19 mai 2011 4 19 /05 /mai /2011 07:10

JEUDI CHEZ LES CROQUEURS DE MOTS

PASCALE

 

 

Rose de miel

 Honey-Bouquet-11_1100.jpgMerci à TOUN pour la photo de cette reine, d'autres vous attendent dans son palais.

 

 

Elle avait pour nom Rose de miel, avec ce nom, elle aurait pu être fille d’un empereur Chinois ou tout au moins d’un haut dignitaire, mais elle n’était fille que d’un serviteur au parc d’un empereur.

L’histoire ne dit pas de quel empereur c’était, ni s’il était Chinois, ce que l’on suppose, ce que l’on sait, c’est qu’il était amoureux des belles.

Tout dans son palais n’était que beauté, harmonie et perfection des formes.

 

Chaque matin, il exigeait de voir toutes les dames de la cour réunies au parc du palais. Il tenait à les saluer et choisir celle qui serait l’élue du jour, celle qui viendrait passer la journée en sa compagnie, au palais.


Rose de miel, épanouie, somptueuse ce matin-là, parée de sa belle robe vaporeuse aux tons de miel, comme son nom, attendait craintivement le passage de l’empereur.

Comme chaque jour depuis sa naissance, son père et ses sœurs en faisaient des gorges chaudes, tout le monde voulait être à la hauteur, se montrer sous son plus beau jour, dans ses plus beaux atours.

Ses sœurs quelque peu vaniteuses rêvaient d’être choisies.

 

Rose de miel, candide, ignorait à quel point elle pouvaient être jalouses de son extraordinaire beauté.

Elle était inquiète ce matin-là, quelque chose en elle lui disait de se cacher. Il courait tant de rumeurs sur le sort réservé aux élues. Certains disaient qu’il n’y avait rien de plus merveilleux, d’autres rien de pire.


Le père de Rose de miel était très fier de sa fille préférée, il faisait tout ce matin-là pour que l’on ne voit qu’elle. Ses sœurs tentèrent bien de la repousser au second rang, tandis que Rose de miel, animée de ce néfaste pressentiment, les laissait faire, mais le père mécontent y avait mis bon ordre. Rose de miel, selon son désir, serait devant, il n’y avait pas de discussion possible.


Quand l’empereur arriva, il salua le père, le félicitant de son talent à honorer à tel point la beauté. Puis il mit un genou à terre devant Rose de miel toute confuse.

Elle pouvait sentir l’haleine haineuse de ses sœurs effleurer sa nuque lorsque l’empereur se mit à chanter sa beauté avec des mots que Rose de miel n’avait jamais entendus.

Il parlait d’étoiles, de firmament, il la comparait à des déesses qui lui étaient totalement inconnues.

Enfin, il claqua dans ses mains. Un serviteur accouru lui remettre un objet avec lequel l’empereur, plein de délicatesse et de respect, sectionna le seul lien qui attachait Rose de miel à son père.

Rose de miel épouvantée se sentit enlevée dans les airs jusqu’au nez de l’empereur, lequel était orné d’une impressionnante moustache qui faillit la faire éternuer.

Elle n’eut même pas le temps de faire ses adieux, elle fut emportée, loin des siens, si petite entre les mains immenses de l’empereur.


Ce géant à la voix douce et grave lui disait qu’elle était la plus belle des belles qu’il eut jamais connues et qu’il la voulait immortelle, afin de la garder près de lui et de pouvoir l’admirer toujours.


Arrivée au palais, au lieu de se retrouver, comme tant d’autres avant elle, dans le vase cloisonné de Chine de la grande salle impériale, où une simple journée venait à bout de leur fraîcheur et de leur beauté, elle fut trempée toute vive dans un bain d’or en fusion par l’alchimiste du palais.

Elle eut un sentiment d’effroi, elle ressentit une brûlure intense puis un froid glacial s’insinua jusqu’au cœur de son âme, la privant à jamais de l’air qu’elle aimait tant. Elle mourut, victime de sa trop grande beauté.


Alors l’alchimiste déposa la dépouille de Rose de miel sur le plus beau des coussins de brocard, et l’apporta en grande cérémonie à l’empereur.


