26 janvier 2010 2 26 /01 /janvier /2010 21:40
La-cour-des-miracles.jpgIl m'arrive parfois en me promenant sur les quais, à Paris, de fouiner chez les bouquinistes et de revenir  avec un vieux bouquin tout jauni, plein de promesses d'un autre temps.
Ainsi un jour ai-je acquis un petit fascicule jauni, recouvert de ce merveilleux papier de riz craquant à souhait, édité par "les Compagnons d'Art" en Décembre 1949.
Il a pris place dans mon bureau-grenier, plein de la poussière de ces vieux copains qui n'attendent que ma main pour revenir à la vie.

Ce soir, je l'ai redécouvert, depuis combien d'années dormait-il sur son étagère ?
Alors, comme à mon habitude,  j'ai commencé à lire.

Première page avertissement de l'éditeur :

"La cour des miracles vous
invite à passer quelques
minutes de poésie en compagnie
de quelques auteurs inconnus..."

Rien que des merveilles !

Mais il y en a un qui, avec insistance, m'a murmuré :
"Prends-moi, prends-moi, vois comme je te bouleverse!" 
Alors, devant tant d'insistance,  j'ai cédé, je n'attends pas jeudi, tant pis, c'est lui qui décide :


Te souviens-tu Jacqueline
Du chêne au bord de la rivière ?
Ton humeur était chagrine
Et tu m'as dit montrant le lierre :

Connais-tu son soupir ?
"Je meurs ou je m'attache"

Oui, mais quand il s'attache
Souvent il fait mourir !

Et c'est cela que je voulais te dire...

                                     Gérard CHAUVAUD
21 janvier 2010 4 21 /01 /janvier /2010 00:07

grenouille2



Pour ce jeudi des croqueurs, j’ai choisi Jacques Prévert



Prévert, toujours au menu de mes cours de théâtre

Prévert, qui a fait rêver, chanter, réfléchir

Prévert, l’immortel !


Grandes manœuvres


La nuit chasse le jour qui pourchasse la nuit

Ombre sans nombre

Nombres sans ombre

À l’infini

Au pas cadencé

Nombre des ombres

Ombre de nombres

À l’infini

Au pas commencé

La nuit chasse le jour qui pourchasse la nuit

Et la meute des jours sans fin hurle à la vie.


Jacques Prévert

19 janvier 2010 2 19 /01 /janvier /2010 13:11

Ecrivain 2

D'après Sainte Beuve, Marie Antoinette aurait fait relier les romans de Madame Riccoboni de manière identique aux livres de prières afin de pouvoir les lire pendant les offices.     

On la comprend...

 

 


Les romans de Mme  Riccoboni ont été encensés ou soulignés par Balzac, Vigny, Grimm, Rousseau, Goldoni, Restif de la Bretonne, Goethe, Stendhal...

Après cet immense succès son œuvre est tombée dans l'oubli, il est plus que temps de secouer la poussière !


"Mais quelle fantaisie vous porte à m'aimer, à vous efforcer de me plaire ?

Pourquoi me préférer  à tant d'autres femmes,  qui désirent peut-être   de vous inspirer le sentiment que vous croyez ressentir pour moi ?

Vous dérangez tous mes projets,  une foule d'idées m'embarrassent et m'affligent ;  mon coeur adopte toutes celles qui vous sont favorables.

Ma raison  rejette tous mes voeux,   combat tous mes désirs,   s'élève contre tous mes sentiments...

Je suis restée hier   à la place où vous m'avez laissée;  j'y suis restée longtemps.     

Quelques larmes tombées sur mes mains m'ont tirée de ma rêverie... des larmes !

Ah!  si elles étaient un pressentiment !

Je ne veux plus vous voir,   je ne veux plus vous entendre !

Est-il bien vrai que je ne le veux plus ? Je ne sais...

       Mon Dieu, Milord,   pourquoi m'aimez-vous ? "


  Publié en 1757  "lettres de mistriss Fanni Butlerd"

 

 

 

 

29 décembre 2009 2 29 /12 /décembre /2009 14:02

Je vous invite à découvrir quelques poèmes affiches sur le site de

Francis Combes


 

pomesaffiches9.jpg

 

J'ai particulièrement aimé celui-ci.

et si vous le souhaitez ...

 

 

 

La suite est dans le recueil La Clef du monde est dans l'entrée à gauche, éditions Le Temps des Cerises (http://letempsdescerises.net)


23 décembre 2009 3 23 /12 /décembre /2009 12:45

saison-d-ivresses-ok-image.jpg


Madame Riccoboni, femme écrivain du XVIIIème siècle, était reconnue alors comme l’un des trois plus grands auteurs du genre, très en vogue à l’époque : le roman épistolaire.


Les XIXème et XXème siècles l’ont remisée dans l’oubli.

Elle est pourtant un témoin majeur de cette époque, qui a su reconnaître aux femmes le droit d’écrire en leur témoignant la reconnaissance de leur talent.

L’intérêt de ces lettres, c’est le regard d’une intellectuelle sur les moeurs d’une époque (évoluée), mais aussi le style qui permet de les classer dans la catégorie «Belles Lettres» de la littérature Française.

