8 juillet 2011 5 08 /07 /juillet /2011 17:22

 

 

ame-humide.jpgEn cliquant sur la photo vous la verrez dans toute sa splendeur chez Toun.

 


Merci Antoine d'avoir offert à mes mots cette merveille, merci.

 

 

 

Que de souvenirs de bonheur

dans un brin d’herbe

sous le soleil brûlant

Mais aucun n’a la vertu

de magnifier l’instant

Si loin de la terre aimée

ce sentiment d’amour

est si douloureux

Mon âme est aussi humide

que sont sèches les herbes

qui chantent cet amour

Je suis noyée d’absence

 

©Adamante


 

Je vous invite à rêver, plus loin encore, au pays des Mille et Une Nuits

 

 


4 juillet 2011 1 04 /07 /juillet /2011 18:45

 

 

Bientôt les feux du 14 juillet, nous aurons tous le nez en l’air pour nous émerveiller.

Ce Dahlia Atika, vu chez Toun m’a raconté comment il a inspiré un grand artiste du feu.


Vous pouvez me croire, c’est la vérité vraie !

 

  dahlia-33.jpg

  Photo Toun (le magicien des fleurs). Pour voir sa galerie cliquez sur l'image

 


 

Il suffirait qu'il tourne

Le Dahlia Akita

Envoyant sa couleur

En rayons de lumière

Et en éclats de vie

Pour qu'un feu d'artifice

Enchante nos regards

C'est Lui qui inspira

Un jour

Sous le soleil

Un grand artificier

Séduit par sa beauté

Qu'il traduisit en feu

Pour nous faire rêver.

 

©Adamante

 

 

 

 

Sous ma casquette de professeur de Qi Gong, je vous invite  à découvrir les nouveautés en ce qui concerne mes cours pour 2011-2012.  C'est ICI

 

 


2 juillet 2011 6 02 /07 /juillet /2011 18:20

 

 

La-Nuit.jpg

 

L'entrée de la galerie de Toun ? Un clic sur l'image. La nuit y est si belle...

 

 

 

 

Vibration de nuit

Murmure d'un chant oublié

La lumière jaillit

 

Dans le bleu profond du ciel

Un rêve s’achemine

 

©Adamante

 

 

 


27 juin 2011 1 27 /06 /juin /2011 23:30

PARTAGE

 

 

 

Voici donc la seconde partie de mon conte, toujours magnifiquement illustré par TOUN

La première partie c'est ici : Comment fut guéri le Soleil

 

 

 

Satisfaits, les Dieux décidèrent de se retrouver une fois l’an, à l’occasion du solstice d’été, pour leur grande « rêve party », cérémonie désormais sacralisée de leur union au fleuve de l’amour, car il s’agissait bien de lui. Un fleuve miraculeux qu’ils prirent soin de se réserver pour leurs convenances personnelles en l’interdisant aux hommes.

Ils décidèrent de se retrouver une fois l’an pour rivaliser d’audace créatrice, de l’aube à l’aube, dans les eaux magiques du fleuve et de rêver modestement le reste du temps. Il faut dire que cette cérémonie déployait tant d’énergies que ces retrouvailles annuelles suffisaient à régénérer l’univers en sa totalité pour l’année entière.



Le Soleil quant à lui était content, mais il percevait quand même qu’il lui manquait quelque chose.


 

7 souci-05

 

Il n’aurait su dire quoi, mais c’était récurrent. Tous les jours, à son lever, il observait la terre cherchant à découvrir quelque chose qui n’était pas là la veille et qu’il espérait secrètement.

Cela devint une obsession. Toutes les nuits, il se retirait en espérant que les Dieux rêveraient de ce dont il rêvait et qu’il ne savait pas pour autant définir.

Il pâlissait, rongé par une maladie que nul ne pouvait s’expliquer. Les Dieux rivalisaient de rêves les plus fous pour tenter de le satisfaire, mais tout était vain.

Le solstice d’été approchait et le soleil pâlissait toujours, il était devenu si pâle que l’on pouvait craindre qu’il ne s’éteignît avant la prochaine « rêve party ». Il fallait absolument que les Dieux trouvent ce qui manquait tant au Soleil afin de lui redonner le souffle de vie qui lui manquait.

 

Au premier matin du solstice, le Soleil était exsangue. Les Dieux plongèrent dans le fleuve et commencèrent leurs ébats sous ses rayons blafards et peu enjoués. C’est en voyant les Dieux s’adonner à leurs jeux, que le Soleil prit soudain conscience de ce qui lui manquait.

