27 janvier 2011 4 27 /01 /janvier /2011 20:30

Mamylilou

Le Coucou du haïku

 

 

 

 

Ciel-d-hiver-copie-1.jpg

 

 

 

 

 

Le ciel est si gris

Il n’est qu’un seul nuage

Quel hiver pesant

 

Les mouettes de la ville

Recherchent leur pitance

 

 

 

 


Ciel-d-hiver-Chat-copie-1.jpg 

 

 

 

 

 


Horizon bouché

Voici revenu le froid

Et pas de soleil

 

Des passants à l’air triste

Se dépêchent de rentrer

 

 

 

 

 

 

 

Ciel-d-hivermaison.jpg

 

 

 

 

 

 

 

Menace du ciel

Il va sans doute neiger

J’ai l’espoir du blanc

 

Vienne la paix des flocons

Qui chassent la grisaille

 

 

 

 

 


 

Ciel-d-hiversouris.jpg

 

 

 

 

 

 

En pensant à ABC :

 

Il paraît que les étoiles seraient les yeux de milliards de petites souris qui vivent dans le ciel et qui la nuit venue, curieuses, se penchent vers la terre  pour nous observer

 

 

Bleu du ciel de nuit

Le rideau froid de l’hiver

Tout illuminé

 

La lune est au rendez-vous

Les souris nous font de l’œil.

 

                                                                  ©Adamante 

 

 

11 octobre 2010 1 11 /10 /octobre /2010 22:42

Pour saluer la naissance de la communauté Doux Rêveurs de Quichottine,voici une chanson un brin nostalgique.

  RIVIERE copie

                                                                                                         Acrylique sur papier

 

Voici tes premiers cheveux blancs

Vivre sa vie

Vivre son rêve

Rêver qu'on vit

Ton chant se confond à celui de la mer

 

 

Nous passons là bien peu d'automnes


Un mouvement de va et vient

Quelques éclats d'une tempête

Avant le calme


Nous passons là bien peu d'automnes

 

La pleine lune se reflète

Dans le miroir de l'Océan

Reflet si vrai


Nous passons là bien peu d'automnes

 

Dans le miroir de l'illusion

De marée haute à marée basse

Flux et reflux


Nous passons là bien peu d'automnes

 

 

Voici tes premiers cheveux blancs

Vivre sa vie

Vivre son rêve

Rêver qu'on vit

Ton chant se confond à celui de la mer.

 

©Adamante


19 août 2010 4 19 /08 /août /2010 09:00

    Avatar rose  LES CROQUEURS DE MOTS Avatar rose 

 

JEUDI EN POESIE


 

J'ai fouiné dans mon grenier et j'ai ressorti une chanson pour enfants que j'ai écrite en... Tiens ! là j'ai une toute petite amnésie. Elle avait été mise en musique par Frédéric Volang et je l'avais interprétée alors que mes jeunes années couraient dans la montagne et que je m'voyais déjà en haut de l'affiche !  


Alors, comme ce n'est pas aujourd'hui que je vais renier mon passé, puisque c'est une histoire de peau, je vous la confie.


 

 

Mademoiselle Reine-Claude

Jalouse d’une pêche jaune

De la fraîcheur de ses joues

Ne put retenir son courroux

 

Quand son amie la Mirabelle

Qu’en fait elle ne trouvait pas belle

Lui fit part de ses sentiments

Pour l’Abricot son bel  amant

 

Comment peux-tu toi si vilaine

Avoir un amant si soyeux

Et moi dont la peau est si belle

Je reste seule et sans amoureux

 

Ma chère amie dit Mirabelle

Libre à toi de te croire belle

Mais je te donne mon avis

La jalousie t’a enlaidie

 

Depuis que pêche est arrivée

Tu ne cesses de râler

Et ton ami le Chasselas

N’ose plus te dire ci ou ça

 

Le Chasselas non loin passait

Craintivement les regardait

Reine Claude lui a souri

Je crois même qu’elle a rosi

 

Le Chasselas tourneboulé

En bégayant s’est déclaré

Depuis ce jour dans le verger

La paix enfin s’est installée

 

Hier d’ailleurs j’y suis allée

À tous les fruits moi j’ai goûté

Et dans mon ventre bien tendu

Aucun d’entre eux ne s’est battu

 

La la la…

 

 

                                                   ©Adamante  

 

13 juillet 2010 2 13 /07 /juillet /2010 20:50

Je dédie cette chanson à tous ceux  et celles qui, dans nos sociétés humaines, souffrent d'ostracisme, de racisme et d'exclusion.

