8 janvier 2014 3 08 /01 /janvier /2014 23:26

C'était le 9 décembre 2013.

Un an passé et ce texte qui ne paraît que ce soir, qui s'imppose à mon choix,

guidé par la main du hasard, auquel je ne crois pas.

Aujourd'hui 8 janvier, jour de l'anniversaire de mon père.

 

portrait-poppy-

Jelly pop "Poppy"

 

 

 

Visage hideux 

elle hésite 

allumeuse

catin révoltante

avec son cortège

de spasmes

de douleurs

d’effrois

mes poings

se ferment

impuissants

révoltés

de ne pouvoir

rien

pour soulager


Un amour est là

qui expie

quelle faute ?

Nul ne fut 

plus doux

plus tendre

plus attachant

si proche

si confiant

Béance de l’amour

entre deux sommets

de l’horreur

une vieille pie

se prend à jouer les prudes

et l’autre

stupide 

s’accroche

à ce vaisseau perdu


Mon cri :

« Arrête ! Arrête ! 

« évade-toi

« il n’est plus rien ici

« pour toi que torture ! »

Voilà le sang qui coule

la blessure d’un corps

qui se mutile

« Arrête ! Je t’en supplie ! Arrête ! »


Est-elle encore là

Dans cet amas 

de chairs

tétanisées ?


A-t-elle suivi ma voix

ma main qui la guidait 

vers les espaces de lumière ?

Enfin libre ?


Ignominieux supplice

que cet amour hurlant

ses cris de silence

face à l’odieux passage

qui se refuse

séisme contradictoire

déchirement impie

la foi s’ébranle

le doute s’insinue

nourrit par l’émotion

devant la sinistre mascarade

et puis soudain

l’absence

la délivrance

la paix

tout tremble en moi

la violence passée

le vide

la nausée

les idées qui culbutent

les mains qui nettoient

pour effacer l’outrage

disciplinées 

indépendantes


Ne reste à présent

que l’amour

la sensation d’amour

une caresse inextinguible

longue

profonde

qui suggère

l’espoir

en cette date anniversaire

de l’absence d’un père

tu m’as quittée


Pourquoi soudain

je me sens moins seule ?

Me voilà certaine

de l’amour

je sais

tant que j’aimerais

je garderai l’espoir

d’une vie

meilleure

d’un champ

de lumière

quelque part

au fond de soi

peut-être

passée la frontière

parfois si délicate


Mon amour t’accompagne 

discrète déesse Poppy 

merci 

merci de ta tendresse. 

 

©Adamante - Sacem  janvier 2013

 


Partager cet article

commentaires

Gérard 14/01/2014 00:21

Un anniversaire de reconnaissance et d'amour très fort.

Carole 13/01/2014 00:49

Un texte plein de tristesse. Ces correspondances nous bouleversent souvent, et nous font toujours réfléchir.

Reinette 11/01/2014 17:19

poignant, c'est ce qui me vient à l'esprit. poignant et beau
bonsoir

lemenuisiart 10/01/2014 13:25

Sympathique ce matou et puis très bien ton texte
A bientôt

Jeanne Fadosi 09/01/2014 18:30

douleur et amour mêlés poignant et énigmatique
les mots ont ceci de magiques qu'ils formeront mille nouvelles histoires et suggestions aux lecteurs ...
bonne et heureuse année 2014 Adamante

pimprenelle 09/01/2014 17:58

Il faudrait que j'écrive (encore, je ne fais que dire cela) un passage qui m'a énormément marquée, celui de ma marraine. Notre dernier chien a attendu que je sois partie et que monsieur revienne.
Ils sont incroyables, absolument "humains" (crois-tu que je puisse dire une chose pareille ?) et il y a eu les précédents,chats ou chiens, vie longue auprès de nous ou très courte cela ne change
rien à l'attachement que j'ai eu.
Amitié Adamante.

pimprenelle 09/01/2014 11:26

Je suis comme toi. Pas vraiment de hasard. Il te fallait ce temps. Il t'a fallu écrire mais garder. Elle est toujours là dans ton coeur, à tes côtes. Nous sommes ainsi faites.
Et tu fais un rappel au père.
Amitié Adamante.

ADAMANTE 09/01/2014 12:48



Tu as raison Pimprenelle, il m'a fallu ce temps. J'ai écrit ce poème la nuit même, j'étais déchirée. Un ami me disait : "ce qui fait peur, ce n'est pas la mort, c'est le passage." Ce qui est
pénible pour ceux qui sont extérieurs c'est aussi le passage, il n'en est aucun de semblable, certains vous rassurent d'autres vous broient. Amitié.



Quichottine 09/01/2014 10:00

Ce n'était pas un hasard, mais un rendez-vous... Un an déjà !

Merci pour ce poème offert, Adamante.
Il est des rencontres qui perdurent au-delà de l'absence.

ADAMANTE 09/01/2014 12:44



Oui c'était un rendez-vous, et l'amour l'emporte sur la peine.



flipperine 09/01/2014 01:24

Un poème dont en fait je ne saisis pas vraiment le sens je vois en meme temps un amour brisé et un amour existant

jill bill 09/01/2014 01:15

Bonjour Adamante, un amour de chat conjugué au passé, c'est un texte fort, tu devais l'aimer grandement... belle peinture aussi, un chat de race très expressif....

ADAMANTE 09/01/2014 12:38



Merci Jill. c'est une photo de la belle quand elle était jeune, d'immenses yeux étonnés.



Profil

  • Adamante
  • Comédienne, metteur en scène, diplômée en Qi Gong, j'écris, je peins.
  • Comédienne, metteur en scène, diplômée en Qi Gong, j'écris, je peins.

Ici, on rêve ! Bienvenue

Je vous invite à partager mes créations, reflet de la vision que j’ai de la vie, au travers de la peinture, du théâtre, de la poésie & de l’écriture. Adamante

 

 

Rechercher

Traduction-translation

 

Acquérir une toile

 

L-eau-lumiere.jpg

Contact : 07 70 73 59 82

Finance & mépris !

stop-belo-monte coupe-du-monde 3

40
BELO MONTE : Pétition du Cacique Raoni

Dernière nouvelles

Parce que "l'argent ne se mange pas"

que le monde de la finance détruit la terre,

en chasse les peuples, nous méprise,

je vous invite à signer la pétition et

à soutenir cette lutte qui est aussi la nôtre.

Adamante  

"Kayapos"

M. Mandela, le livre

monsieur-mandela AdaEd.Panafrika/Silex/Nouvelles du Sud

La vidéo

 Un lien qui en parle

Un hommage de 51 poètes du monde entier

à cet homme exemplaire

et j'ai l'honneur d'en faire partie

Pour commander  -envoi suivi- 

23 € si vous faites référence à ce blog

(Soit 20 € + 3€ de frais de poste au lieu de 6€)

Editions A3 - 36, rue Barbès 94200 Ivry sur Seine

Copyright n° 00048584-1

Mantras de l'espace

NASA-Voyager recording - mis sur You Tube par Hryzunik

Fermez les yeux, écoutez le chant troublant des ondes électro-magnétiques...