


Tu as raison, les plantes ont besoin de presque rien pour se nourrir. As-tu vu es sapins dans les Vosges ? Tu te demandes comment ils peuvent tenir debout.


pimprenelle 02/04/2010 23:09


Tout à l'heure dans le bain, je pensais à cette petite fille, je la voyais poser ses questions à un grand-père si patient, des questions qui n'en finissaient pas et ce caillou qui peut empêcher la
salade de pousser lui m'a fait penser à notre maison. Lorsque nous l'avons achetée, le toit avait perdu des ardoises. A notre grande surprise, au printemps, nous avons vu le muguet percer les
ardoises !
Mardi, j'ai raconté une histoire de chèvre assez invraissemblable, mais une petite fille était tellement dedans qu'il a fallu que je lui dise que la fin ne pouvait pas être vraie. Tu vois la chèvre
boit des diabolos et ses fromages prennent couleur ! C'est une classe qui boit les histoires, ils sont d'une gourmandise rare.


ADAMANTE 03/04/2010 10:35



La vie est forte, j'ai vu en Corse de plantes pousser sur du granit, dans des infractuosités avec juste un peu de poussière, à croire qu'elles se nourrissent de lumière, de cette énergie
extraordinairement belle -quand on l'a vu on ne peut l'oublier- qui nous entoure et que souvent nous ne voyons pas, mais qui est là et qui nous compose.


En ce qui concerne ton histoire de chèvre, les enfants aiment les histoires, la petite fille doit être  sensible. Mais c'est bien de repousser les barrières de l'illusion en pénétrant le
rêve, les contes sont fait pour cela, ils ramènent un équilibre.


Bonne journée Pimprenelle.



pimprenelle 02/04/2010 16:16


Si nous continuons comme cela, nous allons faire, j'étais pour dire café philo, ce serait plutôt blog philo !


ADAMANTE 02/04/2010 19:52



Et pourquoi pas ! bises



pimprenelle 01/04/2010 23:14


J'avoue que j'aimerais bien m'en servir, justement pour que la mort puisse être expliquée, enfin quand je dis expliquée ...
Tu as raison, les petits appréhendent la mort d'une autre manière puisqu'ils attendent le retour, mais, en fin de compte, qui ne l'attend pas ?


ADAMANTE 01/04/2010 23:22



On attend peut être des retrouvailles, avec ceux que l'on a aimés qui comme nous font partie du grand tout d'où nous sommes issus et où nous retournons (c'est ma vision du Grand Océan Primordial
dont je suis et tu es une goutte -comme tous- avec ses gouttes il fait des expériences... mais je ne vais pas ici te raconter l'histoire, ce serait trop long pour mes petits doigts fatigués).
Bises Pimprenelle.



pimprenelle 01/04/2010 17:18


Ce n'est pas l'oeil, c'est l'oreille, car c'est si bien écrit que je me suis fait mon cinéma et cette petite fille je l'ai accompagnée partout, du jardin au cimétière, posant toutes ces questions
d'un enfant éveillé. Crois-tu que même encore maintenant, les adultes n'arrivent pas à dire à un enfant la mort ? On peut l'adoucir mais il faut la dire.


ADAMANTE 01/04/2010 19:57



Pour tenter de te répondre, je dirais que les jeunes enfants appréhendent la mort sans ce côté dramatique que peuvent avoir les adultes, peut être parce qu'ils perçoivent mieux ce que c'est que
la vie, du moins jusqu'à un certain âge. Après en effet je pense comme toi qu'il faut savoir leur expliquer l'absence physique et irrémédiable de quelqu'un de cher. 


Mais savons-nous, nous, adultes, ce que sont ces deux états : vie et mort, au regard de ce que notre espèce fait du monde ?  Mais sans doute, là, je m'éloigne un peu du sujet.


J'aime bien ton "œil-oreille" de conteuse, ce petit texte peut être considéré comme un mini conte, sur lequel broder des fantaisies.