Bien qu’étant la divinité élue la plus choyée de la création, il n’était pas un Dieu comme les autres Dieux. Il avait été créé par les Dieux, mais il était seul. Il n’avait pas de moitié avec qui jouer.

 

Bien sûr, il avait eu la Lune, mais il l’ignorait, il se sentait aussi seul que si elle n’avait pas existé. Il n’en avait plus aucun souvenir. Ils avaient été séparés depuis l’instant même de leur création. Mais c’était sa vraie moitié et une vraie moitié, ça vous marque à l’intérieur de façon indélébile, une vraie moitié qui vous a été enlevée vous laisse une sensation de manque.

 

 

8-lune5.jpg

 

 

Le soleil voulait récupérer sa moitié, une moitié qu’il puisse toucher directement de ses rayons.

Il interrompit un instant les Dieux dans leurs ébats pour leur faire part de sa découverte.

Les Dieux sachant désormais ce qui manquait au soleil furent très ennuyés, ils ne pouvaient bouleverser l’ordre du cosmos pour satisfaire à son désir. C’était absolument impossible. Jamais le soleil ne pourrait toucher la lune de ses rayons.

 

 

En entendant cela le soleil devint tout gris et le froid si intense que les eaux du fleuve commencèrent à geler.

 

9-brume-hivernale2.JPG

 

 

 

Les Dieux frigorifiés, lui promirent alors de lui rêver une compagne qui effacerait de son cœur cette sensation de solitude qui le minait, à la condition qu’il consente à mettre un peu de chaleur et de lumière dans leur cérémonie.

C’est qu’il ne faisait pas bon se baigner nu dans des eaux glacées, et s’asperger par un froid pareil n’était pas sans provoquer quelques frissons qui n’avaient rien à voir avec le plaisir. Puis ils demandèrent au Soleil comment il la verrait cette moitié qu’il espérait tant. Autant ne pas le décevoir.


Alors le soleil plein d’espoir, qui s’était remis à briller, ce qui avait réchauffé l’atmosphère, leur répondit, sans vraiment réfléchir, qu’il la verrait lumineuse comme il pouvait l’être, irisée d’or et de rose, comme à son coucher, épanouie, le teint frais et transparent, la peau fine comme une porcelaine chinoise, si fine que ses rayons du matin pourraient l’illuminer faisant d’elle un astre fragile et précieux qu’il pourrait contempler à loisir sans jamais se lasser.


Il la voulait parfaite comme la plus céleste des divinités, sublime et fière comme une amazone qui ne serait pas sans défense, il la voulait amoureuse de ses rayons pour que leur vie ne soit que caresses enivrantes et exhalant le parfum le plus suave en témoignage de leur indéfectible amour.

 

 

Forts de ces détails, qui faisaient déjà de la future moitié du Soleil, une déesse à nulle autre pareille, les Dieux lorsqu’ils s’endormirent se mirent à rêver et dans leur rêve apparut la plus extraordinaire des créatures que la Terre ait jamais porté.

 

Les Dieux pouvaient être fiers de leur rêve.

 

Cette créature était la concrétisation idéale d’une émanation de la Lune qui, pour l’occasion, avait elle aussi fait valoir ses droits à sa moitié.


Le soleil émerveillé la découvrit au matin, elle avait le teint frais, d’un bleuté transparent, irisé d’or et de rose comme à son coucher, la peau fine comme la plus fine des porcelaines chinoises qui s’illuminait sous ses rayons, elle était un astre fragile et précieux, sublime et fière, comme une amazone, porteuse d’épines et si amoureuse de lui, que sous ses rayons elle exhalait le parfum le plus suave pour lui témoigner de son indéfectible amour.

 

Quand il la touchait de ses rayons, il sentait palpiter le cœur de la Lune de l’autre côté du jour et la Lune, dans sa nuit, brillait de sa lumière par le biais de cette petite déesse qui était la représentation symbolique parfaite de l’amour que se portaient les amants.

 


Alors les Dieux, parce qu’il faut nommer toute chose pour qu’elle soit, lui donnèrent un nom : rose.

 

 

 

9-MeillandDSC03411-6.jpg

 

Et depuis ce jour, la rose est le symbole de l’amour et celle dont je vous parle ici est, par la grâce de ses pétales, une rose de porcelaine.

 

Mon conte est terminé.