 

charette-copie2.gif

Avis aux compositeurs : chanson en attente de musique.

 

 

 

Je vous parle d’un homme debout

Un homme arrivé sur la terre

Un jour comme ça, en visiteur

Venu d’une contrée lointaine

Pour expérimenter la vie


Du premier cri au dernier souffle

Nous avons tous droit au bonheur


Je vous parle d’un homme debout

Un qui a grandi sur la terre

Simplement comme ça, comme une fleur

Certain d’avoir sa place ici

Pour expérimenter la vie


Du premier cri au dernier souffle

Nous avons tous droit au bonheur


Je vous parle d’un homme debout

Un homme qui a aimé la terre

Comme on aime la main amie

Qui vous préserve des misères

Pour expérimenter la vie


Du premier cri au dernier souffle

Nous avons tous droit au bonheur


Je vous parle d’un homme debout

Un homme ou peut-être une femme

Un être ici de droit humain

Pour expérimenter l’amour

Pour expérimenter la vie


Du premier cri au dernier souffle

Nous avons tous droit au bonheur


Je vous parle d’un homme debout

À qui l’on refuse sa place

À qui l’on arrache l’espoir

À qui l’on refuse la vie

Et qu’ainsi l’on condamne à mort


Du premier cri au dernier souffle

Nous avons tous droit au bonheur


Je vous parle d’un homme blessé

Parce qu’il avait rêvé de vivre

Parce qu’il avait rêvé d’aimer

Parce qu’il pensait que là sur terre

Une place lui était réservée


Du premier cri au dernier souffle

Nous avons tous droit au bonheur


Je vous parle d’un homme au passé

Parce qu’on lui a confisqué la terre

Parce qu’on lui a confisqué la vie

Parce qu’on lui a confisqué l’amour

Parce qu’on l’a laissé crever


Du premier cri au dernier souffle

Nous avons tous droit au bonheur


Je vous parle d’hommes au passé

Qui ont tout perdu, et la terre

Et leur travail et leur fierté

Et qui se sentant inutiles

Ont décidé de s’effacer


Du premier cri au dernier souffle

Nous avons tous droit au bonheur

 

                                                           ©Adamante -sacem-

 

 

 

 

Photo Contes de la Révolution Opéra Populaire de Sergio Ortéga

                   mise en scène Adamante - Gérard Destal

 

 

17 mai 2010 1 17 /05 /mai /2010 07:00

 

  gironde vue du Bac

 

 

DEFI n° 29  "Vamos a la playa!" proposé par Hélène

  

COMMUNAUTE CROQUEURS DE MOTS

et son Capitaine Tricôtine



Pour ce nouveau défi des Croqueurs, j'ai choisi de publier cette chanson, écrite en 1991, prévue pour être un tube de l'été, le tube n'a pas encore choisi son été ni les paroles leur musique.


Bon, après "Aline" et le "Clair de Lune à Maubeuge", j'espérais bien lui faire une petite place au soleil ; le jour où je l'ai lancée, j'avais les mains moites et les pieds poites, vous savez ce que c'est que le trac, mais de toute évidence Hélios a oublié ma petite Chanson au bord de la mer et va savoir aujourd'hui sur quelle île déserte elle a bien pu s'échouer.

Parce qu'il faut bien le reconnaître : elle a dû faire naufrage, elle a  dû connaître le terrible sort des naufragés du Radeau de la Méduse, pauvre petite misère malmenée par le courant implacable du grand océan de l'indifférence...


Pas facile la vie d'artiste !


Que de rêves brisés sur l'écume des jours !

Que de hardis espoirs qui ne reviendront plus !

