7 avril 2015 2 07 /04 /avril /2015 07:00

 

 

 

Un petit loir

au menu d'un grand-duc

Seulement la queue !

 

et

 

Yeux en raisin noir

la truffe couleur noisette

Mignon à croquer

 

et encore

 

Ciel !

Réveillez-vous M'sieur le loir

Le printemps est arrivé

Faites donc un brin de toilette

Et quittez votre pyjama

Votre voisine sur la branche

Est d'humeur à la chose...

 

©Jill bill

 

 

 

Branle-bas nocturne

ils font la sarabande

les loirs du grenier

 

et

 

Je suis un petit loir
yeux de mûres, nez de framboise
j'ai grignoté la vigne
nez de framboise, yeux de mûres
et moustache gourmande

 

©Marine D

 

 

 

 

 

Cher petit loir,

Dors et ne viens pas ce soir.

Il y aura de l'orage

Et le chat est dans les parages.

Il se cache dans le noir.

Sauve-toi petit loir

Et ce soir, si tu couines

Tu trouveras dans la cuisine

Pour dîner des provisions.

Mais attention a ton petit bidon!

Ce soir petit loir,

Ne fait pas trop de bazar.

 

©Valerie Corvino

 

 

 

 

Confidence :

 

Regard raisins noirs

Gourmandise raisin vert

Pour un festin de roi

Assurément, je ne dors pas

 

©ABC

 

 

 

 

 

Loir convoitant

des glands et noisettes-

craquant, le gourmet!

 

et

 

Craque, craquons, craquez

pour ce loir aux yeux doux

ah ! ce loir...comme il nous est cher !

 

©Claudie

 

 

 

 

 

D'un trou d'arbre

Au tronc tout rabougri,

Monsieur le Loir émergea ;

Frais et dispos,

il partit à la recherche de sa pitance.

 

Marlène Boisson

 

 

 

 

Le raisin bien mûr…

sa peau croque sous la dent

divin breuvage

 

un loir amoureux des fruits

s’égaye dans ma vigne

 

et

 

Douceur de raisin

une grappe bien gonflée

il se régale

 

là, sur le sarment de vigne

il me nargue le loir

 

Adamante

 

 

Au secret de la pergola
un petit loir
Sans s'émouvoir
Se régalait de chasselas.


Tra-la-li-la-la
Clamaient ses yeux noirs
D'un air jubilatoire
S'en mettant jusque là.


Pas question de pugilat
Pour trois grains même pas noirs
Laissons le sur son perchoir
Jouir de son immédiat... 

Martine

 

 

 

 

 

 

 

1 avril 2015 3 01 /04 /avril /2015 11:33

 

Bonjour à toutes, petites herbes de l'herbier !

 

 

Voici la proposition d'image proposée à écriture pour la page de mardi prochain. 

J'espère que vous serez nombreuses et nombreux à participer.

 

 

Alors, à vos plumes pour Monsieur le Loir qui n'en doutons pas fera les yeux doux à votre inspiration.

 

Excellente semaine !

 

 

 


Photo ©G.Destal

 

Et puis, si cela vous tente,

n'hésitez pas à utiliser la fonction repost, 

histoire de partager un peu plus loin. 

 

 

Présentation et rappel des règles de la communauté ici : L'HERBIER DE POÉSIE

 

 

 

31 mars 2015 2 31 /03 /mars /2015 11:16

 

Si vous avez des suggestions d'images, de moyens pour développer la communauté,

n'hésitez pas à vous manifester.

 

Merci aux participantes de la semaine.

AD

 

 

En introduction, ce commentaire de Blanche :

 

"J'aime beaucoup cette vision des huit clefs rouillées et anguleuses tournées vers l'extérieur et des huit clefs de la vie végétale tournées vers le centre divin, source de la vie."

 

 

 

 

 

 

 

Encyclies

 

Doucement, en vert et or, la couronne de vie se pose sur tes cheveux, Mère, tu frémis.

À mes doigts s’enroulent tes boucles, longs ruisseaux qui ondulent en encyclies jusqu’au tourbillon. L’infini rejoint l’infini en un point, le centre au-dedans du rien, au-dedans du tout.