Celui-ci souriant, heureux de pouvoir à loisir l’admirer encore et encore, l’accrocha avec satisfaction au revers de son habit.


On dit que le lendemain, lors du passage de l’empereur, au jardin du palais, le père de Rose de miel, reconnaissant sa fille, plus lumineuse que le soleil sur l’habit de l’empereur, eut une larme qui le fit se dessécher de chagrin en quelques jours.

 

 

 

Rose de Miel

A séduit un empereur

Une robe d'or


Une larme de rosier

Les abeilles se sont tues

 

 

©Adamante


LE PALAIS DES REINES

 

 


17 mai 2011 2 17 /05 /mai /2011 17:00

PARTAGE SUR UNE PROPOSITION DE PHOTO DE TOUN POUR LE SCALP

 

 

Trefle-des-pres-02.jpg

 

 

Du trèfle

On ne voit que ses feuilles

Quand elles sont au nombre de quatre

Personne ne prend garde à ses fleurs

Petites têtes rondes aux tons fuschia bordés de blanc

Petites têtes mauves si appréciées des abeilles

Parfois, on voit plier leurs tiges sous le poids d’un intrus

C’est un gros bourdon presque aussi gros que les fleurs

Ce fou de nectar les butine avec frénésie

Quelle ivresse !

Le trèfle plie mais ne rompt point

Il sait les chemins de sa vie

Il se coule dans ses raisons

Et tout le monde s’y retrouve

Le pollen se transporte d’une fleur à l’autre

Magie des stigmates et des étamines

La graine se rêve dans son flux de sève

Tout cela passe inaperçu au regard du promeneur distrait

Mais celui qui sait voir

Pénètre les arcanes de la beauté cachée.

 

©Adamante

 

 

ABC m'a laissé ce petit poème qui me touche et qui touchera sans doute Toun, sur le site duquel, une autre magnifique photo de trèfle est à découvrir absolument.


Un petit mot chez eux leur fera sans doute le plus grand plaisir.

 

Trefle-des-pres-02

 

Petite fleur discrète

J'aime te rencontrer

Attirée par ton ami bourdon

 Mon regard sur toi se pose

 Mes pensées s'envolent

 En simple contemplation !

 

ABC

 

 

 

 

 

Vous avez envie de proposer des choses en partage ?

Pensez au forum de la communauté

 

 


10 mai 2011 2 10 /05 /mai /2011 00:30

 

  Renoncule-02.jpg

Merci à Toun pour cette magnifique photo

 

 

 

 

Dans la nuit végétale

Parcourue de puissants courants telluriques

Au plus profond du vert

Elle était là

Paisible

Si parfaite

Si somptueuse aussi

Et pourtant si réservée

Timide, non, plutôt retirée

Mais souveraine oui,

Avec cette classe naturelle

Qui fait les personnages remarquables

Robe pourpre

Cils de nuit

Pupille clair

Elle semblait irréelle

Il s’arrêta surpris

Plus rien ne comptait plus

Il lui fallait l’admirer

Et l’admirer encore

Bafouant toutes convenances

Il resta planté là

Le regard fixe

L’esprit possédé

Éprit d’amour

Palpitant du désir de la toucher

Et demeurant immobile

Comme absent à lui-même

Oublieux de tout ce qui n’était pas elle

Indiscret à tel point

Qu’il la fit rougir.

 

©Adamante

 

 

 


30 avril 2011 6 30 /04 /avril /2011 19:16

 

DSC03673-1.jpg

Merci à Toun pour cette photo - pour visiter son site cliquez sur l'image.

 

 

 

Promenons-nous, dans les bois

Ce matin, le printemps est là…

Bleu pervenche

Mais ce n’est pas une pervenche

Bleu horizon

Mais ce n’est pas l’horizon

Bleu rêve

Bleu joie

Bleu bonheur

Oui, on peut le raconter comme ça ce bleu-là

Ce bleu-là, il vous prend par le sourire

Il vous raconte le sous-bois…

 

Savez-vous qu’en ce sous-bois vivent des esprits ?