 

Désormais, lorsque vous regarderez une rose, vous pourrez tout à la fois contempler le soleil et la lune dans ce qu'ils ont de plus beau et de plus cher et  n'oubliez jamais que c'est grâce à Elle que le Soleil a repris goût à la vie.

 

 

10-Rose-de-Porcelaine-b-.jpg

 


©Adamante

©Toun photo

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

27 juin 2011 1 27 /06 /juin /2011 10:36

 

 

Un jour Antoine - TOUN PHOTOS -  m'a envoyé un mail dont je vous livre un extrait :

 

... Pour te permettre de continuer de rêver je te joins ta préférée ....

mais attention .... j'ai dit ... pour continuer de te faire rêver et donc sans attendre quelque "bel écrit" en retour ...

 

Et il m'avait joint cette splendide photo d'un pavot de Californie

 


 

pavot-californie-10.jpg

 

 

 

J'aurais pu écrire quelques mots pour le remercier, mais non, je laisse la fleur lui dire toute mon amitié et vous toucher de sa grâce, simplement, sans mot.


Je me rappelle avoir un jour lu dans un échange de commentaires :


"Une photo se passe de mots".

Là c'est vraiment le cas.


                            Adamante

 

 

 

 


23 juin 2011 4 23 /06 /juin /2011 07:30

 

 

Je vous présente aujourd'hui un de mes contes écrit suite à la contemplation d'une photo de Toun et dont la magnifique illustration fut ensuite pensée spécialement par Lui.

Ce fut un gros travail et je l'en remercie vivement.

M'offrir ainsi de son temps et de son talent est un cadeau qui me touche énormément.

Merci Antoine.


Ce conte est  assez long et je vous offre d'en découvrir la première partie aujourd'hui jeudi, pour le jeudi en poésie des Croqueurs, M'annette à la barre ayant choisi comme thème le conte.


Je vous invite à venir découvrir la suite  demain au sein du SCALP puisqu'il s'agit d'un partage.

 

 


 

Comment fut guéri le Soleil

 

 

 1perles-de-nuit-b.jpg

 

 

Vous savez comme moi que le Grand Océan Primordial, que l’on peut aussi appeler Grand Couple Primordial, est à l’origine de tout ce qui existe dans l’univers.

Il n’y a pas à revenir là-dessus.

Ce grand couple, ce Un, pour créer et diversifier un peu la création, pour avancer plus vite et expérimenter un maximum de possibilités, eut un jour l’idée d’engendrer d’autres couples de créateurs, qui seraient une partie de lui même, dédiée à une fonction particulière et ce sont eux que nous appelons les Dieux.

 


 

2-perles-de-terre_1100.jpg


Les Dieux avaient créé la Terre, le ciel, l’eau, l’air, le feu, ils avaient créé les hommes et les animaux, chacun, comme eux, allant par deux.

 

Enfin, pour que tout soit parfait, ils avaient créé la nuit avec la Lune et son cortège d’étoiles et enfin le jour avec son astre de lumière :

 

le Soleil.

 


3-Dahlia-13.jpg

 

 

Ils étaient très fiers du Soleil, car les habitants de la Terre et du Ciel lui vouaient un culte et cela les flattait. Ils n’avaient pas créé le Soleil, si chaleureux, si agréable de compagnie et parfois si enfiévré, si brûlant à en devenir insupportable, pour des choses mièvres et trop effacées.

 

Ils se devaient d’offrir aux caresses du soleil des réalisations de tout premier ordre, pour les mettre en valeur et les magnifier.

Or, il faut savoir qu’en ce temps-là, qui remonte à si loin que l’on ne sait plus, les Dieux créaient en rêvant.

Comme tout un chacun, les Dieux avaient de petits rêves qui donnaient vie à de petites créations. Elles n’étaient pas sans intérêt, loin s’en faut, mais elles n’avaient pas l’envergure de celles de leurs grands rêves.

Et les Dieux, à force de rêver avaient de plus en plus de mal à rêver en grand, leurs rêves s’amenuisaient et leurs réalisations suivaient. Etaient-ils victimes de l’habitude qui engendre la lassitude ? Peut-être bien. Comment savoir.


Mal à l’aise, mais toujours ambitieux, devant ce phénomène un peu inquiétant, ils décidèrent de tenir conseil.

 

Ils palabrèrent des jours et des nuits sans vraiment trouver de solution et le Soleil divinisé par la création, désespérait d’avoir de nouvelles grandes et belles choses à caresser de ses rayons.

