26 mai 2017 5 26 /05 /mai /2017 00:14
 

 

 
Apparitions aquatiques sur le bord de l’évier. Un conte de perles d’eau.
Une femme élancée, sorte de rémanence d’une cité interdite, glisse doucement vers l’oubli ; tant oubliée déjà et pourtant si présente. Seule avec les fantômes à peine esquissés de sa solitude, un doigt sur le menton, elle semble méditer. Elle passe. Elle ne fait que passer, elle ne sait que passer.
Dans les plis de sa robe, quelques ébauches de silhouettes hésitent à se montrer, la crainte les contraint bien plus que la lumière, mais elles l’ignorent.
- « Tu ne seras point.»
Il en faut du courage pour bousculer un tel précepte ! C’est écrit si profondément en soi. Comment s’en départir sans perdre ses repères et risquer de se dissoudre dans un néant supposé pire que la prison dont on connaît chaque mur ?
Le profil d’un Moaï, dans la certitude de sa solidité, domine ces chimères. Le poids est sa puissance. Il méprise la force de l’eau, cette patience qui un jour le couchera irrémédiablement.
Ici, tout n’est que silence. Rien pour troubler la paix d’ombre de l’horizon incertain vers lequel les herbes, bercées par le courant, s’inclinent.
Tout se dessine dans l’instant, l’instant qui n’en finit pas d’être et de se transformer.
 

 

Et d'autres textes sur l'image ici

L'herbier de poésies

 

 

 

 

6 janvier 2017 5 06 /01 /janvier /2017 19:19
Dernière représentation

Dernière représentation
au jardin
les herbes s’agenouillent
craquèlement de rouille
les feuilles
striptease des pommiers
un esprit solitaire
prend un dernier bain de soleil
méditation d’humus
une porte va se refermer
abandon d’aujourd’hui
distance vers demain
hier n’est plus
le magicien du temps
touche et transforme tout
l’instant n’a aucune mémoire.

©Adamante D (sacem)

7 novembre 2016 1 07 /11 /novembre /2016 12:30

 

Voici donc, un peu en retard, la nouvelle image.

J'ai de grosses difficultés d'administration sur blogspot (impossible d'intégrer les images) et  un emploi du temps très chargé en Qi Gong... 

 

Il est difficile de passer après Chagall, mais j'espère que cette modeste récréanote sur photo d'été vous inspirera.

 

Si vous avez des propositions, des idées, pour les semaines à venir, ce serait vraiment bien.

 

Belle semaine à tous.

 

AD

 

Sans titre - Récréanote d'été- Adamante

 

 

 

 

30 octobre 2016 7 30 /10 /octobre /2016 08:30

 

Pour la page de vendredi prochain à remettre jeudi midi dernier délai
&
N'oubliez pas le lien que vous souhaitez à la suite de votre signature
 
 

 

 
 
 
 
 
 
 
 
Marc Chagall  est né le 7 juillet 1887 à Liozna (Biélorussie) et décédé le 28 mars 1985 à Saint Paul de Vence (France).  Un peintre au regard qui touche, un visage qui exprime la vie et le respect de la vie. Un grand artiste qui a inspiré plus d'un auteur...


 

Il dort
Il est éveillé
Tout à coup, il peint
Il prend une église et peint avec l'église
Il prend une vache et peint avec
une vache
Avec une sardine
Avec des têtes, des mains, des
couteaux...

Blaise Cendrars

 

 
 

 

Ferrat chante Chagall (poème d'Aragon)
 

 


Et on ne copie pas sur ces talentueux petits camarades !
 
  
  
  
  
  
  
 
 
29 octobre 2016 6 29 /10 /octobre /2016 17:19

 

 

Tableau d'Arnaud Bouchet

 

La nouvelle administration d'O.B. rendant l'administration plus aisée, j'ai décidé de tester en reprenant un peu d'activité sur ce blog.

 

Aujourd'hui, je vous invite à rendre visite à la toute dernière page de l'Herbier de poésie.

 

ICI

 

Des textes nés de la contemplation de ce superbe tableau d'Arnaud Bouchet.