Le rythme séculaire du monde pulse, un chant s’élève, je m’ensonge. Ce n’est pas celui des sirènes, nul leurre ici, nul naufrage, c’est la voix du feu embrassé des eaux, la vibration essentielle, l’acmé de tous les espoirs, le désir de vie.

Ici tout naît, s’éloigne un moment puis revient attiré par ta tendresse, Mère, s’enfouir dans tes bleus pour calmer ses blessures et, Phénix, renaître enfin pour un nouvel envol.

 

Adamante

 

 

 

 

Ronde de clés

Tenues par le fil d'Ariane

Laquelle ouvrira

La vérité au bout du tunnel

Pour faire la lumière

Sur Dieu et son paradis

Toutes prétendent

Détenir ce pouvoir

Une seule cependant

Dit vrai

Comme elles se ressemblent

A qui donner ma foi

Drôle de jeu...

 

   puis :

 

Rêve de sucettes

délire dans un régime

Cruelle privation

 

©Jill bill

 

 

 

 

Te suivre vers un autre monde

qui chante et scintille

en bulles d'air

en bulles d'or

loin des turbulences

où les espaces bleus

nous prennent à bras le corps

pour une danse indéfinie...

 

©Marine D

 

 

 

Chouette !

Un mandala a colorier avec des mots.

Une belle ronde autour du monde.

 

 

   puis :

 

 

Mandala

 

Pluies de lumières

Offrandes lyriques

Symphonie de matières

Incrustation de gemmes

Pétales de couleurs

Offrande du mandala et

De toutes les gloires et beautés

Pour plus de sagesse et d amour.

 

©Valerie Corvino

 

 

 

 

En manège

le chemin de la vie

tourbillonne

qui s'unit

qui s'isole

dans le concert final

clé de ut

clé de fa

clé de sol

une seule

donnera le la

 

©ABC

 

 

 

 

Sarabande de cercles

tournant en harmonie

comme rose des vents

autour de l'univers

dans une sphère bleutée

vivifiante et dynamique

favorisant les liens

chaque cercle détenteur d'une clé

ouvrant vers les lumières.

la solidarité est gage de succès!

unissons donc nos forces créatrices

pour faire vibrer la vie!

 

  puis :

 

L'union fait la force-

convergence des cercles

vers l'unité suprême

 

©Claudie

 

 

 

 

Dix

Cent

Une clef suffit

Pour

Ouvrir le portail lumineux

Plonger au cœur d'un saphir ondoyant

Nager vers tous les possibles

Flotter

Se laisser porter

Puis

Emporter de nouveau

Au fil du courant

De

La vie...

 

Martine

 

 

 

 

26 mars 2015 4 26 /03 /mars /2015 14:46

 

Cette semaine c'est SNOW qui nous offre une de ses œuvres, un mandala, pour y poser nos mots.

Un grand merci à elle, c'est un grand plaisir de la savoir toujours proche de nous.

Alors, à vos plumes et bonne inspiration.

 

La précédente page ICI

 

 

 

 

 

24 mars 2015 2 24 /03 /mars /2015 12:03
L'herbier de poésie - 4 -

 

PAGE DU MARDI 24 mars 2015

Image SELVIA VEERIAH

Merci aux participants.

 

 

  

 

Uluru

 

La déesse Mère s’incline

rouge terre aux formes arrondies

les fleurs envoûtées se dressent vers la lune

le chant sacré des pierres s’élève

c’est la nuit

le vent porte leurs murmures

à l’oreille du cœur des enfants assoupis

Uluru

Uluru

chante la voix du rêve

Uluru

Uluru

s’ouvre le chemin de lumière

Uluru

Uluru

les ancêtres sont réunis

Uluru

juste un frémissement d’étoiles

Uluru

un souffle

indéfini.