Ils sont si petits qu’on ne les voit pas. Mais parfois, il nous semble apercevoir un mouvement, là, dans le coin de notre regard. Mais à peine a-t-on tourné la tête qu’il n’y a plus rien.

Le vent nous sourit goguenard.


« Tu rêves ! »

 

semblent nous dire les herbes qui s’inclinent l’air de rien sous son souffle.


« Non ! je ne rêve pas. Je sais. Vous vous cachez. »

 

Mais qu’importe.

 

Je fais mine de contempler l’horizon, mais du coin de l’œil, je surveille.

Au bout d’un temps qui peut paraître long à qui n’a pas de patience, certains que je ne les vois pas, ils se remettent à bouger.

Ce que je vous dis là est pure vérité, on ne remet pas en cause le dit d’un conteur. Ce que je raconte c’est du vécu, rien que du vécu.

Tenez, ce matin, dans l’ombre du sous-bois, j’ai vu qu’ils avaient allumé quelques lampadaires.

Une lumière bleue, de ce bleu du rêve sans fumée, douce comme un regard d’amoureux, illuminait les mousses où le petit peuple s’égayait en couples.

Ils sont comme nous, en un peu plus libres, en bien plus purs, exempts de cette culpabilité du corps qui rend laid.

De doux soupirs s’exhalaient. Je n’osais plus bouger, mettez-vous à ma place, je savais que je voyais quelque chose que je ne devais pas voir.

Je restais là, pétrifiée, à retenir mon souffle. J’étais sous le charme, j’en oubliais le temps.


Une feuille, bousculée par le vent, m’arriva alors sur le nez.

C’était fini, la mousse n’était plus que mousse et le bleu, de jolies petites fleurs venues honorer la saison.


J’ai compris qu’il était temps de rentrer, et je suis repartie. Mais, à chacun de mes pas, sur le chemin du retour, je prenais conscience que quelque part en moi, quelque chose avait changé et ne serait plus jamais comme avant.

 

 

Des lueurs bleutées

Dans le sous-bois parfumé

Des petites fleurs.

 

 

©Adamante

 


28 avril 2011 4 28 /04 /avril /2011 22:30

Merci à TOUN pour ses  photos.


  Muguet-1-copie-1.jpg

 

Voici le premier mai !


 

Fleur porte bonheur


Fête du travail


Souvenir de la Commune de Paris…

 

 

 

Blanc muguet de mai

Parfum de joie et bonheur

Petit brin d’espoir

 

Du sourire à partager

Belles clochettes tintez !

 

 

 

 

Muguet 2

 

 

 

Le muguet de mai

Sur le mur des Fédérés

Blanc taché de sang

 

 Ces morts qui n’en pouvaient plus

 Qui donc y pense encore ?

 

 

 

Pourtant, dans les allées du Père Lachaise, dans les buissons, sur les stèles

 

 

 

Le printemps chante

Les oiseaux sont déchaînés

Quelle énergie !

 

Toute la vie explose

Dans ce sanctuaire des morts

 

 

Ils chantent beau et fort

Les oiseaux de ce printemps

Ils aiment la vie

 

Que j’aime les écouter

C’est de l’espoir qu’ils offrent

 

 ©Adamante

 


 

Un brin pour vous amis visiteurs et  du Coucou du haïku !

 


 Alice

Mamylilou

 

 

 


26 avril 2011 2 26 /04 /avril /2011 19:45

 

 

ROSE-RONSARD-ADA0011-copie.jpg

            Rose Ronsard

             Une longue longue promenade entre roses et pissenlit, entre autres...

 

 

La rose est une reine ?

Grand bal à la cour

Elles ont mis leurs plus beaux atours

Le brigadier frappe

Toc toc toc

Le rideau s’ouvre

Oh !!!!!!!!