 

Je pourrais éventuellement doubler la parution en intégrant la page ici.

Qu'en pensez-vous, membres de l'Herbier ?

 

 

3 janvier 2016 7 03 /01 /janvier /2016 16:17

 

 

Le blog se poursuit ICI 

 

 

 

 

La page du mardi, c'est aussi   ICI  désormais.

 

 

Cheval des Forsythias - huile/toile - 81x65 - 2015 
pour le voir en grand cliquez sur l'image 
 
Merci de votre fidélité. AD

 

 

 

 

 

 

 

 

 

29 décembre 2015 2 29 /12 /décembre /2015 09:00

 

 

 

27ème moisson, un long, un bon moment de lecture.

 

 

 

 

Elucubration...

 

« Petit » papa Noël

Fut invité

Sans trop savoir

À une adresse méconnue...

 

Un faux sapin, en hauteur,

Petit appart' cossu

Mémère à chachats...

 

Descendu par la cheminée

Comme de coutume

Tomba nez à museau

Avec les bestioles

Qui le prirent

Détail de la Vierge d'AutunPour un rat, de bibliothèque,

Pourchassé, joua les acrobates,

À son grand âge, ouille ouille,

Pour se planquer où... ah,

Je vous le donne en mille

Au sein du dit sapin !

 

 

La vierge

 

L'an passé, une petite Marie à l'enfant,

Qui tentait de gagner la crèche

N'y arriva jamais... !!

On la nomme depuis la Vierge d'Hautain...

 

jill bill

 

 

 

 

 

 

 

 

Le génie du père noël

 

C'est sur l'atlantique

tel Jonas ou Pinocchio

profitant du vent

 

poussant à son gré un sac

en plastique danger des mers

 

désagrégé, incurgité

que cette année il comptait

faire sa tournée.

 

D'un coup de dents le voilà

dans le ventre d'une baleine

 

qui a mangé le grondin

qui avait mangé le sac

en miettes, tout imbibé

de l'esprit de Noël !

 

Poison lent pour les poissons

en poupées russes

Noël suffoque

Invoque Noë

son vieux pépé.

 

Il essaye tout

rébellion

séduction ...

La baleine a recraché

 

ce grondin grondeur

délivré pour pas longtemps

repris estourbi

dans un filet trainant.

 

C'est finalement une caresse

qui chatouille et gratouille

sur l'étal d'un marché.

 

Dans sa détresse le grondin

se cambre et bondit.

Vite le génie en profite

pour se cacher dans la salade.

 

Rescousse de perdreaux de l'année

pour un arrêt devant l'école

et un retour à l'atelier.

 

Le père Noël est revenu.

Il peut commencer sa tournée.

 

Jeanne Fadosi

 

 

 

 

 

 

 

Mais

pourquoi est-il si distrait

pendant sa tournée

il a rencontré

un manège

installé

dans un sapin

quelle idée

il est resté jeune

et même très jeune

Père Noël

Vite un petit tour

Les rennes ont ricané

Mais ils ont acquiescé

Le connaissant

Pas moyen de faire autrement

Père Noël a tiré sur le pompon

Les rennes ont dit non

Petit tour après petit tour

Dans le manège

Père Noël

est resté

Et les enfants on pleuré.

 

Pimprenelle

 

 

 

 

 

 

Regarde les yeux du Père Noël,

Ils cherchent, cherchent et cherchent encore

Mais que cherchent-ils ?

 

 

Sans hotte, sans renne, sans traineau

Le petit papa semble perdu

Il cherche, cherche et cherche encore

Mais que cherche-t-il ?

 

Dans les lumières, dans les boules, dans les guirlandes

À la lueur de sa lanterne

Son regard cherche, cherche et cherche encore

Mais que cherche-t-il ?

 

Des bras, un cœur, une mère

Un enfant tendrement assoupi

Les yeux du Père Noël sourient

Il a trouvé

Le cadeau du jour

 

 

S'effaçant

Il lui offre sa place

Au cœur de la nuit

C'est Noël !