Ces lettres sont non seulement témoins d’une écriture aboutie, mais elles portent en elles une extraordinaire richesse au service de l’interprétation.

Voici une lettre de Madame Riccoboni, sélectionnée parmi d’autres, que j’avais eu le bonheur de lire lors d’un spectacle « Saison d’Ivresses ».


 

« Je ne veux point que vous m’aimiez, je ne veux point que vous soyez sérieux, je vous défends de me plaire, je vous défends de m’intéresser. 

Mon amitié devient si tendre qu’elle commence à m’inquiéter. 

J’ai lu deux fois votre billet ; et j’allais le relire une troisième, quand je me suis demandé la raison de ce goût pour la lecture. 

Adieu, Milord, je vous verrai à six heures. 

Je suis assez comme vous ; je trouve le matin ennuyeux, le jour long, on ne s’amuse que le soir. »

 


Publié en 1757 "lettres de mistriss Fanni Butlerd"

 

 

 


17 mai 2009 7 17 /05 /mai /2009 14:40




Dessin original de Sergio Ortega pour "Côté Jardin" cours Adamante au Mandapa

C'est dimanche. Je farfouille dans mon bureau, à la fois grenier et caverne d'Ali Baba que me dispute la poussière.
J'ouvre un Côté Jardin (fascicule de poésie écrit par mes jeunes élèves de théâtre et publié chaque fin d'année).

Le loup que Sergio a dessiné illustre le poème d'Emmanuel  :

De sa grotte le loup guette
Ah! Jeunesse imprudente!
J'ai longtemps travaillé avec Sergio. En tant que metteur en scène, sur des Opéras Populaires (livrets écrits sur la base des cahiers de doléances pour le bicentenaire de la révolution française ou d'après le Popol Vuh), des cantates (l'anniversaire de l'Infante d'Oscar Wilde), mais aussi en chantant  à ses côtés pour des galas de soutien au peuple Chilien, ou encore des "concerts chez l'habitant" en Seine St Denis...
Nous avons passé des nuits entières à travailler, à créer,  quels souvenirs!


Il a mis plusieurs de mes poèmes en musique et cette expérience est peut-être une des plus belle que j'ai vécue à ses côtés,  il m'amenait à modifier  un texte  avec ce don  de persuasion qui caractérise les grands artistes et ce faisant, il m'offrait un immense cadeau. Outre qu'il était un grand  compositeur, il était  un homme animé de cette "folie positive" qui caractérise les êtres singuliers, charismatiques, capables de vous entraîner dans leur sillon simplement pour le plaisir de les suivre.

Il savait aussi se donner sans compter et par pure amitié, il avait illustré plusieurs des "Côtés Jardin" qui clôturaient chaque année mes cours de théâtre : il faisait le choix des poèmes et il dessinait, c'est ainsi qu'est né ce loup qui m'a toujours fascinée.

Voilà, j'avais envie de  partager avec vous cette facette un peu plus intime du compositeur de   "El pueblo unido" ou "Venceremos".

Sergio a quitté notre monde le 15 septembre 2003.
Et plus les années passent, plus s'imposent à ma mémoire nos bons souvenirs et plus je me rends compte de la chance que j'ai eue de pouvoir travailler aussi longtemps à ses côtés.

Il n'est jamais trop tard pour rendre hommage aux gens que l'on a aimés et il n'est pas non plus nécessaire d'attendre une date anniversaire, il suffit simplement de suivre son intuition, sans lui résister.  C'est fait !

Bonne fin de dimanche !

Profil

  • Adamante
  • Comédienne, metteur en scène, diplômée en Qi Gong, j'écris, je peins.
  • Comédienne, metteur en scène, diplômée en Qi Gong, j'écris, je peins.

Ici, on rêve ! Bienvenue

Je vous invite à partager mes créations, reflet de la vision que j’ai de la vie, au travers de la peinture, du théâtre, de la poésie & de l’écriture. Adamante

 

 

Rechercher

Traduction-translation

 

Archives

Acquérir une toile

 

L-eau-lumiere.jpg

Contact : 07 70 73 59 82

Finance & mépris !

stop-belo-monte coupe-du-monde 3

40
BELO MONTE : Pétition du Cacique Raoni

Dernière nouvelles

Parce que "l'argent ne se mange pas"

que le monde de la finance détruit la terre,

en chasse les peuples, nous méprise,

je vous invite à signer la pétition et

à soutenir cette lutte qui est aussi la nôtre.

Adamante  

"Kayapos"

M. Mandela, le livre

monsieur-mandela AdaEd.Panafrika/Silex/Nouvelles du Sud

La vidéo

 Un lien qui en parle

Un hommage de 51 poètes du monde entier

à cet homme exemplaire

et j'ai l'honneur d'en faire partie

Pour commander  -envoi suivi- 

23 € si vous faites référence à ce blog

(Soit 20 € + 3€ de frais de poste au lieu de 6€)

Editions A3 - 36, rue Barbès 94200 Ivry sur Seine

Copyright n° 00048584-1

Mantras de l'espace

NASA-Voyager recording - mis sur You Tube par Hryzunik

Fermez les yeux, écoutez le chant troublant des ondes électro-magnétiques...