                                                                                                     Adamante




Et maintenant, voici la petite chanson, tube de l'été, dont la date n'a pas encore été dévoilée :


 

C'était une chanson

Une chanson au bord de la mer

 

 

Et les herbes perdues dans le sable

Ondulaient sous la brise

Et nos pas s'effaçaient

Un à un derrière nous

Avalés par les vagues

 

 

C'était une chanson

Une chanson au bord de la mer

 

 

Et le vent qui soufflait sur la plage

Jouait dans nos cheveux

Et nos rires s'envolaient

Plus loin à l'horizon

Avalés par les vagues

 

 

C'était une chanson

Une chanson au bord de la mer


 

Et nos mains qui jouaient sur le sable

Construisaient des châteaux

Que la mer nous a pris

Un à un derrière nous

Avalés par les vagues


 

C'était une chanson

Une chanson au bord de la mer.


             €.$.€.$.€.$...*


*(là il faut imaginer la superbe villa sur une île enchanteresse avec jet privé et petite voiture de course...)

 

 


Franchement, je vous le demande :

                                        y avait-y pas là tout pour faire un tube ?


Rhaaaaa!!! Là votre héroïne s'écroule sur le sable en un dernier râle de douleur. Noir. 

 


21 mars 2010 7 21 /03 /mars /2010 15:16
                                    
                                 
Avatar rose       Avatar rose       Avatar rose       Avatar rose      Avatar rose


Cette nuit est gravée en moi

En lettres de douceur

Que ces lettres s’inscrivent encore

Jusqu’à l’infini


Jusqu’à n’être plus

Qu’une tache de couleur

Et que seul subsiste

Le sentiment d’amour (bis)


Cette nuit est toujours pour moi

Paroles de la vie

Et ces mots résonnent en moi

Jusqu’à l’infini


Jusqu’à n’être plus

Qu’une tache de couleur

Et que seul subsiste

Le sentiment d’amour (bis)


Cette nuit est un rêve en moi

Un rêve une saveur

Et ce goût je le garde en moi

Jusqu’à l’infini


Jusqu’à n’être plus

Qu’une tache de couleur

Et que seul subsiste

Le sentiment d’amour (bis)


  

Texte Adamante - Musique Sergio Ortéga (sacem-D.def.92)     Avatar rose

 

 

 

 

 

Jusqu'à n'être plus.extrait

 

 

20 mars 2010 6 20 /03 /mars /2010 13:15

 

Je veux de vous

Pour parler  de l'Amour

Pour n'en rien expliquer

l'Amour ça ne s'explique pas !

Pour témoigner de cet instant magique qui éclaire la vie de tous les êtres

Pour garder intacte la faculté d'aimer encore et encore

en un élan spontanné  du cœur

Je vous propose le texte de cette chanson mise en musique par Sergio Ortéga :



La Prière de Dulcinée...


 

Je veux de vous l'amour que la terre a pour l'eau

Pour l'eau qui filtre son essence dans le silence

L'amour que l'eau a pour le vent

Qui la porte invisible jusqu'à la prochaine ondée

Je veux de vous

Je veux de vous l'amour de l'amour celui de la nuit

La lune pâle pour un instant s'éclaire


 


 

Entourez-moi de vos pensées

De ce nuage venu d'ailleurs

Entourez-moi de vous

Entourez-moi de l'ombre

Entourez-moi de vos pensées

De ce nuage venu d'ailleurs

Offrez-moi le silence

De ce qui doit être tu

 



Et puisque vous m'avez permis de vouloir je veux

Je veux de vous en vous voyant

Le même bonheur le même

La même joie

La même joie

Que j'ai à vous percevoir

Rien que cela

Je veux de vous

Je veux de vous...


Entourez-moi de vos pensées

De ce nuage venu d'ailleurs

Entourez-moi de vous

Entourez-moi de l'ombre

Entourez-moi de vos pensées

De ce nuage venu d'ailleurs

Offrez-moi le silence

De ce qui doit être tu



Priere-de-Dulcineeqqmesures-copie-1.jpg

Musique Sergio Ortéga - Texte Adamante  (sacem)

EN SAVOIR PLUS...