 

ABC

 

 

 

 

 

 

 

 

Une aventure du Père Noël  ou Noël sous la pleine lune

(Petit conte)

 

Quitter la banquise, la nuit polaire, les vastes étendues vierges pour, arrivé en Europe, se guider aux étoiles, sans la neige pour les refléter, vous avouerez qu’il y a de quoi perturber le plus sage et le plus patient des vieillards.

Habituellement, lorsque la neige accompagne son long voyage, tandis que les rennes secouent pompons et clochettes avec le rythme enjoué qu’impose la tradition, l’ancêtre observe. Il s’intéresse, s’emplit l’âme de toutes les beautés qu’il survole. Chaque année il découvre quelques nouveaux détails à ajouter à sa liste des merveilles de la nature et de la créativité des sociétés humaines. Informations qu’il partage en secret avec Stéphane Bern pour l’aider à réaliser ses émissions autour des plus beaux villages ou monuments de France.

Mais ce Noël 2015, sans neige sur le plancher des vaches, le noir, le noir, encore le noir ; l’ombre, l’ombre, les ombres. Rien pour égayer le long voyage.

 

Bercé par la monotonie, il s’était endormi et ronflotait doucement dans le ciel.

La lune qui s’était fait pleine exprès pour la nuit de Noël, c’est si rare, était contrariée. Pas question pour elle cette année de forcer l’admiration du monde en laissant les reflets de sa chevelure d’argent caresser la Terre. Pourtant, comme cela aurait été joli d’illuminer la crèche, de laisser couler ses rayons entre l’âne et le bœuf, de magnifier cette nuit déjà si sanctifiée. Quarante ans d’attente et voilà que tous ses plans étaient anéantis. Tant de répétition, tant de mise au point, tant de rêves réduits à néant. La vieille Dame s’était mise à pleurer, à hoqueter, à se plaindre. Du plus haut du ciel, on l’entendait crachoter, renifler. Au moins cela manquait de grâce, au pire c’était insupportable. Tellement insoutenable que cela avait réveillé le vieux. Tout contrarié qu’il était lui aussi à cause de l’absence de neige, il s’était fâché :

 

  • « Un peu de tenue, cré vin diou ! est-ce qu’on s’écervelle à vouloir se pavaner quand le monde s’écroule et que le réchauffement climatique s’impose goujatement à la fête ?
  • « Quarante ans que j’attends, quarante ans, tu te rends compte ?   je me faisais une telle joie ! »
  • « Et moi donc ! est-ce que je pleure alors qu’il va me falloir chercher à tâtons les cheminées dans le noir ? alors que j’aurais tant besoin de nouvelles lunettes ? »

 

Je pourrais continuer à relater leurs échanges, mais cela n’aurait aucun intérêt pour vous et n’apporterait rien de plus à l’histoire. Sachez qu’ils étaient là, à tant se disputer que les rennes, grands amateurs d’harmonie, en perdirent le Nord. La tournée s’annonçait mal ce qui s’avéra par la suite.

La distribution fut opérée dans un cafouillis extrême. Quelques erreurs furent rattrapées de justesse. Le vieux eut même toutes les peines du monde à s’extraire d’un conduit de cheminée de toute évidence bien trop étroit pour sa taille. Mais, à sa décharge, comment pouvait-il garder l’esprit clair quand la Lune devenait chaque instant de plus en plus exaspérante ? Quelle étrange cacophonie dans la bouche d’une presque déesse.

Les rennes étaient pris de nervosisme. Le tintement des clochettes qu’ils aimaient tant leur était dès lors insupportable. Très vite l’aventure vira au cauchemar, il y eut un accident.

Nul ne saurait en dire précisément les circonstances, mais au hasard d’un virage un peu brusque, en abordant le toit d’un immeuble, voilà que le vieux avait été projeté par une fenêtre ouverte, dans un appartement où il n’y avait même pas d’enfant. 

Il y avait là deux ou trois matous qui s’ennuyaient dans la nuit presque noire, en reluquant un sapin de Noël factice mais illuminé, installé sur un suspensoir à plante et tout chargé de boules aussi attrayantes qu’inaccessibles.