 

©Adamante

 

 

Pieuvre et naja

en mode psychédélique

Herbe à fumer

 

&

 

Noces cosmiques

lune de miel sidérale

Soleil s'éclipse

 

©Jill bill

 

 

Fleurs médusées

flottant en apnée-

Vert tige des sens

 

Splendeurs abyssales

émergeant à l'air libre

- bonheur d'être soi

 

©Claudie

 

 

À travers les méandres

chercher sa voie

- rencontre amicale

 

&

 

saine curiosité

découvrir l'autre

différent

 

©ABC

 

 

 

Sur la scène

les danseuses en robe lamée

s’envolent repoussant la matière

pour atteindre les étoiles.

 

©Josette T

 

 

 

 

Une algue curieuse

quitte le monde aquatique

pour une fleur lunaire 

 

&

 

L'oiseau a rencontré

la blanche fleur folette

il a bu dans son calice

la rosée du matin

et l'esprit qui l'habite

le printemps réunit

l'innocence du monde

 

&

 

Petit Elfe blanc

remonte à la surface

respirer la vie

 

©Marine D

 

 

 

Merci de votre visite et n'hésitez pas à revenir, certains textes arrivent en retard.

 

 

 

19 mars 2015 4 19 /03 /mars /2015 13:40

LA PAGE DU MARDI

 

 

Selva Veeriah,  

 

artiste peintre de talent, a accepté de nous confier l'image d'une de ses  toiles pour la page de mardi prochain. 


Un grand merci Selva, nous en sommes très honorés.



À vos plumes et n'oubliez pas de visiter la page de mardi dernier.

sur la belle image de Duc.

 

 

 

 

 

 

17 mars 2015 2 17 /03 /mars /2015 15:11

PAGE DU MARDI 17 mars 2015  

 

 

 

Un grand merci à tous les participants, la seconde fournée est riche.

 

 

Un aller simple

En partance pour l'espoir

Terre promise

 

&

 

Le bout du chemin

L'inconnu pour horizon

Face à l'au-delà

 

Jill Bill

 

 

Sur la route des goélands

Il attend un voilier secourable

Pour embarquer sur les mers

Vers une fin de vie souhaitée

Dans sa main le mode d'emploi

Un viatique poétique

Pour l'éternel bonheur

Pourquoi emporter une valise ?

Qui nous le dira ?

 

Marine D

 

 

Il attend depuis longtemps le navire qui l'emportera. Il a pris un aller sans penser au retour.

Quichottine

 

 

Je porte une valise pleine de crayons, ils donnent à mon espoir toutes les couleurs d'un avenir passé.

Mes souvenirs gommés, de multiples couleurs gravées sur un papier froissé se mélangent .

Là, sur ce quai d'une gare, rêvé, j'attends que la page se tourne .

 

&

 

Une vieille valise passe

Entre deux mondes

Le temps du voyageur.

 

 

 

Vague à l'âme et

Vieille valise

Passent le temps.

 

Duc

 

 

Au-delà du rivage

miroite la liberté

rêve ou mirage?

 

&

 

Dernier voyage

pour le vieillard malade

au bout du rouleau

 

&

 

Partir, c'est mourir un peu

alors quand on a déjà la barbe blanche

que l'appel du large est trop fort

devant ce bleu paradisiaque

un ticket pour un ailleurs

même une "inaccessible étoile"...

fait voguer l'imaginaire du pèlerin...

l'aventure le tente avant le Grand Voyage

d'où l'on ne revient plus

 

Claudie (ni blog ni page Google)

 

Insondable saphir

L'appel de l'horizon

Plus fort que la vie...

 

Martine

 

 

 

Bientôt j'embarquerai pour l'océan du néant

dans la solitude,

j'attends 

 

&

 

J’attends l’équinoxe du printemps pour embarquer sur l’océan, partir vers d’autres rives retrouver mes aïeux, déjà je les imagine me faisant signes de leurs bras, guettant la voile blanche qui apparaît à l’horizon.

 

Josette T

 

 

 

Un regard qui s'éclaire un instant puis se voile,

retour vers l'absence.

 

&

 

Il regarde l’horizon. Est-ce la vacuité qui l’habite alors que ticket et valise en mains il se fige ? L’image est incongrue.

Devant lui, comme on retient sa respiration, l’Océan ravale ses vagues, à peine quelques rides qui glissent et se chevauchent en larmes silencieuses. La direction, le but de ce voyage ont été engloutis, ne reste que l’immensément vide.