28 février 2010 7 28 /02 /février /2010 11:45


 

 

 

L-enfantextrait72dpi.jpg

Maman le sais-tu

Ce qui fait pleurer le ciel

Quand il a trop bu ?

 


©Adamante

20 février 2010 6 20 /02 /février /2010 00:00
Corsica papa huile 65x54       u rossignolu partition
                                                               Ci-dessus partition de la chanson populaire que mon père souhaitait que je chante
J'avais déjà publié ce texte, mais...

Pour répondre au défi N° 23 de la RUCHE   "parler d'une île", je n'ai pas envie de parler d'une autre île que celle-ci.
Elle vit dans mon cœur cette  île où chantent les Rossignols.

Lorsqu'il était encore parmi nous, mon père souhaitait que je chante le chant du rossignol
"u rusignolu".u-rossignolu-paroles142
J'ai chanté beaucoup de choses, mais jamais le chant du rossignol.
Alors, pour lui rendre hommage, j'ai écrit cette cantate avec le secret espoir qu'un jour elle sera mise en musique et en scène et que de là où il est, il l'entendra.



Le chant du Rossignol
Cantate pour la Corse


Le Chant du Rossignol est le chant de la Terre Corse, la respiration des herbes de son maquis, le parfum de ses pierres.

Il vient des profondeurs de l'île pour nous rappeler nos racines.

 

Sur un arbre dans le maquis, il y avait deux Rossignols qui ne faisaient que chanter :


 

"Aujourd'hui c'est le printemps nous allons nous marier

Sur cet arbre, nous ferons notre nid

Personne ne le trouvera

Dans ce nid de plumes, il naîtra des oiseaux

Nous leur apprendrons à chanter

Puis sur cet arbre, dans le maquis

Il y aura dix Rossignols, cent Rossignols, Cent mille Rossignols

Les Rossignols du maquis chanteront la Liberté".


 

 

Mais un jour, dans le maquis, des Rossignols ont quitté l'arbre.

Ils se sont envolés vers des terres lointaines et traversé la mer pour chercher fortune ailleurs.

Les Rossignols de l'exil eux aussi ont bâti des nids

Sur un arbre, loin du maquis, avec des Rossignols d'ailleurs.

Là, naquirent des petits, des petits à demi du maquis.

Mais à demi ce n’est pas une mesure.

D’où étaient-ils ces oiseaux là ?

De cette terre où ils étaient nés par hasard ?

De celle de la mère qui était d’ailleurs ?

Ou de celle du père qui était du maquis ?

Les petits de l’exil sont toujours du pays du parent exilé.

 

-Dis, Papa, parle-moi du pays, dis, c'était comment le maquis ?

 

Le Rossignol du maquis eut un silence et, dans ses yeux, l’enfant traversa la mer, s’emplit l’âme de ciel bleu,  du parfum d’herbes sèches brûlées de soleil  et du murmure des pierres sauvages.

Elle goûta la beauté que donne au pays le vent de l'exil.

Elle rêva du Golo, du Monté Cinto

Elle sentit s’éveiller en elle cette racine qu’elle ne soupçonnait pas.

Elle venait de découvrir d’où elle était, d’où elle venait, de quoi était faite son âme.

Quand le père se mit à chanter, il rayonnait du feu de l'île et la petite, émerveillée, fut alors fière de ses origines.

Elle était du pays de son père !

Lui que les gens appelaient « le Corse » pour bien marquer la différence.

Lui, l’étranger sur le continent, lui dont les origines l’avaient faite étrangère à son tour.

 

Elle compris d’où lui venait cette expression de tristesse qui apparaissait parfois sur son visage lorsqu’il se croyait seul et elle l’admirait de n’en parler jamais. 

La Corse

Tout tenait en ce nom !

Corsica Mama, dont les battements de cœur résonnaient si violement dans sa poitrine depuis qu’il l’avait quittée et que le temps au lieu de calmer intensifiait. Un jour, il lui avait confié qu’il parlait seul en Corse afin de ne pas oublier sa langue maternelle, celle qu’il avait été obligé de partager avec le Français en arrivant à l’école.