Et voilà, le soleil en est tombé amoureux

 

La rose est une reine

« Elles sont des entités venues de Vénus »

Vite ne tardez plus

Plantez ses graines d’espérance

 

La rose est une reine

On la chante

On la peint

On « l’aquarelle »

Ritournelle faridondelle

Tout un art-collage pour la belle

 

La rose est une reine

Si vous écoutez

Avec l’oreille du cœur

Vous saurez que

Les roses de la vie dialoguent avec les poètes


La rose est une reine

De celle de Ronsard

Si belle quand elle est chantée

À celle qui se nourrissent des brises de la Loire

Plein de roses sur un mur

Plein de roses qui murmurent

Murmuri murmura

Prend la rose tant qu’elle est là !

Vite !  le chemin est éphémère


La rose est une reine

D’accord

Nous ne dirons pas le contraire

Mais pour dire son amour

Il y a aussi plein d’autres façons

Que celles de la Rose

La preuve !

 

La rose est une reine

Un souffle pour rire et non pas pour de rire

Un souffle pour le dire

Un souffle pour sourire

Je cherchais  une rose

J'ai trouvé un pissenlit

 

La rose est une reine

Et quand elle est photoshopée

Wouahhhhhh (cri black métal)

C'est Too Much ! 

 

La rose est une reine

Quand elle met son pied dans l'eau pure

Et de retour des bois sourds

On ne peut s'empêcher d'y penser toujours...

Une vieille chanson, toujours jeune

 

La rose est une reine

Elle se brode à petits points

Précieusement

Sans se piquer

Mais

Tout ce qui pique n'est pas rose

 

La rose est une reine

Parfois elle se cache derrière les apparences

Reine d’ici, Reine d’ailleurs

Reine fleurie au soleil

 

La rose est une reine

Quand elle est prise en flagrant délice

C'est une divine comédie

 

La rose est une reine

Une belle nostalgique

En costume et paillettes


La rose est une reine

Je me suis laissé dire

Qu'en sa belle jeunesse

Elle rendait le ciel jaloux

Peut-être !

 

La rose est une reine

Des Dimanches souveraine

Rose rouge Pimprenelle

Mais trop de beauté...


La rose est une reine

Je l'affirme sans détour

Chantons-là sur un Pleyel

 

La rose est une reine

Quartier Modigliani

Rose reine de la ruelle

C'est son nom

Pour aujourd'hui

Rose Modigliani

 

La rose est une reine

Qui, quand il fait beau

Passe le nez à sa fenêtre

 

La rose est une reine

Quand elle va se promener

Elle est bien accompagnée

 

La rose est une reine

Mini rose du jardin

Le soleil est plein d'entrain

 

La rose est une reine

Pour souhaiter bienvenue

Pourquoi ne pas l'offrir ?


J'offre la mienne :


Pour un design

Pour une petite barbouille

Pour un merci

Pour un printemps


La rose est une reine

Quand elle se fait câline

Elle vous prend,

Elle vous mène

Par le bout du nez

Ce voyage est terminé

 

Voici la rose Scalpée !


Pour aujourd'hui

Mais demain...

 


Adamante

 

 

Ici, si vous avez le temps

L’homme et la fleur

La rose d’or

 


 


 

25 avril 2011 1 25 /04 /avril /2011 20:00

 

Golden-Delight-13.jpg

 

 

 

Dans le couchant

Aux dernières lueurs orangées du ciel

Rê amoureux

Effleure une dernière fois la chevelure d’or de son aimée

La Dame, voluptueuse, s’abandonne

Ultime caresse avant la nuit

Dernier serment échangé

Les têtes tournent

Les cœurs s’emballent

L’instant est au ravissement

L’amant murmure :


« Attends-moi mon amour

Je reviendrai demain

La barque solaire m’attend et Nout s’impatiente

Attends-moi ma déesse

J’emporte avec moi ta grâce et ton parfum

Ta transparence et ton éclat »


Par eux cette nuit, encore une fois, Rê devenu Râ

Trouvera la force de vaincre Apophis le serpent d’eau

Au matin, il sortira glorieux du ventre de Nout

Pour l’heure la déesse l’avale.

La nuit est là.

Alors, sous la voûte étoilée où la lune prend place

L’amante en un soupir abandonne à la terre

Sa robe d’or et ses cheveux.