L’homme suspendu à la nudité de l’instant a effacé le temps.

Ne reste que l’absence. Je me retire au plus profond de moi pour fuir cet écho résiduel d’angoisse et de terreur porté par un murmure de vent. Il s’estompe, disparaît. Le vide, libérateur, s’impose alors, serpente en moi jusqu’à la paix. L’homme n’est plus qu’abandon.

L’infini s’écoule par une brèche de sa mémoire jusqu’à mon regard fasciné.

Ce que je contemple là, c’est l’éternité.

 

Adamante

 

 

Un regard sur la mer
avant son grand départ
dans sa main ses dernières consignes
encore un instant et il franchira le pas
vers son ailleurs.

ABC

 

11 mars 2015 3 11 /03 /mars /2015 19:08

 

 

Voici l'image que nous propose Duc  pour notre prochaine page du mardi.

Merci à lui et à tous ceux qui participeront.

 

10 mars 2015 2 10 /03 /mars /2015 12:32

 

 

 

Voici la fournée du mardi 10 mars 2015

Merci aux participantes et heureuse lecture aux visiteurs

 

 

 

Livre de contes

Barbe Bleue est une pomme

Mère l'Oye un chat

 

 Jill Bill

http://jill-bill.eklablog.com/

 

 

Enchantement coloré

le chat invite à la fête

la pomme se laisse croquer

Il y en aura pour tout le monde

au pays des merveilles

 

ABC

http://jardin-des-mots.eklablog.com/

 

 

 

Au square aux pommiers

même le chat en perd la boule

tant de squatters

 

Claudie

 

 

Pom pom girl

Ève danse avec Adam

 

Josette T

https://plus.google.com/117286788161305293665

 

 

Chat au poing levé

unis en une danse

cosmique

 

marine D

http://marinezou.blogspot.fr/

 

 

Ils dansent, en yin, en yang

orbite pomme en feuilles d'été

même le chat s'amuse.

 

Adamante

(ici même)

 

 

5 mars 2015 4 05 /03 /mars /2015 18:26
Écrire sur une image (réflexion)

 

Avertissement si nécessaire, ceci n'est qu'une réflexion, un échange autour de l'écriture. 

 

 

Écrire sur une image, cela n’est pas aussi simple qu’il y paraît.

 

 

Si l’image se suffit à elle-même, le texte qui fut inspiré d’elle doit se suffire à son tour. Il doit pouvoir se lire sans elle, être autonome, porteur de sa propre profondeur, de son propre message.

 

 

Il  ne peut être une simple description, mais une extrapolation, une extension, un enrichissement de l’image. Comme un enfant, il doit s’émanciper, s’affranchir de tout lien.

 

 

Il peut témoigner d’un ressenti, d’une vision particulière, d’une découverte. Il doit exprimer ce qu’a pu capter le regard bien au-delà des apparences.

 

 

Le texte sur image témoigne d’un voyage dans l’imaginaire dont la porte est l’image elle-même.

 

 

André Hardellet, grand voyageur dans l’imaginaire, aimait à les pénétrer, à s’immerger en elles pour en capter les secrets, les sons, les ambiances. Il pratiquait ce que j’appelle le second regard, celui de la contemplation, celui qui dépasse la réalité immédiate pour s’enfoncer dans d’autres réalités, des réalités parallèles, des réalités gigognes en quelque sorte.

 

Ces réalités, on ne peut les aborder qu’en lâchant prise, en se mettant en mode accueil, en abandonnant toute volonté de faire pour laisser faire et pénétrer la dimension d’être, la dimension de l’Être. Dans la dimension d’être se tient l’ouverture, l’écoute.  

 

Écouter une image, c’est se mettre en position de recevoir, de percevoir plutôt que de vouloir. Il peut en être ainsi pour la musique, les bruits environnants, le toucher, le respirer, pour tout ce qui est du domaine des sens.

Par la pratique de l’écoute, qui éveille nos sens, on peut percevoir la vie qui bruisse en nous, en ce qui nous entoure, on peut s’immerger en elle, l’intégrer et donc en témoigner plus facilement.