 

Pour son âme d’enfant, aucun pays au monde ne pouvait être plus beau.

Aucun peuple au monde ne pouvait être plus fier, plus admirable.

 

 

Comme il parlait bien du pays

Comme il savait lui rendre vie, le lui faire partager…       

Alors l'enfant se mit elle aussi à chanter en redressant la tête

- Moi aussi je suis un rossignol du maquis

En moi brûle le feu du cœur de l'île

Sa sauvagerie

Je porte en moi son âme

La force de ses forêts

L'escarpement de ses montagnes 

La respiration de ses côtes

Je porte en moi le parfum de ses herbes, la couleur de ses ciels

Et par toutes ces beautés, par toute la souffrance de cette séparation, je peux moi aussi revendiquer : « È su corso è su fieru ! »

 

Tu as écouté le chant de ton père ma filiula, et tu es née à notre Terre.

Tu portes en toi la graine du pays en exil

Tu vas grandir, elle grandira et, en son temps, elle fleurira

Et toi aussi tu chanteras l'amour inconditionnel de ta Terre

Cette Terre qui déjà te brûle l'âme et le sang.

Toi aussi tu vivras la déchirure

Tu chanteras ta Terre pour rappeler à tous les Rossignols, qu'ils soient nés sur Elle ou en exil que notre chant est un, par-delà les idées, les mers, les frontières.

Tu chanteras que la Liberté ne peut naître que de l'union de nos voix pour dire le Pays où nous prenons source.

Tu chanteras que chaque voix de chaque Rossignol est un fleuve et que l'union de ces fleuves est une mer ; une mère, qui berce notre Terre.

Tu chanteras qu'un fleuve est fleuve et que la nature ne fait rien à demi.

Tu chanteras que tu es fleuve en totalité et que l'oublier peut tuer notre mémoire.

Tu chanteras que la force de nos eaux unies est un rempart contre la destruction.

Tu chanteras aussi que tout Rossignol né en exil, qui un jour entendit ce chant, est un enfant de nos forêts, un garant de notre mémoire et que son chant mêlé au nôtre, c’est le chant du Rossignol.

Tu leur diras, ma fille, que la Corse est un Rossignol qu'aucune force n'empêchera jamais de chanter.

 

Tu leur diras aussi que c’est de ce tout petit bout de la grande Terre Mère, dont nous sommes aussi les enfants, que nous tirons notre force. Comme nos frères d’autres pays tirent leur force de leur terre natale.

Se reconnaître d’une terre est essentiel, mais cela ne doit pas nous égarer, nous sommes avant tout les enfants de la Terre, les frères de tous les peuples.

Tu vois ma fille, la Terre est comme un peintre qui aurait donné à chacun un petit morceau d’elle-même pour qu’en y plantant nos racines nous chantions ensemble toutes ses couleurs.

Adamante 


 

En hommage à mon père Jacques qui m’a faite ce que je suis, et à son père Simon-Pierre, qui l’avait fait ce qu’il était.

  Protégé Sacem -dans l'attente d'un compositeur-

 

 


J'ai reçu de  Dominique , et cela me touche beaucoup,

cette complainte « U rusignolu » :

"Maman nous la chantait lorsque nous étions enfants".
Pour écouter la chanson visitez le village de Fanfan


In casa à mè nascì un bel' amore
In casa à mè cantava u rusignolu.
Ma sò dighjà culor' di dolu
U rusignolu ùn pò campà.

In core à mè canta una malacella
In core à mè speranza ùn ci n'hè più !
Addiu o la me bella ghjuventù
Paese caru addiu à tè addiu !

Mmm...

Cumu lascià sti lochi tanti amati
Muntagne care è machjoni fiuriti ?
Duve sò l'acelli è li banditi
Cumpagni arditi persi per mè ?

Cumu lascià stu mare luminosu
In a to sciuma amara vogliu andà
Per batte i scogli senza mai chetà.
Da tè mi vene amore è si ne và.

 

Que vivent les chants du Rossignol pour l'île de Beauté !

