24 juillet 2011 7 24 /07 /juillet /2011 19:00

 

Qu'est-ce qu'un poème ?

C'est du rêve tissé de vrai

Du vrai tissé de rêve

Avec juste une once de faux parfois pour donner un peu de relief au voyage.

Voici un long, long, long, poème que je dédie à Anne. Adamante

 


 

pavot-californie-10

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

J'aime ce pavot offert par Toun, j'en use et en abuse...

 

 

Le temps est lourd

Mon bol de café vide

Et le ciel gris

J’ouvre la fenêtre

Pour évacuer la torpeur

Quelle idée ce rendez-vous

Sur une pelouse

Au bord de l’eau

Par un temps pareil !


Depuis une semaine

Je me réveille avec le mal de tête

Encore un oreiller qui ne me convient pas

Je la sens lourde

Comme un pays qui vote à droite.


La pluie d’orage

Vient enfin frapper les carreaux

Mes plantes, je le sens,

Voudraient la recevoir

Bien que traversant une mauvaise passe

Il ne pleut pas encore

Dans ma maison

Alors,

Je remplace le ciel.

De mon pulvérisateur,

L’eau ruisselle

Mes plantes frémissent

Elles retiennent jalousement les dernières gouttes

Exhalent une sorte de frémissement de bonheur

Qui fait ma joie.


Je sors

Mes pas me portent

Le long du canal de l’Ourcq

Le ciel s’est apaisé

Je lui en sais gré

Voici le parc de la Villette

Presque désert

Je suis en avance

Je m’assieds un instant

Un jeune moineau

Intrépide

S’approche de moi

Je n’ai rien

Pas une miette

Je devrais être plus prévoyante

Quelques miettes

C’est si peu.


Je frissonne


« Décidément le vent est froid »

me murmurent les saules

« Il suffirait que les nuages s’écartent

pour qu’il devienne agréable »


Mais ce n’est pas le cas


En fermant les yeux

J’imagine la mer

Le clapotis des vagues

Le vent prend alors un tout autre visage

Il est si simple d’être heureux…


Un peu plus haut

Quelques cerfs-volants maigrichons s’agitent

Pauvres taches de couleurs sur le gris

La corne de la péniche Auber

Résonne derrière moi

Je me retourne

Tout autour de moi le monde s’affaire.

J’aperçois une silhouette

C’est Elle

Je me lève et la rejoins

Je ne l’ai vue qu’une fois

Une rencontre sans parole

Juste quelques regards

Nous étions trop nombreuses

Autour de la table, ce jour-là

Alors...

À la suite

Les mots se sont écrits

Le partage est né

Et d’échange en échange

Sans forcer le destin

L’envie d’approfondir les relations

Naturellement s’est imposée.


Comment cela va-t-il se passer ?


Nous marchons de concert

Échangeons quelques propos

Sans importance

Pas de timidité pourtant

Nous balisons tranquillement

Le chemin de notre découverte.

L’eau nous accompagne

Tout n’est que paix

À la veille de ce 14 juillet qui se prépare .


Nous longeons le canal

Jusqu’à Stalingrad

Puis

Nous remontons

Vers le parc des Buttes Chaumont

Chaque pas nous fait progresser

Vers la connaissance de l’autre

Nous nous installons dans ce rythme naturel

Accordées au temps

Sans hâte ni retenue

L’herbe nous accueille un moment

Je me livre un peu plus avant

Je lui offre de partager

Quelques fruits de ma passion de vie

Elle

M’écoute

Se coule dans mes propositions

Semble y prendre plaisir

Mais l’humidité

Exacerbée par le vent qui nous est fidèle

Nous fait repartir.


Marcher nous réchauffe

Bien que nous n’ayons pas eu

À rompre de glace

Nos propos se font plus légers

Plus personnels

Quelques essences en contrebas

Près d’un étang

Attirent mon regard

Je m’arrête

Je lui désigne le décor

Nous partageons cette beauté

En silence

Puis nous descendons vers le lac.

Un banc au soleil nous accueille

Comme elle est agréable cette chaleur

Qui nous chauffe le dos

En face

Sur une digue à fleur d’eau qui leur est réservée

Quelques canards et bernaches font une pause

Ils s’affairent à leur toilette

Non loin de là

Deux corneilles s’activent avec ardeur

Elles percent le sac en plastique d’une poubelle

Et se régalent des trésors qu’elle contient

Tout le monde est heureux ici

Quelques pigeons,

Fidèles à leur réputation,

Tournent en faisant leur cour

Autour de belles, indifférentes.

Celles-ci nous observent

S’approchent

Puis s’éloignent

Nous n’avons rien

Toujours

Peu après elles se ruent vers un homme

Un Saint François des villes

Qui vient de s’asseoir sur un banc

À quelques pas de nous

Sa main plonge dans un sac

En ressort

Et avec le geste caractéristique du semeur

Le vieil homme lance des graines

Pigeons et moineaux s’agglutinent, se bousculent

Ils semblent affamés,

Le vieil homme sourit

Il a rompu sa solitude

Le temps d’une visite au parc.