 

 

Si je vous parle d’un vol d’hirondelle par exemple, que verrez-vous, quelle sera votre réalité ? une formation de taches noires sur le ciel bleu ? l’idée du retour du printemps ? celle d’un regroupement d’individus sur un fil électrique annonçant l’arrivée de l’hiver ? celle du regret de voir leur nombre diminuer ? un souvenir qui a marqué votre enfance ?

 

 

Nous sommes formés d’images, de sons, de mots, liés à notre vécu. Ils sont inscrits dans la bibliothèque de nos souvenirs, grotte aux merveilles où s’entreposent nos richesses.

 

Pour pénétrer une image, pour qu’elle soit une invitation au voyage, il nous faut passer sans forcer la porte de l’apparence. Il faut laisser notre regard pénétrer le monde de la vibration, avec ses formes, ses couleurs.

 

 

 

Dans ce monde d’agitation, il suffit de se poser un instant, de fermer les yeux, de porter attention aux bruits environnants, du plus proche au plus lointain, pour s’en extraire et trouver la paix. Rien n’a changé pourtant, sauf notre regard, notre écoute.

Ce faisant, nous prenons conscience des richesses qui nous baignent et nous composent. Ce retirement est présence. ***

 

 

 

Cette pratique vaut pour l’image, on la regarde, on se laisse capter, on laisse faire, on engrange.

 

Une image peut être mensonge, comme l’explique André Hardellet, dans un texte que je n’ai pas réussi à retrouver parmi la forêt de livres qui peuple mon bureau, lequel je l’avoue a tout du grenier.

 

Si l’on s’arrête à l’apparence, l’enfant qu’il fut, semble être là, sage et discipliné sur une photo de sa classe. Mais il nous révèle que sur cette photo, il est ailleurs. Il court au bord de la rivière, canne à pêche à la main, les pieds dans les herbes. Pas dans cette salle où pourtant on le croirait. Si nous pénétrions cette réalité cachée, par la porte de ses yeux peut-être, nous pourrions sans aucun doute partager cette liberté invisible au premier regard.

 

On dit l’image sage, parce qu’elle semble immobile, mais la vraie sagesse d’une image tient à la vibration qui l’habite et que seul le second regard permet de découvrir.

 

Cette vibration, c’est la vie.

 

©Adamante

 

*** Ceci est un exercice très simple à pratiquer n'importe où.

          Détente immédiate assurée.

Profil

  • Adamante
  • Comédienne, metteur en scène, diplômée en Qi Gong, j'écris, je peins.
  • Comédienne, metteur en scène, diplômée en Qi Gong, j'écris, je peins.

Ici, on rêve ! Bienvenue

Je vous invite à partager mes créations, reflet de la vision que j’ai de la vie, au travers de la peinture, du théâtre, de la poésie & de l’écriture. Adamante

 

 

Rechercher

Traduction-translation

 

Acquérir une toile

 

L-eau-lumiere.jpg

Contact : 07 70 73 59 82

Finance & mépris !

stop-belo-monte coupe-du-monde 3

40
BELO MONTE : Pétition du Cacique Raoni

Dernière nouvelles

Parce que "l'argent ne se mange pas"

que le monde de la finance détruit la terre,

en chasse les peuples, nous méprise,

je vous invite à signer la pétition et

à soutenir cette lutte qui est aussi la nôtre.

Adamante  

"Kayapos"

M. Mandela, le livre

monsieur-mandela AdaEd.Panafrika/Silex/Nouvelles du Sud

La vidéo

 Un lien qui en parle

Un hommage de 51 poètes du monde entier

à cet homme exemplaire

et j'ai l'honneur d'en faire partie

Pour commander  -envoi suivi- 

23 € si vous faites référence à ce blog

(Soit 20 € + 3€ de frais de poste au lieu de 6€)

Editions A3 - 36, rue Barbès 94200 Ivry sur Seine

Copyright n° 00048584-1

Mantras de l'espace

NASA-Voyager recording - mis sur You Tube par Hryzunik

Fermez les yeux, écoutez le chant troublant des ondes électro-magnétiques...