En voyant surgir le bonhomme Noël, tout rouge et tout essoufflé, en roulé-boulé dans le salon, pris de frayeur, ils se mirent à cracher et toutes griffes dehors ils poursuivirent le vieux qui n’eut d’autre solution que de grimper dans l’arbre et de se réfugier parmi les guirlandes.

Les trois matous postés au sol, têtes levées, ne le quittaient pas du regard. Ils attendaient que le suspensoir, qui grinçait de façon inquiétante, cède sous son poids. Patience féline !

Le vieux bonhomme Noël, avec l’ardeur du désespoir, se mit à siffler ses rennes tandis que la lune intriguée s’était tue et observait avec grand intérêt la scène par la fenêtre.

Lorsque le suspensoir céda, les rennes qui avaient eu quelques difficultés à se positionner venaient juste de se placer à la fenêtre. Le père Noël, sans demander son reste, fila comme une étoile jusqu’au chariot qui disparut aussitôt dans la nuit.

La Lune avait retrouvé sa bonne humeur, elle riait, mais pas trop fort car le bonhomme fulminait.

Les chats, vite remis de leur frayeur, jouèrent  comme des fous avec les boules du sapin durant tout le restant de la nuit.

Au petit matin, (ce que c’est que l’injustice !) les maîtres de la maison voyant le sapin au sol, grondèrent les chats qui furent accusés du forfait.

Mais les chats, en leur grande sagesse, gardèrent le silence. Qui aurait cru une telle histoire ?

 

Adamante 

 

25 décembre 2015 5 25 /12 /décembre /2015 18:49

 

Appel à témoins

 

 

 

 

Il paraît qu'avant d'arriver jusqu'au sapin

 

(suspendu pour l'occasion  explications et image plus loin )  

 

Le Père Noël aurait vécu une drôle d'aventure... 

 

 

On cherche des témoins pour nous dire quoi !

 

 

 

Allez, encore une fois : Joyeux Noël.

 

 

Image herbier 27
Image herbier 27

Après un long chemin (plein d'aventures)...

 

 

Il est bien arrivé dans le sapin suspendu !

 

 

Le sapin suspendu, c'est pratique quand on a des chats,

 

il suffit de décorer un suspensoir à plantes avec boules et guirlandes

 

et le tour est joué. 

 

 

 

Dedans on peut inviter :

 

le Père Noël 

 

ou 

        la Vierge d'Autun 

 

 

Le père Noël
Le père Noël

*

*

*

La vierge d'Autun
La vierge d'Autun

La vierge d'Autun (reproduction d'une statue)

 

 

 

Et puis, juste pour le plaisir, voici un détail de la Vierge.

 

Si cela vous inspire aussi, n'hésitez pas,

 

on peut ouvrir une deuxième page.

 

 

À vos plumes !

 

AD

 

 

 

 

 

22 décembre 2015 2 22 /12 /décembre /2015 11:39

L'herbier proposition d'image n° 26

   Voici les participations de la semaine.

   

   C'est toujours un plaisir.

             

          Joyeux Noël à tous.

 

Adamante

 

 

 

 

L'herbier proposition d'image n° 26

 

 

 

 

 

 

 

 

Un tour dans son sac...

 

Un goupil,

Ou est-ce un loup,

 (La nuit tous les chats sont gris...)

Conte fleurette

A la mère l'oie...

Noël approche

La marmite sonne creux...

La renarde, ou la louve

Lui a bien fait entendre... !

L'emplumée sera t-elle aussi dinde

Que le corbeau de la fable... !?

Confiante ou méfiante...

Déconfiture pour l'un

Ou finir en confit pour l'autre... !?

La mère l'oie

Voyant venir son sort

En poussin se change...

Elle a été à bonne école

Celle de Merlin !

Grande faim et petite proie

Le canidé lâche l'affaire

Ca n'en vaut point les tisons !!

 

jill bill

 

 

 

L'herbier proposition d'image n° 26

       

       Dans l’aube hivernale

       L’enfant et son  chien quittent

       la chaleur du foyer

 

      Josette T

 

 

 

 

Quelques ridules

dans la lumière des fêtes

chevalier déguisé

proposition étrange

mi figue-mi raisin...