22 janvier 2010 5 22 /01 /janvier /2010 20:17

 

 

Corsica papa huile 65x54Lorsqu'il était encore parmi nous, mon père souhaitait que je chante le chant du rossignol.
                              "u rusignolu".

 
J'ai chanté beaucoup de choses, mais jamais le chant du rossignol.
Alors, pour lui rendre hommage, j'ai écrit cette cantate avec le secret espoir qu'un jour elle sera mise en musique et en scène et que de là où il est, il l'entendra.


Le chant du Rossignol
Cantate pour la Corse


Le Chant du Rossignol est le chant de la Terre Corse, la respiration des herbes de son maquis, le parfum de ses pierres.

Il vient des profondeurs de l'île pour nous rappeler nos racines.

 

Sur un arbre dans le maquis, il y avait deux Rossignols qui ne faisaient que chanter :


 

"Aujourd'hui c'est le printemps nous allons nous marier

Sur cet arbre, nous ferons notre nid

Personne ne le trouvera

Dans ce nid de plumes, il naîtra des oiseaux

Nous leur apprendrons à chanter

Puis sur cet arbre, dans le maquis

Il y aura dix Rossignols, cent Rossignols, Cent mille Rossignols

Les Rossignols du maquis chanteront la Liberté".


 

 

Mais un jour, dans le maquis, des Rossignols ont quitté l'arbre.

Ils se sont envolés vers des terres lointaines et traversé la mer pour chercher fortune ailleurs.

Les Rossignols de l'exil eux aussi ont bâti des nids

Sur un arbre, loin du maquis, avec des Rossignols d'ailleurs.

Là, naquirent des petits, des petits à demi du maquis.

Mais à demi ce n’est pas une mesure.

D’où étaient-ils ces oiseaux là ?

De cette terre où ils étaient nés par hasard ?

De celle de la mère qui était d’ailleurs ?

Ou de celle du père qui était du maquis ?

Les petits de l’exil sont toujours du pays du parent exilé.

 

-Dis, Papa, parle-moi du pays, dis, c'était comment le maquis ?

 

Le Rossignol du maquis eut un silence et, dans ses yeux, l’enfant traversa la mer, s’emplit l’âme de ciel bleu,  du parfum d’herbes sèches brûlées de soleil  et du murmure des pierres sauvages.

Elle goûta la beauté que donne au pays le vent de l'exil.

Elle rêva du Golo, du Monté Cinto

Elle sentit s’éveiller en elle cette racine qu’elle ne soupçonnait pas.

Elle venait de découvrir d’où elle était, d’où elle venait, de quoi était faite son âme.

Quand le père se mit à chanter, il rayonnait du feu de l'île et la petite, émerveillée, fut alors fière de ses origines.

Elle était du pays de son père !

Lui que les gens appelaient « le Corse » pour bien marquer la différence.

Lui, l’étranger sur le continent, lui dont les origines l’avaient faite étrangère à son tour.

 

Elle compris d’où lui venait cette expression de tristesse qui apparaissait parfois sur son visage lorsqu’il se croyait seul et elle l’admirait de n’en parler jamais. 

La Corse

Tout tenait en ce nom !

Corsica Mama, dont les battements de cœur résonnaient si violement dans sa poitrine depuis qu’il l’avait quittée et que le temps au lieu de calmer intensifiait. Un jour, il lui avait confié qu’il parlait seul en Corse afin de ne pas oublier sa langue maternelle, celle qu’il avait été obligé de partager avec le Français en arrivant à l’école.

 

Pour son âme d’enfant, aucun pays au monde ne pouvait être plus beau.

Aucun peuple au monde ne pouvait être plus fier, plus admirable.

 

 

Comme il parlait bien du pays

Comme il savait lui rendre vie, le lui faire partager…       

Alors l'enfant se mit elle aussi à chanter en redressant la tête

- Moi aussi je suis un rossignol du maquis

En moi brûle le feu du cœur de l'île

Sa sauvagerie

Je porte en moi son âme

La force de ses forêts

L'escarpement de ses montagnes 

La respiration de ses côtes

Je porte en moi le parfum de ses herbes, la couleur de ses ciels

Et par toutes ces beautés, par toute la souffrance de cette séparation, je peux moi aussi revendiquer : « È su corso è su fieru ! »

 

Tu as écouté le chant de ton père ma filiula, et tu es née à notre Terre.