 

©Adamante

Un grand merci à Toun pour cette magnifique photo. 


 

Découvrez le très beau et tout nouveau site de TOUN

 

 

 

 

 

 

10 avril 2011 7 10 /04 /avril /2011 23:30

 

 

Cerisier-03.jpg

 

 

Quand la Terre revêt sa parure nuptiale pour épouser le Soleil,

le voile blanc du printemps orne les cerisiers.

Porteurs de la bonne nouvelle,

ils explosent leur joie en d’innombrables têtes fleuries,

et ce blanc bleuté de ciel révolutionne la campagne.

Les Esprits de la Terre s’esbaudissent.

Ils dansent sur les chants des ruisseaux libérés et des glaces rompues.

La voix des cascades marque la mesure.

Tout est fête.


Le tam-tam des herbes propage la nouvelle :

« Il est là, il est revenu ! Courez vers les nids, nettoyez vos terriers,

cherchez dans la forêt un coin pour vous unir.

C’est l’heure de se multiplier pour rendre hommage à la vie. »

 

©Adamante

 

 

cerisier-2.jpgMerci à toi Toun pour ces superbes photos

 

 

23 mars 2011 3 23 /03 /mars /2011 20:50

 

  Printemps.jpg

                                                                                                                 Merci à Toun pour cette photo

 

 

Une lumière

Dans la brume

Diffuse ses rayons

Loin

Si loin

Que le soleil en est tout ébloui

Il se met à rire

Et ses rires réveillent les sources

Les sources réveillent la terre

La terre réveille sa végétation

Après ce long repos d’hiver

Voici que tout s’affaire

Les fleurs s’ouvrent

Diffusent leur parfum

Appellent les abeilles

Le jour s’attarde

Place à la lumière

Sifflent les oiseaux

Brindilles au bec

Une minuscule fleur de pommier soupire

C’est son premier printemps.

 

©Adamante

 

 

TOUN

 


13 mars 2011 7 13 /03 /mars /2011 23:30

Paquerette--6TOUN.jpg

Merci à Toun pour cette photo

 

 

 

 

                  Premiers soleils des herbes

                  Pétales blancs teintés de rose,

                  Offrande de pollen aux abeilles encore endormies

                  Discrètes petites fleurs jamais effeuillées

                  Notes de joie des jardins et des champs

                  Au moindre redoux de l’hiver

                  Vous nous racontez le printemps.

 

                                                                       ©Adamante 

 

Profil

  • Adamante
  • Comédienne, metteur en scène, diplômée en Qi Gong, j'écris, je peins.
  • Comédienne, metteur en scène, diplômée en Qi Gong, j'écris, je peins.

Ici, on rêve ! Bienvenue

Je vous invite à partager mes créations, reflet de la vision que j’ai de la vie, au travers de la peinture, du théâtre, de la poésie & de l’écriture. Adamante

 

 

Rechercher

Traduction-translation

 

Acquérir une toile

 

L-eau-lumiere.jpg

Contact : 07 70 73 59 82

Finance & mépris !

stop-belo-monte coupe-du-monde 3

40
BELO MONTE : Pétition du Cacique Raoni

Dernière nouvelles

Parce que "l'argent ne se mange pas"

que le monde de la finance détruit la terre,

en chasse les peuples, nous méprise,

je vous invite à signer la pétition et

à soutenir cette lutte qui est aussi la nôtre.

Adamante  

"Kayapos"

M. Mandela, le livre

monsieur-mandela AdaEd.Panafrika/Silex/Nouvelles du Sud

La vidéo

 Un lien qui en parle

Un hommage de 51 poètes du monde entier

à cet homme exemplaire

et j'ai l'honneur d'en faire partie

Pour commander  -envoi suivi- 

23 € si vous faites référence à ce blog

(Soit 20 € + 3€ de frais de poste au lieu de 6€)

Editions A3 - 36, rue Barbès 94200 Ivry sur Seine

Copyright n° 00048584-1

Mantras de l'espace

NASA-Voyager recording - mis sur You Tube par Hryzunik

Fermez les yeux, écoutez le chant troublant des ondes électro-magnétiques...