 

ou bien

 

 

Ondulations-frissons

cherchant le bout du tunnel

l'émotion s'impose

 

et encore en réponse à Josette (ci-dessus)

 

Tous deux il suivront

les lueurs dans la nuit

pour une autre voie...

 

Marine D

 

 

 

L'herbier proposition d'image n° 26

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Le feu les ombres

 

Première flambée au sein d’une caverne, l’homme  découvre le gigantisme des ombres, elles accompagnent la lumière, griffent le granit avec les esquisses de leurs chimères. Chaleur, terreurs, rêves, les yeux grignotent la nuit, l’apprivoisent en dehors de la lune.

Ah, si le feu parlait, racontait son épopée depuis le premier éclair qui enflamma la forêt !

De toute évidence il parle car il nous habite, révèle ce que nous avons d’inscrit en nous. On le sent palpiter dans les cellules de nos mémoires, les gènes des premiers ancêtres. Mouvement ascendant, il nous anime. Premier feu, premier cri, l’air dans les poumons, brûlure, apprentissage de la sécheresse jetés hors la première caverne dans le monde aveuglant de la lumière. Et déjà l’ombre se dessine en plein midi sous le soleil, nous suit ou nous précède, s’allonge, se tasse, se déforme, nous fait rêver ou nous inquiète. Soumise, elle se prête à tous nos fantasmes, tour à tour rassurante, inquiétante, elle révèle nos peurs, nos terreurs et cette fascination qui accompagne.

Le feu consume faute de pouvoir aimer en tendresse, il dévore. Au-dedans la détresse, la solitude, l’espoir parti en fumée. Déréliction des cendres abandonnées aux vents, mouillées de rosée au matin, à peine un voile grisâtre bientôt avalé par les herbes.

Le feu, changeant, mouvant, à notre image, conçoit les formes et les détruit, se livre puis se reprend, s’efface, aussi insaisissable qu’un mythe, aussi fulgurant qu’une vie.

 

Adamante (sacem)

 

L'herbier proposition d'image n° 26

20 décembre 2015 7 20 /12 /décembre /2015 16:58
Mystère...
Mystère...

Proposition pour la période de Noël. Un mystère, une invitation à laisser vagabonder les idées.

Un rappel, pas de rimes, vers libres ou haïku et famille (sans limitation du nombre).

Belles fêtes.

Adamante

Profil

  • Adamante
  • Comédienne, metteur en scène, diplômée en Qi Gong, j'écris, je peins.
  • Comédienne, metteur en scène, diplômée en Qi Gong, j'écris, je peins.

Ici, on rêve ! Bienvenue

Je vous invite à partager mes créations, reflet de la vision que j’ai de la vie, au travers de la peinture, du théâtre, de la poésie & de l’écriture. Adamante

 

 

Rechercher

Traduction-translation

 

Acquérir une toile

 

L-eau-lumiere.jpg

Contact : 07 70 73 59 82

Finance & mépris !

stop-belo-monte coupe-du-monde 3

40
BELO MONTE : Pétition du Cacique Raoni

Dernière nouvelles

Parce que "l'argent ne se mange pas"

que le monde de la finance détruit la terre,

en chasse les peuples, nous méprise,

je vous invite à signer la pétition et

à soutenir cette lutte qui est aussi la nôtre.

Adamante  

"Kayapos"

M. Mandela, le livre

monsieur-mandela AdaEd.Panafrika/Silex/Nouvelles du Sud

La vidéo

 Un lien qui en parle

Un hommage de 51 poètes du monde entier

à cet homme exemplaire

et j'ai l'honneur d'en faire partie

Pour commander  -envoi suivi- 

23 € si vous faites référence à ce blog

(Soit 20 € + 3€ de frais de poste au lieu de 6€)

Editions A3 - 36, rue Barbès 94200 Ivry sur Seine

Copyright n° 00048584-1

Mantras de l'espace

NASA-Voyager recording - mis sur You Tube par Hryzunik

Fermez les yeux, écoutez le chant troublant des ondes électro-magnétiques...