Nous ?

Nous goûtons la paix

Le bonheur de l’eau

De cette faune joyeuse

De ces phrases tranquilles

Qui nous disent

Nous révèlent

Un peu

Beaucoup

Sans qu’il soit nécessaire de développer.

Vian, Prévert, Trakl, Char, Tardieu

Nous accompagnent un instant…

Insensiblement le temps s’écoule

Il est l’heure de rentrer.

Près d’une bouche de métro

Nos chemins se séparent,

Sereins.

 

©Adamante

 

 

 

 

Partager cet article

commentaires

Gérard 28/07/2011 23:33



Belle balade poétique aux buttes Chaumont



Elo 25/07/2011 21:08



Quelle belle renconter, quel beau chemin... Je vous ai suivies avec délice... Merci du partage. bises



Anne Le Sonneur 25/07/2011 11:18



Le canal, l'impasse du bal des pompiers, les rues, les buttes... L'eau, l'herbe, la fraîcheur de l'air, le chemin parmi les arbres et ce banc qui nous attend. A chaque image, Adamante,
s'associent nos mots, nos silences échangés, cette respiration sereine, ancrés au creux de mes yeux. Ce matin, dans la grisaille et la bruine, volettent les passereaux autour de l'arbre
nourricier. Je t'envoie leurs chants et te remercie d'avoir croisé mon chemin. Je t'embrasse. Anne



ADAMANTE 25/07/2011 12:23



Merci pour ces chants Anne, et pour tout ce qui est impalpable, comme la brume qui voile les profondeurs sacrées de l'Être. Fais un heureux jour.



emma 25/07/2011 09:57



de bien belles phrases qui magnifient une charmante promenade en agréable compagnie



Monelle 25/07/2011 08:46



Il fallait bien un long et beau poème pour magnifier cette journée et la naissance d'une grande amitié. Merci Adamante de l'avoir partagée !


Bon début de semaine - bisous





 



Mamie Claude 25/07/2011 08:44



Regarder dans la même direction


Sans mot dit dire


Se comprendre


Partager un doux bonheur prometteur.



Dan 25/07/2011 06:47



un long poème plein de vie et de rêve.Bises  Dan



Antoine 25/07/2011 00:27



Un récit ? ... une chronique ?... un conte ? une poésie ? ... en tout cas une petite douceur enrobée d'un voile de sensibilité partagée ... une petite douceur à déguster dans le chaud silence
d'un soir d'été ...
Te dire que j'ai aimé .... est-ce utile ?
Merci Adamante pour ce partage d'un "moment".
Amitiés
Antoine



Quichottine 24/07/2011 20:58



Chut... je ne dis rien, je ne fais que passer en vous adressant, de loin, un geste de la main.


 


Que cette semaine te soit douce, Adamante. Merci.



jill-bill.over-blog.com 24/07/2011 20:55



En te lisant j'étais un peu avec vous... Bonne nuit Adamante !  jill bizzz



midolu 24/07/2011 20:29



Aller l'amble, partager un regard parallèle sur les choses ... 


Les mots rythment cette rencontre, ces rencontres, et j'aime ce rythme. 


Merci de partager ce poème, et ces instants. 



Profil

  • Adamante
  • Comédienne, metteur en scène, diplômée en Qi Gong, j'écris, je peins.
  • Comédienne, metteur en scène, diplômée en Qi Gong, j'écris, je peins.

Ici, on rêve ! Bienvenue

Je vous invite à partager mes créations, reflet de la vision que j’ai de la vie, au travers de la peinture, du théâtre, de la poésie & de l’écriture. Adamante

 

 

Rechercher

Traduction-translation

 

Acquérir une toile

 

L-eau-lumiere.jpg

Contact : 07 70 73 59 82

Finance & mépris !

stop-belo-monte coupe-du-monde 3

40
BELO MONTE : Pétition du Cacique Raoni

Dernière nouvelles

Parce que "l'argent ne se mange pas"

que le monde de la finance détruit la terre,

en chasse les peuples, nous méprise,

je vous invite à signer la pétition et

à soutenir cette lutte qui est aussi la nôtre.

Adamante  

"Kayapos"

M. Mandela, le livre

monsieur-mandela AdaEd.Panafrika/Silex/Nouvelles du Sud

La vidéo

 Un lien qui en parle

Un hommage de 51 poètes du monde entier

à cet homme exemplaire

et j'ai l'honneur d'en faire partie

Pour commander  -envoi suivi- 

23 € si vous faites référence à ce blog

(Soit 20 € + 3€ de frais de poste au lieu de 6€)

Editions A3 - 36, rue Barbès 94200 Ivry sur Seine

Copyright n° 00048584-1

Mantras de l'espace

NASA-Voyager recording - mis sur You Tube par Hryzunik

Fermez les yeux, écoutez le chant troublant des ondes électro-magnétiques...