Tu portes en toi la graine du pays en exil

Tu vas grandir, elle grandira et, en son temps, elle fleurira

Et toi aussi tu chanteras l'amour inconditionnel de ta Terre

Cette Terre qui déjà te brûle l'âme et le sang.

Toi aussi tu vivras la déchirure

Tu chanteras ta Terre pour rappeler à tous les Rossignols, qu'ils soient nés sur Elle ou en exil que notre chant est un, par-delà les idées, les mers, les frontières.

Tu chanteras que la Liberté ne peut naître que de l'union de nos voix pour dire le Pays où nous prenons source.

Tu chanteras que chaque voix de chaque Rossignol est un fleuve et que l'union de ces fleuves est une mer ; une mère, qui berce notre Terre.

Tu chanteras qu'un fleuve est fleuve et que la nature ne fait rien à demi.

Tu chanteras que tu es fleuve en totalité et que l'oublier peut tuer notre mémoire.

Tu chanteras que la force de nos eaux unies est un rempart contre la destruction.

Tu chanteras aussi que tout Rossignol né en exil, qui un jour entendit ce chant, est un enfant de nos forêts, un garant de notre mémoire et que son chant mêlé au nôtre, c’est le chant du Rossignol.

Tu leur diras, ma fille, que la Corse est un Rossignol qu'aucune force n'empêchera jamais de chanter.

 

Tu leur diras aussi que c’est de ce tout petit bout de la grande Terre Mère, dont nous sommes aussi les enfants, que nous tirons notre force. Comme nos frères d’autres pays tirent leur force de leur terre natale.

Se reconnaître d’une terre est essentiel, mais cela ne doit pas nous égarer, nous sommes avant tout les enfants de la Terre, les frères de tous les peuples.

Tu vois ma fille, la Terre est comme un peintre qui aurait donné à chacun un petit morceau d’elle-même pour qu’en y plantant nos racines nous chantions ensemble toutes ses couleurs.

Adamante 


 

En hommage à mon père Jacques qui m’a faite ce que je suis, et à son père Simon-Pierre, qui l’avait fait ce qu’il était.

 


Déposé Sacem

 

 

 


Profil

  • Adamante
  • Comédienne, metteur en scène, diplômée en Qi Gong, j'écris, je peins.
  • Comédienne, metteur en scène, diplômée en Qi Gong, j'écris, je peins.

Ici, on rêve ! Bienvenue

Je vous invite à partager mes créations, reflet de la vision que j’ai de la vie, au travers de la peinture, du théâtre, de la poésie & de l’écriture. Adamante

 

 

Rechercher

Traduction-translation

 

Archives

Acquérir une toile

 

L-eau-lumiere.jpg

Contact : 07 70 73 59 82

Finance & mépris !

stop-belo-monte coupe-du-monde 3

40
BELO MONTE : Pétition du Cacique Raoni

Dernière nouvelles

Parce que "l'argent ne se mange pas"

que le monde de la finance détruit la terre,

en chasse les peuples, nous méprise,

je vous invite à signer la pétition et

à soutenir cette lutte qui est aussi la nôtre.

Adamante  

"Kayapos"

M. Mandela, le livre

monsieur-mandela AdaEd.Panafrika/Silex/Nouvelles du Sud

La vidéo

 Un lien qui en parle

Un hommage de 51 poètes du monde entier

à cet homme exemplaire

et j'ai l'honneur d'en faire partie

Pour commander  -envoi suivi- 

23 € si vous faites référence à ce blog

(Soit 20 € + 3€ de frais de poste au lieu de 6€)

Editions A3 - 36, rue Barbès 94200 Ivry sur Seine

Copyright n° 00048584-1

Mantras de l'espace

NASA-Voyager recording - mis sur You Tube par Hryzunik

Fermez les yeux, écoutez le chant troublant des ondes électro-magnétiques...