Il brûlait d’impatience et calcinait désormais bien plus souvent qu’il ne mettait en valeur.


Quelque chose n’allait pas.

 

4-Clin-d-oeil-floral-11_1100.jpg

 

 

À ce train, la Terre, puisqu’il s’agit bien d’elle, risquait de finir en désert.

Trouver une solution était d’une urgence primordiale pour les Dieux. Mais la pression qu’ils ressentaient, loin d’arranger l’affaire la compliquait.


De palabres en palabres, le désert avançait et les rêves continuaient de s’affaiblir. Leurs nouvelles créations devenaient si ridicules que les Dieux déprimaient et cela n’arrangeait pas les choses.


Un matin, les arbres sous lesquels ils discutaient, qui les protégeaient des rayons du soleil devenu incandescent, se mirent à perdre leurs feuilles, voilà qu'eux-mêmes commencèrent à sentir leur peau se dessécher, se craqueler, jusqu’à prendre la couleur et la texture de la terre brûlée.

Il leur fallait trouver une solution et vite car ils risquaient eux aussi de disparaître.

 

Par chance, non loin de là, un fleuve continuait à couler, de plus en plus gentiment certes, mais il charriait encore assez d’eau pour être agréable.

Épuisés de fatigue, à force de tant de nuits sans sommeil, fiévreux et assoiffés, ils décidèrent de plonger dans ses eaux pour se rafraîchir.


Vous savez comme moi que parfois les choses les plus simples prennent des allures de miracle.


Plongés dans l’onde vivifiante, ils se sentirent soudain tout ragaillardis.

Le contact de l’eau était un délice.

 

Ils se mirent à jouer, à rire, à s’éclabousser, oubliant pour un instant le souci qui les taraudait depuis des mois.

 

Ils firent plus que jouer à se lancer des gerbes d’eau, un contact par ici, un effleurement par là, leurs jeux, très vite, devinrent plus sensuels et ils trouvèrent cela très agréable.


Ils venaient de découvrir les joies de l’amour.

 

 

5-Cambria-02_1100.jpg

 

 

Le soleil ravi en profitait pour caresser leur peau nue à travers les eaux, à observer les formes et les couleurs qui dansaient, se transformaient, dans le miroir de leur surface.

 

Ce fut une immense fête, un incroyable bouleversement.

 

Les énergies qui rayonnaient de leurs ébats étaient si fortes qu’elles envahirent l’espace jusque dans l’infini où vivent les étoiles qui se mirent à briller tout émoustillées de ce qu’elles voyaient.


Et puis, au bout d’un jour et d’une nuit de cette ferveur amoureuse, tous mêlés qu’ils étaient, comme des enfants, brusquement ils s’endormirent et se mirent à rêver.

 

Leurs rêves s’unirent, se tissèrent, communièrent et pour la première fois depuis tellement longtemps, de grandes réalisations virent le jour.


Il naquit les plus belles forêts que la Terre ait portées, la canopée, invisible du sol, touchait presque les étoiles, aux pieds de ces géants aux troncs larges, des lianes s’élançaient vers la lumière en s’enroulant autour de leurs branches.

Des sources jaillissaient des montagnes, bondissaient à travers les roches, creusaient leur passage en rugissant pour devenir d’immenses fleuves majestueux où le soleil pouvait se régénérer.

 

Lorsqu’ils se réveillèrent, les Dieux purent constater que la Terre était devenu un vrai Paradis. Tout chantait, gazouillait, vibrait, s’affairait.

Il ne restait plus que quelques déserts à sa surface, juste ce qu’il fallait pour satisfaire le besoin d’aventure des hommes.


Partout, il y avait assez d’ombre pour se protéger des rayons du Soleil, assez de fleuves pour se rafraîchir, assez de pluies pour que la vie soit prospère, assez d’oasis et de sources claires et chantantes pour se désaltérer.


La Terre offrait aussi des grottes profondes où les plus sages des humains pouvaient se retirer pour méditer.

Dans les champs verdoyants des plaines, galopaient des troupeaux en pleine santé. Partout la vie était revenue.

 

De nouvelles espèces de fleurs et d’oiseaux étaient apparues, le désert n’était plus qu’un mauvais souvenir...



6-DELTA-LEYRE-2.jpg

 

Suite et fin, c'est pour demain.