 



Pascale la Tricotineuse 31/03/2010 23:43


un seul mot !!! MAGNIFIQUE !!
les autres mots : j'ai adoré pourtant la cérémonie des enterrements n'est pas mon chocolat préféré, tu as décrit exactement les incompréhensions qu ressentent les enfants à la perte le leur grand
père ! tu m'as complètement remuée, repartie loin en arrière à la perte du mien ... on m'avait appris que Jésus était ressucité... j'ai attendu toute le nuit et rêvé que c'était vrai... le
lendemain rien de changé !! depuis je n'ai plus jamais voulu entendre parler de résurrection, la blessure est restée ouverte pour toujours! Merci Adamante malgré le mal que cela me fait là au fond
du coeur, d'avoir si bien écrit que le Papé ne pousserait plus !! bizzoux...
bref à bientôt


ADAMANTE 01/04/2010 10:17



Il a repoussé dans un ailleurs le Papé, c'est certain, mais comment ? comme une brume qui nous enveloppe peut être, quand on est triste. bizzzz



Snow 31/03/2010 22:49


Tu racontes bien dis dont!! J'ai lu lentement pour goûter tout à la première lecture..Ça m'a quand même ramenée à l'enterrement de mon papi
préféré quand j'avais cinq ans..avec le même genre de questions dans la tête..
et cette brillante dernière question..comment il va faire? Un régal!
Bises Adamante


ADAMANTE 01/04/2010 10:15



Je suis conteuse à mes heures... et mon grand père en était un formidable, pour moi une sorte de Dieu qui m'accompagne encore.



Eglantine-Lilas 31/03/2010 18:58


tout un art particulier de la description et cette petite Marie et sa réaction ....je crois que je peux imaginer sa réalité...je vois bien une petite fille réagir comme ça ! c'est un mot d'enfant
plus que touchant....


ADAMANTE 31/03/2010 20:02



Oui un mot d'enfant, et une histoire avec plus ou moins d'invraisemblance. bises



pimprenelle 31/03/2010 18:40


La seule chose est qu'on ne remet pas la pierre de suite. Je l'attendais cette chute. Elle avait été téléphonée, mais l'histoire est belle


ADAMANTE 31/03/2010 20:18



Je sais pour la pierre,  j'ai pris la liberté, (et pour être dans les termes du défi, c'est certainement le seul point invraisemblable de l'histoire) ; mais... j'espérais que la
chute n'apparaîsse pas aussi ouvertement téléphonée... mais l'œil du conteur...  Merci de ta visite Pimprenelle



Brunô 31/03/2010 11:11


C'est tout simplement "BEAU" !!!!!!!


ADAMANTE 31/03/2010 11:19



Ce n'est pas tout à fait invraissemblable...



Profil

  • Adamante
  • Comédienne, metteur en scène, diplômée en Qi Gong, j'écris, je peins.
  • Comédienne, metteur en scène, diplômée en Qi Gong, j'écris, je peins.

Ici, on rêve ! Bienvenue

Je vous invite à partager mes créations, reflet de la vision que j’ai de la vie, au travers de la peinture, du théâtre, de la poésie & de l’écriture. Adamante

 

 

Rechercher

Traduction-translation

 

Acquérir une toile

 

L-eau-lumiere.jpg

Contact : 07 70 73 59 82

Finance & mépris !

stop-belo-monte coupe-du-monde 3

40
BELO MONTE : Pétition du Cacique Raoni

Dernière nouvelles

Parce que "l'argent ne se mange pas"

que le monde de la finance détruit la terre,

en chasse les peuples, nous méprise,

je vous invite à signer la pétition et

à soutenir cette lutte qui est aussi la nôtre.

Adamante  

"Kayapos"

M. Mandela, le livre

monsieur-mandela AdaEd.Panafrika/Silex/Nouvelles du Sud

La vidéo

 Un lien qui en parle

Un hommage de 51 poètes du monde entier

à cet homme exemplaire

et j'ai l'honneur d'en faire partie

Pour commander  -envoi suivi- 

23 € si vous faites référence à ce blog

(Soit 20 € + 3€ de frais de poste au lieu de 6€)

Editions A3 - 36, rue Barbès 94200 Ivry sur Seine

Copyright n° 00048584-1

Mantras de l'espace

NASA-Voyager recording - mis sur You Tube par Hryzunik

Fermez les yeux, écoutez le chant troublant des ondes électro-magnétiques...