 

 


16 juin 2011 4 16 /06 /juin /2011 23:00

 

 

Honey-Bouquet-01.jpg

Toujours le chemin d'une rose avec Toun, pour le rejoindre un clic sur la photo

 

 

Le teint de la jeunesse

Grain de peau velouté

Souvenir

Un verger

Un chant

Chant d’abeille

Chant de miel

Chant de paupières

Ailes de papillon

Paravents pudiques

Ils cachent un secret

Troublant

Regard voilé

Sourire vibrant

Derrière des pétales

Écloses

Où es-tu

Aujourd’hui

Mon rêve ?

 

©Adamante

 

 

 

Petit dilemme : le temps étant ce qu'il est, je ne peux plus répondre à vos commentaires et aller vous rendre visite.


Je choisis donc de vous rendre visite.


Merci par avance de vos commentaires. Adamante

 


5 juin 2011 7 05 /06 /juin /2011 10:25

PARTAGE

 

 

Ophrys-Abeille-01.jpg

Photo TOUN, un rêve qui se poursuit... ouvrir la porte de sa galerie en cliquant sur l'image.

 

 

 

Orchidée

Dame leurre

Pétales violets

Langue d’abeille

Au duvet jaune et brun

Lumineux et sensuel

Attirant au soleil

Invitation à butiner

Attente tissée de silence

Espoir d’engendrer la vie

 

©Adamante

 

 

 


26 mai 2011 4 26 /05 /mai /2011 22:00

 

 

Mme-Meilland-19_1100.jpgUn cœur qui s'offre

 

 

 

 

Un cœur qui s'offre

Irisé de jaune et blanc

Robe d'organdi

 

Quelques gouttes de lumière

Parfum d'antan, rose soie

 

                                                         ©Adamante

 

 

 


 

Mme Meilland 22 1100

Parfum d'antan, rose soie

 

 

 

 

Visitez le jardin de TOUN pour le ravissement, le rêve, le doux rêve... TOUN

 


 


24 mai 2011 2 24 /05 /mai /2011 23:35

 

 

Mme-Meilland-13.jpg

Merci à Toun pour la photo de cette rose de porcelaine

 

 

 

 

Rose de Porcelaine

Dès l’aube, reflet de Lune

Dès le crépuscule, cœur de Soleil

Osmose d’âmes sœurs

Symbole de l’union

Harmoniques de lumière

Doigts de jour sur les lèvres de la nuit

Doigts de nuit sur les lèvres du jour

Un parfum de Lune mêlé de Soleil.


 

©Adamante

 

 

 

 

J'ai écrit un conte à partir de cette rose qui m'a fait rêver.

Les photos de Toun me font rêver, parce qu'elles parlent de lumière, parce qu'elles sont vibrations et qu'elles rendent un superbe hommage à la Beauté, à la Nature.

Ce conte,  qui parle de Soleil, je le publierai sans doute ici,  il éclairera le poème .

 

 

 


 


Profil

  • Adamante
  • Comédienne, metteur en scène, diplômée en Qi Gong, j'écris, je peins.
  • Comédienne, metteur en scène, diplômée en Qi Gong, j'écris, je peins.

Ici, on rêve ! Bienvenue

Je vous invite à partager mes créations, reflet de la vision que j’ai de la vie, au travers de la peinture, du théâtre, de la poésie & de l’écriture. Adamante

 

 

Rechercher

Traduction-translation

 

Acquérir une toile

 

L-eau-lumiere.jpg

Contact : 07 70 73 59 82

Finance & mépris !

stop-belo-monte coupe-du-monde 3

40
BELO MONTE : Pétition du Cacique Raoni

Dernière nouvelles

Parce que "l'argent ne se mange pas"

que le monde de la finance détruit la terre,

en chasse les peuples, nous méprise,

je vous invite à signer la pétition et

à soutenir cette lutte qui est aussi la nôtre.

Adamante  

"Kayapos"

M. Mandela, le livre

monsieur-mandela AdaEd.Panafrika/Silex/Nouvelles du Sud

La vidéo

 Un lien qui en parle

Un hommage de 51 poètes du monde entier

à cet homme exemplaire

et j'ai l'honneur d'en faire partie

Pour commander  -envoi suivi- 

23 € si vous faites référence à ce blog

(Soit 20 € + 3€ de frais de poste au lieu de 6€)

Editions A3 - 36, rue Barbès 94200 Ivry sur Seine

Copyright n° 00048584-1

Mantras de l'espace

NASA-Voyager recording - mis sur You Tube par Hryzunik

Fermez les yeux, écoutez le chant troublant des ondes électro-magnétiques...